Psychologie chinoise Yang Shen et effets des points d’acupuncture

Extrait de la conférence donnée à Paris, mai 2007. Par Nicole Tremblay, Ph.D., Acu.

« Avec l’aide de la médecine traditionnelle chinoise et particulièrement de l’acupuncture, j’ai pu constater comme certains autres praticiens tels Hammer et Smith (Hammer, L. 1990, p.18, Smith M. 1997) et comme des collègues acupuncteurs, que les traitements d’acupuncture dégagent les tensions musculaires, les stress et, par le fait même, la rigidité physique, émotionnelle et mentale ce qui facilite, engendre et accélère l’émergence de la conscience.

Ces prises de conscience entraînent des modifications de comportements indésirables, supportent physiquement et émotionnellement les patients et les aident à poursuivre leur thérapie avec une conscience élargie, nécessaire pour évacuer ou transformer les émotions et les pensées négatives en positif et changer d’attitude.

La psychologie chinoise Yang Shen et la médecine chinoise

La psychologie et la médecine chinoise reconnaissent le rôle du client et sa responsabilité dans la participation à sa guérison d’où les pratiques qui lui sont enseignées : Chi Kung (Qi Cong), méditation, changements alimentaires.

La médecine traditionnelle chinoise n’est pas séparée de la psychologie, qui porte comme nom Yang Sheng ou psychothérapie traditionnelle chinoise. Cette psychologie est basée sur les San Jiao (trois trésors) : Jing (vitalité) – Qi (énergie) – Shen Cœur-mental), appelés aussi les trois TanTien qui mettent en action et en union les aspects somatopsychiques (Guan Neng Bing) et psychosomatiques (Xin Li Bing). Le soma est Yin, le psychologique est Yang.

Le Shen c’est le sexe, le cœur et le mental réunis dans la conscience. Le Tchang Shi Lei King dit : « Le Shen provient du Jing et du Qi. Si nous pouvons maîtriser le Jing et le Qi, c’est que le Shen réside dans notre cœur. » (Nguyen, Van Nghi, 1984, p. 82).

Dans la tradition chinoise millénaire, le premier acte thérapeutique consistait à l’ouverture du cœur dans la discussion avec le patient. « L’écoute » de celui-ci nécessite de se mettre sur sa longueur d’onde pour lui permettre de « dire », « d’être entendu », « compris » et « ressenti ». Le patient connaît ses émotions et ses symptômes et peut les décrire, s’il est écouté. Les traitements du Shen agissent sur les désirs, les émotions, les pensées et l’ouverture spirituelle.  Le deuxième acte thérapeutique est l’observation de la personne : son teint, l’éclat des yeux, le son de la voix, son attitude, sa langue et de voir de quel type énergétique ou constitution est la personne. Les traitements du Qi (énergie) se font surtout par le massage, par les aiguilles, la pharmacopée et l’alimentation. Les organes des sens (yeux-oreilles) sont rattachés aux maladies mentales, la bouche et le nez aux maladies alimentaires, mais pour la médecine traditionnelle chinoise (MTC), la première cause des maladies internes vient des émotions générées dans les organes internes.

La psychologie chinoise utilise plusieurs moyens thérapeutiques : la rééducation du cœur, la rééducation de la conscience, l’action sur l’inconscient, la relaxation, le Qi Cong interne et externe, la méditation, les rêves, la musique, la prévention. Nous exposons ici quelques techniques préventives par la méditation et la respiration. (A suivre…)

La prévention de la maladie par la prévention des déséquilibres physiques, émotifs et mentaux sont à la base de la psychothérapie chinoise (Yang Sheng). Les principales méthodes préventives sont les suivantes :

  • Garder le cœur ouvert par la joie qui diffuse l’énergie dans tout le corps et enlève les tensions.
  • Tourner l’esprit vers l’intérieur par la méditation avec le sourire.
  • S’entraîner au sourire qui vient du cœur, manifester la joie qui vient du cœur, penser à des choses agréables.

LE SOURIRE EST UN TRANSFORMATEUR :
« SOURIEZ À LA TRISTESSE », « SOURIEZ À LA  DOULEUR ».
LE SOURIRE A UN POUVOIR CRÉATEUR .

  • Voir les deux aspects de toute chose, le bon et le mauvais, mais le bon d’abord.
  • Cultiver l’admiration et le contentement en appréciant les petites choses, multiplier la conscience des choses agréables.
  • Utiliser ce qui est plutôt que de vouloir autre chose ou l’idéal.
  • Avoir des occupations désintéressées, faire des choses que l’on aime et se consacrer à des activités créatrices.
  • Avoir des amis et leur dire ce que l’on a sur le cœur, comme si c’était une deuxième famille.
  • Ne pas oublier que le corps s’en va vers le bas et que l’esprit s’en va vers le haut, sa voie, le Tao.

Le Tao ajoute que le travail spirituel consiste à réunir les sept âmes Po (le corps) et les trois âmes Hun (l’esprit) et retourner à la lumière, vers le haut sans passer par la mort ou la séparation du Hun et du Po.

La psychothérapie traditionnelle chinoise ou Yang Sheng et la méditation taoïste servent aussi à activer, à équilibrer le Shen et aussi à réunir et équilibrer le cœur et les reins (axe Shao Yin). Garder l’axe du Cœur (Feu) et des Reins (Eau) en équilibre, c’est la voie de l’équilibre du Shen (Cœur-Mental).
Dans notre culture nous connaissons aussi l’importance du sourire comme le démontre cette opérette «  Le pays du sourire »

« Toujours sourire, le cœur douloureux
Et sembler rire du sort malheureux,
C’est notre loi, toujours sourire,
Notre regard discret, garde son secret… »

Nicole Tremblay, Ph.D., Acu.
Psychologue, Docteur en psychologie, Auteure, Conférencière, Formatrice
Ville de Québec, Québec, Canada
http://www.psycho-ressources.com/psychologue/quebec/nicole-tremblay.html


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.