Le transgénérationnel chez les célébrités – Tome 2

couvert-transgeneration-2-bisLe transgénérationnel chez les célébrités – Tome 2.
Ouvrage collectif – ECODITION

Par Thierry Gaillard, Denise Morel-Ferla, Élisabeth Horowitz, Manuelle Sekely, Brigitte Besset-Collet, Eléonore Béchaux, Tamara Boyer

(168 pages , Ecodition 2017 , ISBN 9782940540211)
Prix Ecodition : 15,95 €

SOMMAIRE

Gustave Courbet, Louis Aragon, Michael Caine, Antoine de Saint Exupéry, Romain Gary, Alexandre Jardin

Cet ouvrage présente une sélection d’analyses transgénérationnelles de plusieurs personnalités célèbres. Les auteur-e-s nous invitent à dépasser les apparences pour découvrir l’envers de ce qui est déjà connu du grand public. Au-delà de tout jugement, ces analyses révèlent de quelle manière ces « célébrités » ont dû composer avec les histoires de leurs aïeux, leurs deuils non faits notamment, dont ils n’ont généralement pas été conscients.

Ces exemples nous incitent à nous interroger sur nos propres héritages transgénérationnels inconscients. Ils nous sensibilisent à l’importance d’un travail introspectif, à la nécessité d’être attentifs à nos symptômes, à nos projections, aux impressions de « déjà vu », à nos rêves, pour aller à la rencontre de nos propres origines et de nous-mêmes.

COMMANDEZ
http://ecodition.net/livre/transgenerationnel-chez-celebrites-tome-2/

EXTRAIT

Gustave Courbet
entre ombre et lumière

par Thierry Gaillard

photo-gustaveLa vie et l’oeuvre du peintre français Gustave Courbet (1819-1877) sont passionnantes à plus d’un titre. Autodidacte, à force de travail, il sera internationalement reconnu comme un grand maître et un précurseur dans l’histoire de la peinture. Cependant, alors que tout lui réussit, il devra s’exiler et se réfugier en Suisse, à La Tour-de-Peilz. En effet, à la suite d’importants événements politiques auxquels il fut mêlé, jugé de manière partiale et abusivement condamné, il dû s’enfuir clandestinement en 1873 pour échapper à la prison et à la ruine. Ainsi, en plus d’avoir été un précurseur dans l’histoire de la peinture, Courbet annonçait en quelque sorte aussi les exils et migrations que nous observons aujourd’hui à l’échelle de la planète.

Dans sa commune d’accueil l’artiste poursuivra son œuvre, comme s’il habitait dorénavant sa peinture, au-delà des frontières, au-delà du temps. Mais sa condamnation et ses laborieuses tractations avec les autorités françaises pour tenter de retrouver ses libertés l’affecteront. Une maladie l’emportera prématurément à l’âge de 57 ans, le 31 décembre 1877. Devenu immortel par son génie artistique, son heure était-t-elle venue ? À la Tour-de-Peilz, face au coucher de soleil qui rougeoie le ciel autant que l’eau du lac Léman, le phénix a pris congé de cette vie pour peut-être renaître sous d’autres auspices.
Ayant passé mon enfance à La Tour-de-Peilz j’avais bien sûr entendu parler de Gustave Courbet. Le célèbre peintre, personnalité tonitruante et chef de file d’un nouveau courant – le réalisme -, a laissé des traces de son passage. Une des écoles que j’avais fréquentée porte son nom. Dans le vieux port une plaque indique la dernière demeure du maître, et, sur la fontaine de la place du temple trône le buste « La liberté » qu’il avait offert à la commune pour la remercier de son hospitalité.

Ma curiosité fut piquée à vif lorsque j’ai récemment appris que Courbet était ce que l’on appelle dans le jargon des psys un « enfant de remplacement ». Est-ce à cause de cela, ou plutôt grâce à cela, qu’il serait devenu un artiste de génie ? Et pourquoi Courbet n’avait-il pas pu rebondir et faire le deuil de son ancienne vie lorsqu’il fut accueilli en Suisse ? Faut-il chercher la réponse dans ces deuils non faits que les enfants de remplacement héritent de leurs parents ? En effet, les analystes transgénérationnels le savent bien, un tel héritage peut entraîner dans une chute vertigineuse ceux qui se brûlent les ailes pour s’être trop approchés du soleil – comme Icare. Le « star système » regorge de tels exemples.
Pour en avoir le cœur net, j’ai voulu appliquer ma méthode d’analyse transgénérationnelle au destin de Courbet et ainsi tenter de mieux comprendre son parcours si particulier. Les résultats de mes recherches dépassèrent mes attentes, et, dans les pages qui suivent, je tenterai de montrer de quelle manière la vie de Courbet fut largement influencée par ses héritages transgénérationnels inconscients.

Un enfant de remplacement ?

En général les enfants de remplacements souffrent d’un manque de reconnaissance qu’ils ne parviennent pas à surmonter, en tous cas pas de leur vivant, comme Vincent Van Gogh ou Camille Claudel(1). Faudrait-il comprendre que Courbet aurait réagi autrement que les autres puisqu’il réussit à se faire reconnaître de son vivant ? Et quelle serait la nature de cette autre manière de se vivre dans la position d’enfant de remplacement ? Il m’a semblé intéressant d’approfondir ces questions et peut-être de découvrir le fin mot de l’histoire.
Il faut savoir qu’un enfant conçu pour remplacer un frère aîné, comme c’est le cas de Courbet, risque d’en subir les conséquences, c’est-à-dire d’être rejeté, s’il diffère trop de ce que l’on attend de lui. D’un point de vue symbolique en tous cas, l’exil évoque en effet la perte du lien à la mère, à la terre natale. Qu’est ce qui ne se serait pas bien passé à la naissance qui pourrait entraîner la répétition d’un tel schéma ? Que faudrait-il que Courbet fasse pour se libérer de ce statut d’enfant de remplacement ? De telles questions sont légitimes quand on sait à quel point Courbet cherchera à se distinguer, toujours porté par cet impératif de ne pas être confondu avec un autre. Il ira jusqu’à révolutionner la peinture de son époque pour se faire reconnaître comme un innovateur, incomparable à tous les autres peintres de son époque. Son œuvre sonnera le glas des anciens critères en matière d’art, comme s’il avait voulu enterrer un monde « passé » pour se donner une nouvelle place, comme s’il voulait que l’on fasse le deuil d’un frère ainé pour qu’il puisse être reconnu en tant que lui-même – et non pas comme son remplaçant. Cerise sur le gâteau, c’est encore lui qui réalisera l’œuvre la plus sulfureuse de son époque : l’origine du monde ! Son « réalisme » brise les tabous pour nous replacer, autrement, face aux mystères du féminin et de la vie. S’il fait référence à la naissance et à la femme-mère du monde dans le titre de son tableau, c’est peut-être bien pour attirer notre attention sur ces voeux que prononcent les fées à notre naissance.

Il était une fois…

Avant de nous pencher sur le bagage transgénérationnel de Courbet, faisons déjà un peu plus connaissance avec le personnage. Il est né le 10 juin 1819 à Ornans, près de Besançon dans le Doubs. Il vient d’une famille aisée puisque son père, Régis Courbet, gère en héritage une ferme et des terres au village voisin de Flagey. Du côté de sa mère, il est le descendant des Oudot, traditionnellement vignerons à Ornans. Les biographes s’accordent à dire que Gustave Courbet aurait hérité du tempérament révolutionnaire de son grand-père maternel, Jean-Antoine Oudot, ancien conventionnel de la Révolution Française, aux idées anticléricales, membre de la municipalité d’Ornans. La devise qu’il inculque à son petit-fils : « Crie fort et marche droit ! »

Un an après leur mariage, le 26 septembre 1817, les parents de Gustave Courbet ont un premier fils, Jean-Antoine, lequel décède le jour même de sa naissance. Une année plus tard, c’est-à-dire dans cette période anniversaire de naissance et décès du premier fils, c’est Gustave qui sera conçu pour naître neuf mois plus tard. C’est précisément cette coïncidence entre une date anniversaire d’un décès et la date de conception d’un nouvel enfant qui fait de ce dernier un potentiel « enfant de remplacement », nous y reviendrons.
À douze ans, au petit séminaire d’Ornans, il est sensibilisé à la peinture par son professeur de dessin. Puis, au collège royal de Besançon il suit des cours de dessin de Charles-Antoine Flajoulot, directeur de l’École des Beaux-Arts de la ville. Fin 1839, il monte à Paris, soi-disant pour y suivre des études de droits, comme son père le souhaitait. Mais il fréquente l’atelier du peintre Charles de Steuben et celui de Nicolas-Auguste Hesse qui l’encourage. Courbet a un « oeil », un talent inédit pour les couleurs. Au Louvre, il copie les maîtres et, sans se soucier de suivre une des écoles réputées de la capitale, il poursuit sa formation de manière autodidacte.

Courbet s’acharne, il veut vivre de sa peinture. En 1844, un de ses portrait (Courbet au chien noir) est enfin admis au fameux « Salon », passage obligé vers la reconnaissance. Il est déterminé et s’en explique dans une lettre à ses parents : « il faut que dans cinq ans j’aie un nom dans Paris ». Il est au cœur de l’effervescence artistique et politique parisienne, vit la bohème et se lie d’amitié avec le critique Champfleury, Baudelaire, le polémiste Proudhon et tant d’autres.
Avec son modèle, Virginie Binet, Courbet devient père en 1847, sans toutefois reconnaître son fils. Elle le quittera en 1851 en emportant leur enfant. Sa souffrance, Courbet la peindra dans L’homme amoureux agonisant, un portrait, avec une tache de sang sur le coeur, qu’il conservera jusqu’à sa mort.

Lors des émeutes ouvrières de 1848, il est témoin de la répression républicaine. Il écrira à ses parents : « Je n’ai pas foi dans la guerre au fusil et au canon et ce n’est pas dans mes principes. Voilà dix ans que je fais la guerre de l’intelligence ».

Note
1. Voir les analyses transgénérationnelles qui leurs sont consacrées dans « Le transgénérationnel dans la vie des célébrités », Ecodition, Genève.

[…]

photo-thierry-gaillardL’AUTEUR PRINCIPAL

Thierry Gaillard (MA) est psychologue des profondeurs, spécialisé en intégration transgénérationnelle, psychothérapeute et formateur agréé Santé Suisse (organe faîtier de assurances sociales Suisse) et FSP (Fédération Suisse des Psychologues).
Diplômé de l’Université de Genève et M.A. en psychologie développementale à la City University de New York, formé en psychanalyse, en philosophie, il a exploré de multiples approches thérapeutiques contemporaines et traditionnelles. Depuis 1998, il exerce en cabinet privé en Suisse romande.
Ses recherches l’ont amené à découvrir la dimension transgénérationnelle qui sous-tend le mythe d’Œdipe. Cette nouvelle thèse (voir la bibliographie) ouvre de nouvelles perspectives en psychologie des profondeurs.

Site Internet : http://www.thierry-gaillard.com

Thierry Gaillard est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/thierry-gaillard.html

COMMANDEZ
http://ecodition.net/livre/transgenerationnel-chez-celebrites-tome-2/

DÉTAILS

Écodition Éditions
18, rue De-Candolle, 1205 Genève, Suisse
ecodition@gmail.com
http://www.ecodition.net
2017 Première édition
© 2017, Le visible et l’invisible SARL. Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-940540-21-1


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.