Les clés du burn out – Guide des bonnes pratiques en entreprise

couvert-cles-burnoutLes clés du burn out
Guide des bonnes pratiques en entreprise

Anne Lebourgeois
Véronique Bouquet
Véronique Lepel Cointet

SOMMAIRE

Ce livre est un guide qui traite de manière pragmatique de la prévention et de la gestion du burn out. Il s’adresse aux dirigeants, managers, RH, coachs, salariés, indépendants. Ils y découvriront des outils (grilles de lecture, exercices, questionnements…) pour identifier et gérer les facteurs de burn out : surcharge de travail, physiologie, croyances, entraide…

Afin de mettre en place un dispositif impliquant tous les acteurs de l’entreprise.

Abordée de façon systémique, cette synthèse inédite pose un regard à 360° sur ce sujet. Pas de parti pris manichéen, les lecteurs trouveront des leviers d’action concrets individuels et collectifs, illustrés par des exemples et basés sur nos recherches.

Les outils proposés sont adaptés aux mécanismes et aux spécificités du burn out. Expérimentés dans nos pratiques professionnelles, ils ont montré leur efficacité et nous ont motivées à les partager.

Les livres existants sont, soit des témoignages d’expérience personnelle et de reconstruction individuelle post burn out, soit des ouvrages théoriques souvent médicaux ou psychologiques, centrés sur les mécanismes du burn out. Certains apportent des solutions pratiques mais quasiment exclusivement individuelles, à l’attention du particulier en burn out.

Ce livre se différencie tout d’abord par une réflexion de fond qui implique tous les acteurs (dirigeants, managers, salariés, professions libérales) mais aussi par une volonté d’apporter des leviers d’action pour chacun.

C’est un ouvrage pratique avec des outils concrets à destination des professionnels, ce qui n’avait pas encore été fait à ce jour.

INTRODUCTION

Le burn out est sur toutes les ondes. Il constitue un sujet de préoccupation grandissant et certains parlent même de fléau. La CEGOS, dans son baromètre 2014, annonce : « 1 salarié sur 4 a vécu un problème psychologique grave lié au travail (dépression, burn out). 53% des salariés et 63% des managers subissent un stress régulier au travail.»

Que faire ? Y a-t-il un moyen de sortir de cet engrenage dans lequel nombre d’entreprises, d’administrations et de professions libérales semblent avoir été absorbées?

Loin d’être un simple problème de surmenage individuel et au-delà de la souffrance personnelle qu’il induit, il pose une question sociétale plus large. En effet, le burn out est un processus systémique qui engage tous les acteurs de la vie professionnelle : dirigeants (d’un pays comme d’une organisation), managers, salariés, indépendants, fonctionnaires.

Dans ce contexte, ce livre apporte deux bonnes nouvelles : d’une part il permet de connaître les mécanismes et les facteurs du burn out, pour sortir de la crainte et de la culpabilité ; et d’autre part il donne des clés pour agir.

Il ne s’agit donc pas ici de pointer du doigt le ou les responsables, mais bien d’offrir des axes concrets permettant à chacun d’être acteur aussi bien au niveau individuel que collectif, afin de créer- ou recréer- un cercle vertueux de collaboration et d’efficacité au travail.

Car revisiter les facteurs impliqués dans le burn out conduit à des bénéfices inattendus pour chacun. C’est en cela que paradoxalement, le burn out est un beau sujet.

EXTRAIT

FICHE REPERER N°1
DEFINITION, HISTORIQUE

Définition

Le burn out est tout d’abord un ETAT décrit par l’OMS comme un « sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».

La définition donnée par le Docteur Herbert J. Freudenberger en 1980, fait référence en la matière et explique que c’est « un état qui rend l’individu, consciemment ou inconsciemment, incapable de soutenir ses obligations journalières avec l’énergie et l’enthousiasme habituels ».

Beaucoup d’entre nous ont d’ailleurs cette image en tête : le professionnel allongé dans son lit, en incapacité totale d’aller travailler.

Mais le burn out, c’est aussi et surtout un PROCESSUS.

Selon Cary Cherniss(1) c’est « un processus dans lequel un professionnel précédemment très engagé perd pied et se désengage progressivement et SANS LE VOULOIR de son travail en réponse au stress et aux tensions ressenties ».

H. Freudenberger a lui-même constaté dans ses études que cet épuisement professionnel résulte d’un processus progressif qu’il qualifie de « sournois ».

Dès lors, il nous est apparu essentiel de pouvoir mieux repérer ce processus et les signes qui l’accompagnent afin de pouvoir agir.

Un peu d’histoire

C’est en France, en 1959, qu’une première étude dirigée par Claude Veil, psychiatre français, décrit un état d’épuisement au travail : “Il est le fruit de la rencontre d’un individu et d’une situation. L’un et l’autre sont complexes, et l’on doit se garder des simplifications abusives”. Le terme burn out n’est pas encore utilisé.

Il naît en 1969, aux Etat Unis, avec Loretta Bradley, qui invente ce terme dans une étude de psychologie : “Crime and delinquency, Community based treatment for young adults offenders”.(2)

En 1974, le Docteur Herbert Freudenberger, psychiatre et psychothérapeute américain, reprend ce terme dans une publication scientifique intitulée « staff burn out ».(3) Son travail porte alors sur des personnels de santé. En effet, il est directeur d’un centre de jour pour toxicomanes. Les infirmières et les bénévoles qu’il emploie sont tous extrêmement motivés lorsqu’ils rejoignent son équipe. Au bout d’un an, il s’aperçoit que certains d’entre eux ont perdu leur motivation, après s’être beaucoup donnés dans leur mission. Il écrit alors : « En tant que psychanalyste et praticien, je me suis rendu compte que les gens sont parfois victimes d’incendie, tout comme les immeubles. Sous la tension produite par la vie dans notre monde complexe, leurs ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur, même si l’enveloppe externe semble plus ou moins intacte. »

Une personne en processus de burn out se consume littéralement de l’intérieur. De ce fait, les signes extérieurs de burn out sont difficilement perceptibles voire peuvent passer inaperçus. Nous sommes nombreux à être incapables de voir cet incendie intérieur. Et il faut attendre que le tout ait brûlé pour nous en rendre compte…

En 1976, Christina Maslach, chercheuse américaine en psychologie sociale complète la définition du burn out de Freudenberger. Pour elle c’est un syndrome psychologique à 3 composantes : un épuisement émotionnel, une approche dépersonnalisée des autres (clients, patients, collègues … ) et un faible sentiment d’accomplissement personnel. Elle montre aussi que le burn out se répand au delà du corps médical. Elle s’aperçoit que d’autres professions sont concernées, notamment celles impliquant de nombreux contacts humains (avocats, enseignants, … ).

Les recherches menées en France ont abouti aux mêmes résultats : d’abord observé chez le personnel soignant, les agriculteurs et les enseignants, le burn out a été constaté ensuite dans les métiers à fort engagement, ou à forte implication affective ou morale, tourné vers l’humain. Il s’étend aujourd’hui à tous les métiers, âges, qualifications : les cadres, les salariés, les fonctionnaires, les professions libérales, les services à la personne, mais aussi des trentenaires diplômés,…

Au Japon, le burn out est apparu dans les années 1970 et a connu une forte ampleur dans le début des années 2000 à travers le syndrome du karoshi, qui désigne la mort subite de cadres ou d’employés de bureau suite à une charge de travail ou à un stress trop important. Un conseil national de défense au Japon a évalué en 2003 le nombre de victimes à 10.000 par an. Un programme spécifique de lutte contre ce mal-être ultime au travail a été mis en place par le gouvernement.

Pourtant, paradoxalement si le burn out semble donc être un phénomène de plus en plus répandu, à l’heure où nous rédigeons ce livre, il n’existe pas encore de statistiques officielles. Nous l’expliquons par le fait qu’il n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle, c’est-à-dire qu’il n’y a pas encore de symptômes identifiés comme spécifiques au burn out, qui pourraient servir d’indicateurs à des statistiques.

Ainsi, une personne en processus de burn out peut avoir un arrêt de travail pour des symptômes physiques précis ou pour une dépression… mais toutes les personnes ayant ces symptômes ou en dépression ne sont pas nécessairement en burn out.

Un comité spécifique a donc été mandaté par le gouvernement afin de déterminer médicalement ce qui caractérise un burn out et s’il faut envisager de le classer dans les maladies professionnelles.

Note:
1. Cary Cherniss: « Professional burnout in human service organizations », Greenwood Press, 1980
2. Loretta Bradley: “Crime and delinquency, Community based treatment for young adults offenders”.
3. Dr Herbert Freudenberger: « staff burn out », Journal of social issues, 1974.

LES AUTEURS

Elles sont toutes les 3 coachs, consultantes et formatrices au sein de LCB Ressources.
Elles ont mis en commun leurs expériences et leurs compétences complémentaires (médicales, RH, managériales, sociologiques) au service de la gestion et de la prévention du burn out.

photo-veronique-bouquetVéronique Bouquet

Diplômée d’Audencia, elle est co-dirigeante de LCB Ressources. Coach, consultante, formatrice, elle conçoit et anime des interventions sur-mesure depuis 2000 en communication, gestion des conflits, gestion du temps, prévention du burn out et management. Après 7 ans dans le groupe Brandt, comme commerciale, chef de produits puis marketing manager sur 3 pays, elle effectue une reconversion professionnelle et accompagne désormais des cadres, managers, chefs d’entreprise et professionnels de santé.

Véronique Bouquet est membre de Psycho-Ressources:
https://www.psycho-ressources.com/coach-therapeute/nantes/veronique-bouquet.html

photo-anne-lebourgeoisAnne Lebourgeois

Co-fondatrice de LCB Ressources, elle intervient en tant que consultante- formatrice et coach en entreprise sur des thèmes de communication en contexte sensible, gestion du stress, gestion et prévention du burn out et piloter sa carrière professionnelle. Masseur-kinésithérapeute DE, certifiée à l’expertise judiciaire elle effectue une reconversion professionnelle et accompagne des cadres, des managers, des chefs d’entreprise, des hommes politiques et des professionnels de santé.

photo-veronique-lepelVéronique Lepel Cointet

Diplômée de l’ESCP, Docteur en sociologie des organisations et elle est co-dirigeante de LCB Ressources.  Consultante, formatrice et coach certifiée HEC, elle intervient en entreprise à travers des coachings individuels et collectifs, des 360°, des bilans de carrière et des formations MBTI, change management, gestion des équilibres de vie et prévention et gestion du burn out. Elle a occupé pendant 15 ans des fonctions opérationnelles RH dans des groupes français et américains. Elle accompagne désormais en français et en anglais les dirigeants, les managers et leurs équipes.

COMMANDER
Sur commande auprès de votre libraire habituel ou sur internet.

Sur Amazon
https://www.amazon.fr/dp/2322113492

Editeur DOD
https://www.bod.fr/livre/veronique-bouquet/les-cles-du-burn-out/9782322113491.html

Librairie fnac
http://livre.fnac.com/a10129085/Veronique-Bouquet-Les-cles-du-burn-out

SITE WEB
http://www.burnout-livre.fr

DÉTAILS
Titre: Les clés du burn out – Guide des bonnes pratiques en entreprise
Auteurs : Anne Lebourgeois, Véronique Bouquet, Véronique Lepel Cointet
Broché: 248 pages
Editeur : Books on Demand (21 septembre 2016)
Langue : Français
ISBN-10: 2322113492
ISBN-13: 978-2322113491
Dimensions du produit: 12,7 x 1,3 x 20,3 cm


Ce contenu a été publié dans Articles Thématiques, Livres, Problématiques Variées, Publications, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.