Favoriser le coping par l’EMT: un exemple clinique éloquent

Favoriser le coping par l’EMT: un exemple clinique éloquent
Stéphane Migneault, psychologue

Dans ma pratique de la psychothérapie brève, j’ai pu constater à maintes reprises l’utilité de l’EMT (Eye Movement Technique) du Dr Friedberg. L’exemple clinique ci-dessous montre de façon éloquente comment elle suscite le coping, et ce, avec une intervention minimale de la part du thérapeute.

Je reçus un jour en consultation Manon, une femme de 45 ans au physique délicat. Elle était en arrêt de travail depuis plusieurs années en raison de la fibromyalgie et d’autres problèmes de santé chroniques. Lors d’une des séances de psychothérapie, elle me fit part d’un tracas : sa mère, vivant dans une autre ville, allait venir passer quatre jours chez elle. Ma cliente, ayant peu d’énergie, appréhendait cette visite, car sa mère était habituellement déplaisante : celle-ci critiquait sans la gêne la décoration et se permettait de regarder dans les armoires. J’offris à Manon de travailler sur ses appréhensions avec la méthode EMT. Elle me faisait confiance et accepta que nous utilisions cette technique.

Je cernai d’abord avec elle la situation qu’elle appréhendait. Nous la formulâmes ainsi : « Ma mère sera peut-être déplaisante pendant son séjour chez nous. » Ce scénario négatif générait en elle principalement de la tristesse d’une intensité modérée (5/10). Sur le plan physique, elle observait une boule dans son ventre.

Je demandai à ma cliente de se concentrer les yeux fermés sur son scénario négatif associé à sa mère. J’amorçai ensuite une première série de tapotements en alternance sur ses genoux (tapping). Pendant cette série de tapping de trois minutes, elle vit sa mère fouiller et passer des commentaires… Elle se vit ensuite dire à sa mère : « Arrête de faire ça! Arrête de dire ça! » Puis, elle s’imagina secouer sa mère. La boule dans son ventre s’était déplacée dans le haut du ventre. La tristesse s’intensifia un peu (6/10).

J’exécutai une deuxième série de tapping. Plusieurs solutions vinrent alors à l’esprit de ma cliente : 1) effectuer une mise au point avec sa mère dès qu’elle sera désagréable; 2) demander à sa sœur de prendre leur mère deux jours sur les quatre jours prévus; 3) méditer au lever, comme à l’habitude, et avertir sa mère qu’elle a besoin de ce moment pour elle; 4) dire à sa mère d’apporter des mots croisés (le passe-temps favori de celle-ci). Madame prit conscience que sa mère était moins désagréable quand son copain était présent. La tristesse, au terme de la deuxième série, avait diminué (3/10).

J’entamai une troisième série de tapping. D’autres solutions vinrent à l’esprit de ma cliente : 1) sortir de la maison avec sa mère (ex. : faire des marches à leur rythme ou aller à la bibliothèque); 2) regarder des photographies ensemble, activité qu’elles aimaient toutes les deux. Une image mentale étonna ma cliente : elle se voyait souriante en présence de sa mère. Elle imagina ensuite son copain lui dire avec bienveillance : « Va te reposer; je vais tenir compagnie à ta mère ». La tristesse du départ avait complètement disparu (0/10). La cliente ressentait une très légère anxiété (1/10).

J’exécutai une quatrième et dernière série de tapping. Manon se vit répondre aux commentaires déplaisants de sa mère. Elle savait maintenant comment s’y prendre. La tristesse, l’anxiété et la boule dans le ventre s’étaient complètement dissipées. Manon ressentait un soulagement.

Je demandai à Manon de me faire part des changements survenus en elle pendant la séance. La visite de sa mère lui semblait désormais moins catastrophique qu’au début; un sentiment de confiance s’était installé : « Ça va bien aller avec ma mère. Le mieux, c’est de prendre ça au fur et à mesure ». Ma cliente repartit de la séance calme et en paix.

Utile dans quels autres cas?

Les indications de l’EMT sont nombreuses. Elle peut être utilisée pour aider les clients à gérer :
– le stress avant une opération chirurgicale
– la culpabilité d’avoir rompu ou à l’idée de rompre
– la colère par rapport au comportement d’une personne (patron, collègue, etc.)
– l’anxiété à l’idée de devoir parler en public
– la peur de ne pas dormir
– le stress lié à une perte d’emploi ou à un retour au travail
– la culpabilité d’être en arrêt de travail
– l’anxiété avant un examen
– les craintes associées à la grossesse ou à l’accouchement
– les douleurs
– etc.

L’EMT : une technique dérivée de l’EMDR

L’EMT, développée par le Dr F. Friedberg, ressemble beaucoup à l’EMDR en raison de l’utilisation de stimulations bilatérales (ex. : mouvements oculaires rapides, tapotements en alternance sur les genoux). Toutefois, en EMT, on privilégie les stimulations tactiles bilatérales; aussi, chaque série de stimulations tactiles dure plus longtemps : trois minutes (au lieu d’une trentaine de secondes). Le protocole de l’EMT est plutôt simple; par contre, il n’a pas été conçu pour le traitement de souvenirs post-traumatiques.

Comment maîtriser cet outil de thérapie brève?

Depuis 2010, j’enseigne l’EMT à des professionnels de la santé mentale des quatre coins du Québec. À ce jour, près de 500 thérapeutes du Québec ont appris à utiliser cet outil. La formation a été reconnue par l’Ordre des psychologues du Québec en octobre 2012.
Je donne la formation quelques fois par année. Pour connaître les prochaines dates, consultez le www.stephanemigneault.com ou le www.psycho-ressources.com/stephane-migneault.html.

En guise de conclusion

L’EMT est un outil d’intervention permettant de susciter en peu de temps des changements sur les plans émotionnel, cognitif et kinesthésique. Elle facilite la découverte de solutions et favorise un plus grand sentiment d’efficacité personnelle. Je souhaite que l’EMT fasse partie du coffre à outils de plus en plus de psychothérapeutes désireux d’offrir à leurs clients et clientes des méthodes d’intervention rapides et respectueuses de leurs potentialités.

Quelques mots sur Stéphane Migneault

À titre de psychologue, Stéphane Migneault pratique la psychothérapie en bureau privé à Québec. Pour aider ses clients en contexte de thérapie brève, il emploie des techniques telles que l’EMT (eye movement technique), l’hypnose et l’IMO (intégration par les mouvements oculaires). En plus de pratiquer la psychothérapie, il enseigne l’EMT à des professionnels de la santé mentale des quatre coins du Québec. À ce jour, près de 500 thérapeutes ont suivi la formation. Stéphane Migneault est aussi assistant de Danie Beaulieu, Ph. D., lors de formations sur l’IMO. Depuis 2008, il supervise des professionnels dans l’utilisation de cette technique. Sur demande, il donne des conférences destinées au grand public. Enfin, il donne en entreprises des conférences liées à la santé psychologique.

Stéphane Migneault est membre de Psycho-Ressources:
http://www.psycho-ressources.com/stephane-migneault.html


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.