L’Emotional Freedom Techniques (EFT) – Atelier le 26 nov 2016

Qu’est-ce que l’EFT ?

L’Emotional Freedom Techniques ou EFT permet d’apaiser les émotions négatives, de ne plus en être prisonnier et de sortir d’automatismes générés par des expériences négatives uniques ou répétées. Elle permet d’ouvrir son champ de perception. Quand on est submergé par une ou des émotions, quand on ne peut s’en défaire ou la laisser passer, quand on se sent impuissant, voire paralysé, l’EFT est une technique qui peut être extrêmement efficace.

Concrètement, cette technique consiste à stimuler sur soi des points d’acupuncture tout en se connectant aux pensées ou aux images négatives qui nous perturbent. Le fait de tapoter ces points d’acupuncture est destiné, pour Cary Craig, le fondateur de la technique, à « rééquilibrer le champ énergétique du corps », Car pour lui émotions négatives sont liées à une perturbation de ce champ énergétique.

Pour moi, on déconditionne, grâce à ces tapotements, qui relâchent l’organisme, l’association « telle pensée, telle situation = stress, émotion négative », et on obtient « telle pensée, telle situation = je suis en sécurité, je peux l’observer plus en paix ».

En réalité c’est ce que l’on fait dans la plupart des thérapies : on permet à quelqu’un de se relâcher et d’observer, avec l’aide du praticien, ce qui se passe en lui, pour que cet apaisement lui permette de « reprendre ses esprits », si je puis dire.

L’efficacité de l’EFT

Sauf que… ayant expérimenté cette technique moi-même pour commencer, j’y ai trouvé une efficacité que je n’avais trouvée avec aucune autre technique jusque-là. Au fur et à mesure de ma pratique, depuis maintenant 5 ans, je mesure la différence pour les résultats obtenus : l’EFT permet d’avancer plus vite en psychothérapie.

Cela ne fait pas tout, loin s’en faut : accueillir la personne dans toute son humanité, l’écouter, lui permettre de s’exprimer et l’aider le cas échéant à formuler ce qu’elle ressent, à comprendre ce qui se passe pour elle et autour d’elle, prendre avec elle du recul ou bien au contraire « zoomer » sur certains aspects précis, lui proposer des repères, un autre regard, un soutien : l’apport du thérapeute ne se limite pas à appliquer des techniques.

Mais l’apport de l’EFT est d’une grande efficacité pour traverser ce qu’on peut parfois comprendre mais dont on n’arrive pas à se défaire. Comprendre avec la tête ne suffit pas toujours. Parfois, notre corps, notre coeur ne « comprennent » pas. Les connaissances sur le fonctionnement du traumatisme, et ce que l’on nomme parfois dissociation nous permettent d’expliquer cela maintenant.

Les thérapies psycho-corporelles se sont développées dans ce but : toucher et remettre en mouvement ce qui est figé en nous, désamorcer des émotions décalées ou disproportionnées. Et à l’origine, ce sont toujours une ou des peurs, non déchargées, qui déclenchent ces états et comportements inappropriés. Des états ou comportements dont on dit : « c’est plus fort que moi, je le sais, je le vois, mais je n’arrive pas à changer cela ».

L’EFT est une technique psycho-corporelle dans la mesure où elle fait appel à la perception de nos pensées, de nos émotions, de nos sens (vision, mouvement, toucher, odorat etc.).

J’ai enrichi ma pratique de l’EFT de certains apports de la Somatic Experiencing : je travaille donc avec les sensations corporelles mais aussi, par exemple, avec la vue, qui est liée (entre autres) au cerveau reptilien. Ce cerveau est notre fidèle sentinelle en cas de danger, mais il reste parfois bloqué sur des informations dépassées, et il faut le « mettre à jour » en l’informant de la nouvelle situation, en quelque sorte.

Que se passe-t-il quand on est dans un état de stress, dans une émotion négative ?

Lorsqu’on est sous stress, dans la peur, dans la perception d’une menace ou d’un danger, notre vision se rétrécit : on « scanne » l’environnement à la recherche, soit du danger, pour le localiser, soit des ressources, pour s’en protéger ou faire face au danger ; mais ces ressources sont le plus souvent celles qui ont déjà été repérées, et insuffisantes, et il est difficile de s’ouvrir à de nouvelles choses. Nous ne prenons pas le temps d’explorer de nouvelles possibilités : nous avons le sentiment que le temps presse et qu’il y va de notre sécurité.

C’est aussi le cas pour la colère, la tristesse, la frustration, etc. : derrière toute émotion négative, il y a une peur (d’être agressé, abandonné, trahi, exclu, traité injustement, de perdre quelque chose de bon, etc.). Et cette peur de voir une partie de nous-même abîmée, de ne pas être dans la plénitude, nous fait rétrécir notre champ de vision, afin de survivre, d’essayer de maintenir notre intégrité.

Que se passe-t-il quand les émotions s’apaisent ?

Notre système nerveux parasympathique s’active (en même temps que les systèmes orthosympathique et parasympathique dorsal se désactivent progressivement) : nous nous détendons, le sang afflue à nouveau à nos systèmes nutritif, digestif, procréatif.

Notre regard s’ouvre, devient exploratoire : nous avons une vision plus large de notre environnement. Soudain des choses apparaissent qui étaient pourtant déjà là, mais que nous n’avions pas remarquées. Cela s’applique aussi au champ des idées, pas seulement à notre environnement concret.

Nous prenons du recul, de nouvelles pensées surgissent, de nouvelles compréhensions, au sens étymologique du terme : nous comprenons, nous englobons davantage d’éléments dans notre intellect.

Comment se déroule un « protocole » d’EFT ?

– on définit la difficulté ;
– on évalue l’intensité de la perturbation qu’elle provoque en nous sur une échelle de 0 à 10 ;
– on commence alors à tapoter un point d’acupuncture, en énonçant la difficulté ainsi qu’une phrase d’acceptation de cette difficulté (par exemple : « c’est normal que j’aie cette émotion, que j’aie ce problème »). C’est la « phrase de préparation ».
– puis on commence les « rondes » de tapotement des différents points d’acupuncture situés sur des méridiens, tout en continuant à répéter la phrase de préparation. Soit la personne elle-même, soit le thérapeute tapote sur ces points, avec un ou deux doigts.

Ceci est une présentation très schématique, l’ossature de base. Dans la réalité, ce protocole peut être décliné de multiples manières, pour s’adapter à la problématique particulière de la personne, à sa personnalité, et à l’interaction entre le patient et le thérapeute.

Quand utiliser l’EFT ?

J’utilise très régulièrement l’EFT dans beaucoup de situations différentes : pour permettre aux personnes d’abaisser l’intensité de leur émotion alors qu’elles sont « prises » dedans depuis longtemps, pour les aider au contraire à sortir d’une anesthésie émotionnelle ou sensorielle, d’une impuissance à agir dans certaines situations, pour les aider à lâcher prise lorsqu’elles en ressentent le besoin, pour tenter de comprendre une situation qu’elles trouvent confuse, etc.

Un avantage énorme de cette technique est que les patients peuvent l’apprendre et l’utiliser pour eux-mêmes, entre les séances et après leur thérapie. Ceux qui souhaitent et peuvent s’en saisir y trouvent ainsi une ressource supplémentaire, avec le bénéfice de l’autonomisation que cela leur donne.

EFT et traumatisme, séminaires pour professionnels
http://psycho-ressources.com/blog/physiologie-du-traumatisme-strasbourg/

Je propose des weeks-ends d’apprentissage de cette technique pour les professionnels qui souhaitent utiliser l’EFT, notamment en lien avec la problématique du traumatisme. Le traumatisme vu non pas comme un événement spectaculaire, mais comme toute situation d’impuissance vécue dans une situation de menace de son intégrité psychique ou physique. Situations régulièrement vécues dans les situations où nous sommes vulnérables : notre enfance et notre adolescence, notamment.

Pour les particuliers

J’organise également des journées d’apprentissage et de pratique destinées à tout un chacun, particuliers ou professionnels désirant bénéficier de l’énergie d’un groupe.

Valérie Joubert
Psychothérapeute, Psychologue

Strasbourg, France (Bas-Rhin, Alsace)
http://www.psycho-ressources.com/valerie-joubert.html

Quelques références :

Vous trouverez ici des articles sur des études menées par des chercheurs sur l’EFT, issus dedifférents pays :

https://www.staffs.ac.uk/assets/A_narrative_systematic%20_Review_of_the_effectiveness_of_Emotional_Freedoms_Technique_(EFT)_tcm44-45500.pdf

http://heart-circle.com/wp-content/uploads/2013/10/EFT-Effectiveness-in-Sandwell.pdf

http://www.nwmedicalhypnosis.com/documents/Study%20of%20EFT%20wholistic%20hybrid.pdf

http://www.sid.ir/en/VEWSSID/J_pdf/94320150113.pdf

Voici une revue d’études sur l’EFT :

http://www.noetic.org/sites/default/files/uploads/files/SE_Emotional_Freedom_Techniques.pdf

* * *

Journée d’EFT (Emotional Freedom Techniques)
et de conscience corporelle
le 26 nov 2016 – Strasbourg

Je vous propose une journée pour apprendre et pratiquer ensemble l’EFT (Emotional Freedom Technique), et ce que j’appelle la « conscience corporelle ».

L’EFT consiste à stimuler des points d’acupuncture sur soi tout en étant attentif à l’évocation d’une situation négative que nous souhaitons modifier.

La conscience corporelle consiste, elle, à mettre notre attention sur notre ressenti physique.
Ces deux techniques visent à favoriser les mécanismes d’auto-régulation de notre organisme.
Ce sont deux techniques que je propose souvent en consultation individuelle.

Nous pratiquerons en groupe et nous apprendrons à pratiquer seul, afin que vous puissiez vous servir de la méthode chez vous.

Nous la pratiquerons également à deux.
Accompagner la démarche d’une autre personne est en effet utile pour apprendre à pratiquer seul, pour s’accompagner soi-même…
Et les personnes accompagnées pourront expérimenter l’efficacité de la méthode lorsque quelqu’un tapote sur nous ou bien « reflète » ce que nous avons expliqué : nous pouvons nous concentrer uniquement sur notre ressenti.

Chacun apporte les difficultés qu’il souhaite travailler, je propose des démonstrations avec les personnes qui le souhaitent et qui veulent bénéficier du soutien du groupe.
Nous travaillons à certains moments en binômes ou trinômes, et je passe de binôme en binôme pour soutenir le travail.

Nous apprenons à choisir et nommer notre « problème », à élaborer la phrase de préparation et à nous laisser guider par ce qui se passe en nous.

Nous apprendrons également certaines « variations » dans la pratique (dessin, technique du film, technique du portrait chinois…).

Un stage en groupe permet de mettre en commun l’énergie, d’avancer d’une autre manière en entendant les questions et les apports des autres personnes ; une journée entière permet de traiter des difficultés pour soi, même quand c’est une autre personne qui travaille, grâce à ce qu’on appelle le « partage des bénéfices ».

J’apporterai également quelques explications théoriques sur les mécanismes psychologiques qui sont à l’origine de certains de nos problèmes, et qui peuvent nous permettre de mieux nous comprendre et de mieux appliquer ces techniques.

Le séminaire se fait dans le non-jugement et la bienveillance mutuels et en respectant la confidentialité de ce qui est apporté par chacun.

Pour qui ?
Pour tous, particuliers et professionnels, qui souhaitez vous initier ou pratiquer cette technique.

Quand ?
Le 26 nov 2016
de 10 h à 18 h 30.
(pause repas d’une heure et demie).

Le lieu :
à mon cabinet de psychothérapie au 4, rue de la 1ère Armée, Strasbourg, Fr.

Prix : 110 euros la journée (l’inscription est effective à réception de votre paiement). Pour les personnes en difficulté financière, me contacter.

Valérie Joubert
Psychologue, psychothérapeute
06 95 37 60 32
4, rue de la 1ère Armée
67000 Strasbourg
(Arrêt de tram Porte de l’hôpital)
http://www.psycho-ressources.com/valerie-joubert.html
http://www.psycho-ressources.com/valerie-joubert-psychotherapist.html

 

 


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.