Le couple va mal !

Le couple va mal, très mal même. De 5 % en 1890, le taux de divorce est passé à 18 % en 1920 et à 30 % en 1950. Pour les couples mariés durant les années 70, le taux s’élève à 50 %. Si la tendance se maintient, seul trois couples sur dix mariés depuis 1990 le resteront à vie.

Les facteurs à l’origine de l’augmentation du taux de divorces sont multiples : l’espérance de vie qui est passée de 50 à plus de 80 ans en un siècle, la méconnaissance de la psychologie différentielle des sexes et des dynamiques conjugales. La baisse de la pratique religieuse, la découverte de la pilule et la révolution sexuelle du mouvement hippie des années 70 ont amené un relâchement des mœurs et des lois plus permissives sur le divorce. Enfin, la culture du Moi (me, myself and I), la philosophie du « ici et maintenant », la culture des loisirs à tout prix et la société de consommation et du « jeter après usage » ont aussi poussé les divorces à la hausse.

L’émancipation féminine, favorisée par une plus grande autonomie financière des femmes, semble toutefois être l’élément majeur de l’augmentation du taux de divorce : les femmes d’aujourd’hui n’acceptent plus, avec raison, de vivre des situations que leurs grands-mères n’avaient pas le choix d’endurer à cause de leur dépendance financière. Les hommes et les femmes divorcent parce qu’ils ne se sentent pas heureux en mariage ou parce qu’ils ne réussissent pas à se développer au plan personnel. Et les femmes, plus que les hommes, ont l’impression que les liens du mariage les transforment et les étouffent, leurs plus grandes attentes n’étant pas satisfaites. À preuve, de 65 à 80 % des divorces seraient initiés par les femmes.

Et pourtant …

Malgré les difficultés de la vie à deux, le couple constitue toujours le meilleur style de vie et la meilleure garantie de bonheur à long terme. Les gens mariés et heureux ont une espérance de vie augmentée de quatre ans et sont 35 % moins souvent malades que les célibataires. Les enfants de mariage stable sont mieux adaptés et réussissent mieux à l’école. Le taux de suicide des célibataires, particulièrement chez les hommes, est beaucoup supérieur à celui des gens mariés. Ce qui ne veut pas dire que des célibataires ne peuvent pas être heureux, mais il semblerait que cela soit beaucoup plus difficile.

Pour former une relation amoureuse à long terme, il faut de l’attirance physique, certes, mais aussi de l’admiration pour la personne que nous découvrons dans le corps qui nous attire. L’amour est l’objectif du couple : c’est ce qui remplace la passion, laquelle ne peut que s’émousser avec le temps. Un couple constitue un plan de vie qui nous permet de satisfaire de nombreux besoins : aimer et être aimé, communication, chaleur humaine, support émotif et moral, sentiment d’appartenance, sexualité et complicité à travers les épreuves de la vie. Le couple sert aussi à réaliser des projets tels la famille, la constitution d’un patrimoine, la réalisation professionnelle, la vie sociale et une retraite heureuse.

Encore faudrait-il apprendre à aimer la personne avec laquelle on s’investit et se débarrasser de toutes les illusions sur le couple ! Ces illusions tournent autour de la recherche de l’âme sœur, de la bonne foi des partenaires, de l’amour qui peut tout, de la toute puissance de la communication, de la résolution des conflits, de l’égalité = similarité homme – femme, de la « bienheureuse » infidélité, de l’amour = passion, du partage équitable du pouvoir… et j’en passe.

Les Québécois se marient très peu, mais sont les champions mondiaux de la cohabitation :

(Source : Différents bureaux de la statistique des pays cités.)

Référence : Cet article est tiré du livre du psychologue Yvon Dallaire, Chroniques conjugales, publié en 2009 aux éditions Quebecor. Yvon Dallaire est co-créateur, avec Dr Iv Psalti, d’une Formation en psycho-sexologie appliquée (FPSA) offerte aux intervenants en relation d’aide partout dans la francophonie. Pour en savoir davantage :
http://optionsante.com/FPSA_2012.pdf.

Yvon Dallaire, Psychologue, est membre de Psycho-Ressources.
http://www.psycho-ressources.com/yvon-dallaire.html


Ce contenu a été publié dans Articles Thématiques, Problématiques Variées, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.