Réveillez votre génie créateur !

image-creative-pexelsRéveillez votre
génie créateur !

Denise Noël
Intervenante en création et en relations humaines
Montréal, Canada

Une cure de pré-émerveillement pour réveiller votre génie créateur, ça vous tente ?

Depuis cet été, j’écris un roman avec une amie. Toute une aventure ! Un beau mélange de course au trésor/course à obstacles/course à relais avec falaises escarpées, nids-de-poule inopinés, sauts en bungee vertigineux, fous rires décapants, lâcher-prises libérateurs, percées jubilatoires et découvertes inespérées. Soudain au 5ème chapitre, cul-de-sac à l’horizon.

Quelque chose cloche, ah non ! Je résiste un moment à me pencher comme une mère dévouée sur le bobo de notre bébé. J’ai peur que ça fasse mal. Pourtant, je sais que je dois faire la bise à la réalité pour libérer la vitalité et l’ingéniosité de ma vraie présence et ouvrir la porte de tous les possibles.

Finalement, je dis à ma complice d’écriture : on dirait que ce n’est pas habité, ça manque de vie, de sens… ça ne me donne pas envie de continuer à lire… Elle acquiesce à regret. On se sent toutes les deux dépassées, démunies. La terre est devenue plate tout à coup et on est rendues au bout : c’est finiiii, le train s’arrête ici, tout le monde débarque !

Une petite voix connue en profite pour me flatter dans le mauvais sens du poil : tu t’es prise pour une autre (elle ne sait pas encore que l’autre c’est moi), t’as pas ce qu’il faut pour écrire un roman, t’aurais dû t’en apercevoir avant, ta pauvre amie va en souffrir…
Par chance, je me rappelle que quand rien ne va plus tout est possible (il me semble que j’ai écrit quelque chose là-dessus)… Que quand j’arrive au bout de mes ressources habituelles, une plus grande source de créativité et d’amour peut prendre la relève, si je m’enlève du chemin. M’enlever du chemin c’est d’abord faire ce qu’il faut pour ne pas être en réaction. Je sais trop bien qu’être en réaction nous empêche d’être en création.
1ère chose à faire pour ne pas être en réaction : dire oui à ce que je vis avec ma voix la plus bienveillante et m’ouvrir à ce qui peut émerger de bon et de nouveau à partir de là.
Ouf, c’est vraiment pas évident de lâcher prise par moments !

Mon petit moi est aussi crispé qu’un haltérophile aux Olympiques.

S’il lâche prise, il va arriver quelque chose de terrible, je ne trouverai jamais comment rendre notre roman captivant, c’est sûr ! Pas surprenant : il croit dur comme fer que ses options sont limitées à une seule, que la seule façon d’arriver à bon port c’est de pousser plus fort et que sa valeur fluctue avec la demande, comme à la bourse. Pour m’ouvrir plus grand je dois même dire oui à ma peur que ce soit un flop ou à la possibilité que je n’aie pas ce qu’il faut. C’est la dernière chose que je souhaite, mais comment puis-je créer si je n’accepte pas la possibilité de me planter des fois ?

Je m’engage donc à continuer à m’aimer et à suivre mes élans créateurs si jamais c’est ce qui arrive. Ma créativité a plus d’un chemin pour aller à Rome. Dès que j’arrive à dire oui à l’éventualité de ne pas l’avoir et que je m’ouvre à ce qui peut naître de bon, je suis allégée d’un gros poids. La terre redevient ronde et ma créativité peut prendre son envol.

Ça m’amène à passer d’une question cul-de-sac : est-ce que je suis à la hauteur…
à une question créatrice et amoureuse: qu’est-ce qui cherche à émerger de beau, bon et nouveau à travers cette impasse?

Surprise ! 3 mots auxquels je ne m’attendais pas se pointent en douce :
Wow. Enfin. Merci !

Au départ je ne vois pas le rapport, mais quand je les répète et les laisse résonner dans mon coeur, mon corps et mon esprit, j’accède à une joie, une liberté, et une plénitude qui me comblent et m’enchantent.
Je n’ai plus rien à gagner, plus rien à perdre, tout est possible !

Vous voulez savoir la fin de l’histoire ?

Ce soir là je m’endors dans le mystère, bordée par la main bienveillante de la vie en devenir. À 4 heures du matin, je me réveille avec un germe d’idée : un des personnages principaux n’a pas toute sa carrure et ses couleurs et notre histoire en souffre.
Ce matin là on s’est attelées à la tâche pour voir si cette piste tenait la route sur le plancher des vaches. Eh oui! De nouvelles avenues pleines de vie et de sens se sont tracées sous nos yeux. On a terminé la journée émerveillées, ragaillardies. Depuis ce temps ça file doux… jusqu’à la prochaine impasse. Mais on connait la chanson. Quand c’est finiiii pour notre petit moi, c’est le point de départ pour notre plus grande source, celle de notre Cœur Créateur qui ratisse large et profond et qui a des bonnes connexions partout, avec tout.

La Pratique

Voici la cure de pré-émerveillement pour libérer votre génie créateur -et amoureux- et ouvrir votre esprit, votre cœur, votre volonté aux possibilités qui cherchent à naître à travers ce que vous vivez et rencontrez.

Cette méditation créatrice va vous donner accès à votre second souffle où vous êtes absorbé dans l’instant, ouvert à ce qui nous entoure et où vos actions, vos inspirations coulent de source sans efforts inutiles.

Vous serez à votre meilleur et vous jouirez du meilleur sans pression.

Faites-la quelques minutes matin et soir, dans la journée quand vous rencontrez des pépins ou que vous êtes trop crispé ou simplement pour être dans le flot.

Respirez amplement tout le long de la pratique en restant attentif à ce qui s’ouvre et se libère dans votre esprit, votre cœur votre corps et votre énergie.

Répétez jusqu’à ce que vous sentiez l’ouverture, la plénitude et la joie désirées.

1) Dites d’abord Wow ! en inspirant profondément.

Sentez votre esprit s’ouvrir et s’émerveiller des possibilités qu’il ne peut imaginer.
Vous pouvez dire quelque chose comme: Wow! je n’aurais jamais pu imaginer comment -votre état, blocage ou problème- s’est transformé ou – votre désir- s’est réalisé…
Voici ce que j’ai exprimé avec émerveillement: Wow! je n’aurais jamais pu imaginer comment une piste qui donne un second souffle à notre roman allait émerger!
Ce Wow! vous permet de laisser aller votre attachement à ce que votre petit moi connait et croit possible pour vous ouvrir à des possibilités inespérées qui le dépassent.

2) Dites ensuite Enfin ! en expirant jusque dans votre ventre.

Sentez votre volonté se décrisper et déposez-vous dans la confiance que c’est déjà présent, accessible et que ce vous êtes est parfait pour le recevoir.
Laissez aller les attentes et les exigences que vous avez face à vous-même.
Ce Enfin! vous permet de lâcher prise sur la forme et le temps que ça va prendre et de vous déposer dans un état de réceptivité, de détente, de plénitude dès maintenant pour que vos inspirations et vos actions coulent de source sans pression.

3) Dites Merci ! en inspirant et en expirant dans la région du coeur.

Sentez votre cœur prendre de l’expansion, se réjouir et partager sa gratitude avec l’entourage.

Expirez.

Ce Merci! vous allège des « jamais assez » et des « je dois y arriver seul » de votre petit moi pour amplifier votre ouverture et goûter pleinement à la joie de recevoir en la partageant.

Répétez plusieurs fois jusqu’à ce que vous sentiez une joie, une vitalité, une liberté nouvelles dans votre corps, votre esprit et votre coeur.

Denise Noël
Intervenante en création et en relations humaines
Ex-Directrice du Centre de Focusing de Montréal
Montréal, Canada
Membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/denise-noel.html


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.