Intégrer ses héritages transgénérationnels et mieux se connaître

couvert-integrer-32017 Nouvelle édition augmentée !

Intégrer ses héritages transgénérationnels
et mieux se connaître

Par Thierry Gaillard
172 pages Ecodition 2017
ISBN 978-2-940540-20-4
Format : 3ème édition augmentée
Prix Ecodition : 15.95 €

4e de couverture

De la même façon qu’un arbre est lié à des racines invisibles, nous sommes liés à nos aïeux, à nos origines. Nous sommes les fruits de nos lignées familiales, les héritiers des expériences marquantes de nos ancêtres – dont on retrouve des traces sur notre ADN comme les recherches épigénétiques l’ont démontré. Aujourd’hui enfin, nous comprenons mieux comment ces héritages transgénérationnels inconscients se transmettent sur plusieurs générations, et de quelle manière ils influencent nos vies.

À travers de nombreux exemples de thérapies, l’auteur montre comment il est possible d’intégrer les histoires non terminées de nos aïeux. Il décrypte des héritages transgénérationnels, des secrets de famille, des non-dits, des deuils non faits, afin de guérir de toutes sortes de symptômes et d’en finir avec la répétition de certains scénarios. Son approche s’inspire autant des thérapies contemporaines que des connaissances dites traditionnelles sur la « maladie des ancêtres ». Sa perspective est holistique, préconisant une intégration transgénérationnelle au lieu de vouloir se couper d’une importante part de soi, originaire. Il s’inspire de la devise des anciens Grecs, connais-toi toi-même, pour revenir à l’essentiel et y prendre racine.

Informations, premier chapitre et commande
http://www.ecodition.net/livre/integrer-ses-heritages-transgenerationnels-2/

EXTRAIT – Introduction

Les histoires non terminées ont cette étonnante tendance à se répéter, comme si le destin insistait et qu’il nous fallait mieux les comprendre. Et lorsque nous avons trouvé leurs sens véritables, ces situations semblent ne plus revenir, comme si nous en étions libérés. Nous pouvons alors tourner la page et, fort de cet apprentissage, aborder l’écriture d’un nouveau chapitre de notre vie. Et cela ne s’observe pas seulement au niveau individuel, mais aussi à l’échelle familiale et collective. Winston Churchill l’exprimait en ces termes : « un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ».

Cette répétition de situations conflictuelles et de difficultés de toutes sortes nous invite à mieux com-prendre le monde, les autres et nous-même. Avant nous, nos parents, nos ancêtres, furent, eux aussi, confrontés à des questions pas toujours réglées, mais laissées comme suspendues dans le temps, en attente d’être intégrées.

Car en effet, lorsqu’au lieu d’intégrer ces situations qui se répètent, nous les refoulons, ou les oublions, cela ne signifie pas qu’elles sont terminées ou réglées. Si nous-même, ou nos aïeux, n’en avons plus conscience, elles n’en perdurent pas moins de manière inconsciente. Et précisément parce qu’elles sont devenues in-conscientes, elles peuvent se transmettre aux pro-chaines générations.

En réalité il faut comprendre que les histoires non terminées restent présentes, cachées derrière les apparences, même si les générations défilent et que le temps passe. Il s’agit d’une sorte de passé qui n’est pas passé, d’un inconscient toujours présent et qui se manifeste dans toutes sortes de difficultés et de symptômes chez ceux qui en héritent. Pour les anciens Grecs il était tout à fait clair que les familles, liées par les liens du sang, forment une seule et même entité et que leurs derniers représentants héritaient autant des biens accumulés que des histoires non terminées.

En plus des transmissions bénéfiques (patrimoine, talents et connaissances) viennent donc aussi tous ces héritages à priori invisibles, associés à des vécus et à des conflits non intégrés par nos aïeux. Et aujourd’hui, avec les analyses transgénérationnelles, nous redécouvrons à quel point les expériences marquantes (traumas, secrets, drames affectifs, etc.), que nos aïeux n’ont pas pu ou pas su intégrer, laissent des héritages inconscients qui se transmettent aux descendants, d’où le terme de « transgénérationnel » pour les qualifier.

Pour introduire le lecteur au travail d’intégration transgénérationnelle, voici un premier exemple tiré de mon expérience thérapeutique. Soulagée et très excitée, Caroline m’explique que son problème avec les portes fermées est réglé ! Depuis toute petite elle ne supportait pas d’être dans une pièce si la porte était fermée. Chez elle, au travail et même dans des lieux publics (aux toilettes par exemple) elle devait toujours garder les portes ouvertes ! Pour l’aider, nous avions entamé un travail sur son arbre de famille et les histoires de ses parents et grands-parents commençaient à sortir de l’ombre. Et lors d’une visite chez ses parents, sa mère lui a expliqué que lorsqu’elle était petite, sa propre mère (la grand-mère de ma cliente) l’enfermait systématiquement à clef dans des pièces de leur appartement pour la punir. Or ces punitions lui étaient insupportables, vécues comme de véritables traumatismes émotionnels où se mêlaient sentiments de désespoir et d’abandon. Et Caroline m’explique que : « pendant que ma mère me racontait ce qu’elle avait vécu pendant son enfance, non seule-ment j’avais enfin une compréhension d’où me venaient mes problèmes de portes fermées, mais surtout j’ai ressenti physiquement un changement, comme si quelque chose s’évaporait. Car en effet, sans y prêter attention, le soir même et les autres jours depuis, j’ai refermé les portes de ma chambre et des pièces où je me trouvais comme si de rien n’était ! Je n’ai plus de problèmes avec les portes fermées ! »

Je n’ose pas imaginer le nombre de personne qui, comme Caroline, pourraient bénéficier de ce genre de transmission verbale de leurs parents et grands-parents. Car autrement, forcément, les nouvelles générations se débattent avec des problèmes dont elles ne soupçonnent même pas l’origine transgénérationnelle. Ce n’est qu’après coup que les choses paraissent évidentes.

Certes, Caroline avait déjà travaillé sur ce problème d’angoisse des portes fermées en recourant à diverses thérapies et sans doute était-elle « mûre » pour guérir. Mais seul le travail transgénérationnel et l’attention portée à l’histoire de ses aïeux lui aura permis de découvrir l’origine et la signification de son problème. Découvrir la juste signification des symptômes reste la condition sine qua non d’une guérison durable.

Autre ouvrages de Thierry Gaillard

Chamanisme, rapport aux ancêtres et intégration transgénérationnelle
http://psycho-ressources.com/blog/chamanisme-ancetres-transgenerationnel/

Exemples d’intégration transgérationnelle – Ouvrage collectif multidisciplinaire
http://www.ecodition.net/livre/exemples-dintegration-transgenerationnelle/

Sophocle thérapeute, la guérison d’Oedipe à Colone
http://www.ecodition.net/livre/sophocle-therapeute/

L’autre OEdipe. De Freud à Sophocle
http://www.ecodition.net/livre/lautre-oedipe/

La renaissance d’Oedipe – Une mythanalyse transgénérationnelle
http://www.ecodition.net/livre/la-renaissance-doedipe/

Le transgénérationnel dans la vie des célébrités
http://www.ecodition.net/livre/le-transgenerationnel-dans-la-vie-des-celebrites/

Sites Web
http://www.thierry-gaillard.com
http://www.ecodition.net

Thierry Gaillard est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/thierry-gaillard.html

Informations, premier chapitre et commande
http://www.ecodition.net/livre/integrer-ses-heritages-transgenerationnels-2/


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, Livres, Publications, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.