FORMATION – L’analyse transgénérationnelle du mythe d’Oedipe (Genève)

photo-thierry-gaillard-livreFORMATION – L’analyse transgénérationnelle du mythe d’Oedipe

Sept-nov 2018: Le modèle de Sophocle sur les dettes transgénérationnelles et le processus d’intégration/guérison.

Nouvelle formation accréditée: L’analyse transgénérationnelle du mythe d’Oedipe / le modèle thérapeutique de Sophocle.

A Genève au Centre Hermès et online par WEBINAIRE (jusqu’à 25 personnes)

9 cours-séminaires, de septembre à novembre
Les lundis soirs et/ou jeudis soirs, 20h30-22h.

(18 heures de formation accrédités)
Prix : 360 euros (120 mensuel) ou 400 CHF (133 mensuel)

Préparation: il est conseillé d’avoir lu au préalable:
Intégrer ses héritages transgénérationnel.
http://psycho-ressources.com/blog/heritages-transgenerationnels-4/

A propos du cours:

Ce cours vous initiera à l’envers du décors, derrière ce qui est apparent, pour pénétrer la symbolique du mythe, cet autre langage qui est aussi celui des rêves, des fantasmes et de l’inconscient.

L’analyse transgénérationnelle du mythe d’Oedipe est instructive à plus d’un titre.

  • Elle illustre l’aliénation la plus dramatique possible, pour mieux présenter l’importance d’un processus de guérison, jusqu’à ce qu’Oedipe devienne le héros de Colone, le garant de sa prospérité.
  • Elle révèle les effets pathogènes d’un secret de famille quant à l’identité des parents biologiques.
  • Elle dénonce l’incompréhension du véritable message de Sophocle et ainsi témoigne des aliénations culturelles de notre civilisation moderne – notamment une certaine rupture du rapport aux origines.
  • Elle nous permet d’analyser la confusion chez Freud entre un fantasme œdipien et le véritable désir du sujet, celui d’advenir.

Ce modèle de Sophocle nous offre un prototype de la genèse d’un héritage transgénérationnel aliénant suivit de sa guérison. Un modèle de référence pour tout travail d’intégration d’héritages transgénérationnels de moindre importances.

Pour en savoir plus ou pour poser vos questions, n’hésitez pas à me contacter.

Thierry Gaillard
Psychologue des profondeurs

Sites Web
http://www.thierry-gaillard.com
http://www.ecodition.net

Thierry Gaillard est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/thierry-gaillard.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Formations | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur FORMATION – L’analyse transgénérationnelle du mythe d’Oedipe (Genève)

BaseDPsy : Logiciel pour psychologues et psychothérapeutes

logo-basedpsy-2018BaseDPsy et PsyTablet

Logiciel de gestion des dossiers cliniques et de gestion financière pour psychologues et psychothérapeutes de toutes disciplines.

BaseDPsy est le logiciel offrant le plus de fonctions pour répondre à tous vos besoins tout en restant simple d’utilisation pour vos activités principales : créer un dossier, rédiger une note, facturer votre service.

Il est le plus complet parce que depuis 2002, nous avons écouté les demandes des centaines d’utilisateurs, qui sont psychologues, sexologues, psychoéducateurs, travailleurs sociaux et qui font de la psychothérapie.

BaseDPsy respecte les normes les plus sévères de confidentialité ainsi que les autres exigences des ordres professionnels concernant la tenue de dossier puisque, non seulement il a été programmé par un ancien responsable des services de santé mentale dans le réseau de la santé, mais aussi parce que nous avons consulté les ordres professionnels concernés.

Vous trouverez sur notre site web toute l’information désirée sur ses fonctions, un mode d’emploi illustré ainsi que des tutoriels.

Parmi les nombreux outils intégrés à BaseDPsy, vous trouverez, en plus des outils de gestion des dossiers individuels, une gestion de la liste d’attente, l’envoi de courriel de rappel des RDV, un agenda complet, un bottin de la clientèle, la production de rapports financiers pour votre fin d’année, la production de rapports statistiques, la conservation et la lecture des documents concernant votre clientèle, la gestion des dossiers de thérapie de groupe, la gestion de dossiers pour les services autres que cliniques, etc.

Service d’hébergement

Nous offrons aussi un service d’hébergement sur un serveur ultra sécurisé pour vos données cliniques, de sorte que vous pouvez y avoir accès de n’importe quel endroit possédant un accès internet.

Ce service vous permet d’avoir une synchronisation instantanée et continue entre tous vos appareils, ordinateurs, iPad, etc. et inclus une sauvegarde bi-quotidienne.

Système de gestion centrale des dossiers pour une clinique

Vous dirigez une clinique ou une équipe d’intervenants, et vous voulez que tous vos professionnels puissent avoir accès à un seul logiciel de tenue de dossiers, avec ou sans partage d’information.   BaseDPsy vous offre également ce service. Contactez-nous pour obtenir plus de détails.

Alain Barbeau
https://BaseDPsy.com


Publié dans Actualités de la Psychologie, Actualités Psycho-Ressources, Publications, Sites & Services Web | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur BaseDPsy : Logiciel pour psychologues et psychothérapeutes

Intégrer ses héritages transgénérationnels (4e ed.)

couvert-heritage-trans-ed4Nouvelle édition (4ème)!

Intégrer ses héritages transgénérationnels
Une synthèse des pratiques anciennes et contemporaines

Par Thierry Gaillard
Ecodition 2018

SOMMAIRE

Nous sommes liés à nos ancêtres comme un arbre peut l’être à ses racines. Leurs caractéristiques et leur ADN nous habitent tout comme leurs histoires non terminées. En effet, les traumatismes, les deuils non faits, les vécus conflictuels, les secrets, se répercutent de génération en génération et influencent la vie des descendants.

Pour autant, et malgré l’influence de ces héritages transgénérationnels, l’auteur nous rappelle que nous ne sommes pas juste le produit du passé, ni le simple fruit de notre arbre de famille. Nous avons la possibilité de réécrire l’histoire faussée, incomplète ou manquante. À l’aide de nombreux exemples, l’auteur montre de quelle manière l’analyse de l’histoire de nos aïeux permet de comprendre et de guérir toutes sortes d’énigmes et de symptômes. Goethe le disait déjà : « l’héritage qui t’est venu de tes ancêtres, il te faut l’acquérir pour mieux le posséder ».

Pour la première fois, un auteur propose une synthèse des approches ancestrales et contemporaines du transgénérationnel. Il fait référence aux dettes transgénérationnelles (l’ate grec) dans les mythes et s’inspire de la devise des Anciens, connais-toi toi-même, pour revenir à l’essentiel et y prendre racine.

L’auteur nous présente son ouvrage sur YouTube:
https://www.youtube.com/watch?v=l-0kMv51C2Y

ILS EN PARLENT…

André Désilet: « livre incontournable pour ceux et celles qui s’intéressent de près à la psychologie, et surtout, qui ne trouvent pas toutes les réponses à leurs questionnements en terme de développement personnel. Plusieurs réponses se trouvent dans cette approche d’une acuité sans égale! À lire absolument le premier chapitre (35 pages offertes par l’éditeur en lecture libre). »

Kopp JL: « Ce livre comme tous ceux de l’auteur sont à recommander de toute urgence ! Foi de psychanalyste et de chercheur spirituel. Thierry Gaillard mériterait d’être plus connu, son oeuvre est subtile, profonde et salutaire. »

POUR COMMANDER

Version numérique et papier disponible.
https://ecodition.net/livre/integrer-ses-heritages-transgenerationnels-2/

DÉTAILS

Titre: Intégrer ses héritages transgénérationnels
Une synthèse des pratiques anciennes et contemporaines
Auteur: Thierry Gaillard
Nombre de pages: 188 pages
Edition: Ecodition
Date de publication : 2018
ISBN 978-2-940540-20-4
Format : 4ème édition augmentée
Prix Ecodition: 15.95 euros

Sites Web
http://www.thierry-gaillard.com
http://www.ecodition.net

Thierry Gaillard est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/thierry-gaillard.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Intégrer ses héritages transgénérationnels (4e ed.)

Réveille-toi ! (conte philosophique pour enfants)

couvert-reveille-toiRéveille-toi !

Patricia Penot
Sophrologue, Coach

(petit livre pour enfant, à partir de 10-12 ans)

SOMMAIRE

Un jour, Petit morceau de charbon de bois entendit un murmure surgir en lui. C’était comme un chuchotement léger. Au début, il le mit de côté. Mais le chuchotement ne l’entendait pas ainsi. Il devint une voix audible. – Que disait cette voix ? interrogea Broussaille. – Réveille-toi, répondit Petit morceau de charbon de bois. – Réveille-toi, c’est tout ? rétorqua Broussaille, un peu déçue. – Oui, c’est tout. Mais depuis, je me pose plein de questions, renchérit Petit (…)

PRÉSENTATION DE L’AUTEUR

La curiosité est un atout de l’enfant. Il cherche à être la vie !

« Et si on racontait aux enfants qu’ils peuvent garder confiance dans ce qu’ils savent être… que la mémoire de leur origine est toujours présente en eux ? » Patricia

Facile à lire, poétique et superbement illustré, Réveille-toi est un conte philosophique qui parle de rencontres et de la plus belle, celle que l’on fait avec soi-même ! Il offre une manière de comprendre qu’en chacun de soi existe déjà, tout petit, un être unique qui cherchera toujours à exprimer sa raison d’être. Il invite les parents à orienter leur éducation vers le questionnement plutôt que vers des voies pré-choisies, afin de faciliter cette révélation intime, au fur et à mesure de l’évolution de l’enfant.

Les illustrations sont de Mireille Josselin.

EXTRAIT

Un jour, Petit morceau de charbon de bois entendit un murmure surgir en lui. C’était comme un chuchotement léger. Au début, il le mit de côté. Mais le chuchotement ne l’entendait pas ainsi. Il devint une voix audible.

– Que disait cette voix ? interrogea Broussaille.

– Réveille-toi, répondit Petit morceau de charbon de bois.

– Réveille-toi, c’est tout ? rétorqua Broussaille, un peu déçue.

– Oui, c’est tout. Mais depuis, je me pose plein de questions, renchérit Petit morceau de charbon de bois. Ma vie ne peut plus être comme avant parce que je ressens en moi une insatisfaction.

– C’est bon, une insatisfaction, répondit Broussaille, car cela veut dire que tu es arrivé au bout de quelque chose.

Petit morceau de charbon de bois se redressa et sentit une énergie monter en lui.

Pour les enfants, à partir de 10-12 ans. Peut-être aussi lu à plusieurs niveaux et par des lecteurs de tous âges.

POUR COMMANDER

Disponible en version papier et numérique:
https://authentiqueetlibre.com/2018/07/29/reveille-toi-le-livre/

photo-patricia-penot-carreauA PROPOS DES AUTEURS

Patricia Penot

Patricia œuvre pour une plus grande conscience dans le monde et l’émergence des possibilités existantes en chacun de soi. C’est le premier livre qu’elle écrit, directement adressé aux enfants, même si elle a déjà publié un conte illustré il y a quelques années, Il était une fois une histoire d’âme aux éditions Baudelaire.

photo-mireille-josselinMireille Josselin

Mireille aime révéler la beauté de la vie et est artiste peintre depuis plus de 30 ans. Ce qui donne du sens à sa vie : la connaissance de soi et la croissance de l’être.

UN PEU PLUS …

Page de Patricia Penot sur le Blog de Psycho-Ressources
http://psycho-ressources.com/blog/patricia-penot/

Blog « Authentique et Libre » Articles, vidéos, ateliers, conférences, livres.
https://authentiqueetlibre.com

Patricia Penot
Email: pa.penot@orange.fr


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Réveille-toi ! (conte philosophique pour enfants)

Courte pointe de vues drues (roman)

couvert-courte-pointeCourte pointe de vues drues
de Michel Gladu

SOMMAIRE

« Béatrice ne s’était pas suicidée à l’instar de Louisette dont elle jouait le personnage ; même si tout le monde à Hope croyait le contraire. Les commérages de village soutinrent que la psychologie du personnage de Louisette avait grandement affecté celle de la comédienne. On raconta qu’elle avait tellement pris son rôle à cœur, qu’elle avait voulu le sceller en apothéose… »

Jacques Lapierre et Alberto Lecomte : une amitié de plusieurs décennies. L’un travaille dans une chaîne télévisée, l’autre à la Banque d’art du Canada. Deux carrières bien remplies nourries par la même passion. Suite à un accident de moto, Jacques sombre dans le coma ; sa fille entreprend de revisiter sa vie. Chassés-croisés amoureux, mort tragique d’une actrice, enquête… Des années soixante-dix à nos jours, entre le Québec et la Bolivie, via Miami, ce roman inclassable brouille les frontières entre fiction et réalité, fantaisie et gravité. Autour de l’itinéraire d’un duo inséparable auquel viendra bientôt se greffer un troisième larron, détective privé, Michel Gladu signe sans contrainte aucune, de genre comme de forme, un objet décidément à part. Hommage à l’art et à l’amitié, réflexion sur la vie et la mort, exploration des pièges de l’amour, ou encore mise en abîme de la mémoire, voici un puzzle hors norme, décalé, parfois surréaliste, que viennent épauler de nombreux documents pour profiter du voyage en 2.0.

L’AUTEUR

photo-michel-gladu-2018Né baby-boomer sur les rives de la Yamaska, il a passé son adolescence au bord du Canal Lachine. Il a trempé ses plumes dans l’eau salée de l’Atlantique pour revenir vers les affluents Saint-François et Richelieu. Puis, c’est du côté del Río Piraí qu’il a cousu la courtepointe de sa vie durant les derniers seize ans; avant qu’il n’échappe un jour sa dernière maille…, à partir! La lecture et l’écriture sont aussi vitales pour lui, que les eaux tumultueuses qui l’ont vu surnager, et que l’air, libre!

Site de l’auteur :
http://michel-gladu.publibook.com

DÉTAILS

Titre: Courte pointe de vues drues
Romans de société
Pages: 444 pages
Dimensions: 170 x 240
ISBN : 9782342162301
Auteur: Michel Gladu

Pour commander:
https://www.societedesecrivains.com/courte-pointe-de-vues-drues.html/

Autre ouvrage de Michel Gladu : « Comme le monde est psy » (roman initiatique)
http://psycho-ressources.com/blog/comme-le-monde-est-psy-roman/


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Courte pointe de vues drues (roman)

Le team building

image-team-building-1Le team building
Roussillon Thérapies

Le team building ou l’art de transformer ses ressources en un tout cohérent et productif.

Dans le palmarès des ingrédients indispensables au succès d’un pilotage de projet réussi, le team building (« construction d’équipe », en anglais) semble figurer en bonne position et Roussillon Thérapies peut vous en proposer de très originaux.

C’est peut-être une évidence pour certains mais les meilleurs outils, méthodes et infrastructures ne seront d’aucune utilité à un projet dont la ressource humaine n’est pas impliquée.

Aujourd’hui plutôt galvaudé, le concept de team building peut cependant sembler flou.

Roussillon Thérapies se charge de vous l’expliciter en quelques lignes :

L’amusement au service de la productivité

Le concept de team building est né aux Etats-Unis au début des années 80, et se base sur de nombreux travaux des années 60, comme les « étapes de Tuckman ». Il a pour objectif de rendre les équipes plus efficaces en resserrant les liens au sein des équipes.

L’atteinte de cet objectif passe bien souvent par la mise en place de situations dans lesquelles les acteurs seront mis à contribution pour atteindre un but collectif, faire preuve de solidarité, communiquer, résoudre des problèmes et prendre des décisions de façon collégiale ou tout simplement partager un bon moment.

Il n’est donc pas difficile d’imaginer comment concrétiser bon nombre de ces situations à l’occasion d’une discussion autour d’un café ou même d’une sortie sportive ou culturelle par exemple. Souvent ce sont les agences en communication événementielle qui proposent, des séminaires dédiés à la cohésion d’équipe mais le résultat est bien meilleur quand il s’agit d’être encadré par des équipes de thérapeutes.

Certains exercices visent à révéler ou renforcer la confiance que chaque participant peut avoir dans le groupe, d’autres à démontrer la force créative du groupe ou, enfin, sa capacité à trouver des solutions ou prendre des décisions en équipe.

Les retombées positives sur le projet

Outre une ambiance de travail saine et agréable, le team building favorisera l’épanouissement personnel des membres de l’équipe. On observera bien souvent une motivation accrue, une implication plus forte, une meilleure résistance au stress et une plus forte adhésion au projet.

Par ailleurs, certains exercices (notamment les manifestations sportives ou bien les jeux de rôle) peuvent permettre aux membres de l’équipe de découvrir leurs collègues sous un nouveau jour et d’apprécier certaines capacités qu’ils n’auraient pu déceler dans le quotidien du projet.

Une fois dévoilées, ces mêmes capacités peuvent être plus facilement exploitées dans le cadre professionnel.

Le team building peut également profiter à la communication qui, bien souvent, se fluidifie avec la proximité des membres d’une équipe.

Pour finir, l’un des aspects les plus intéressants du team building reste d’aider les collaborateurs à prendre conscience du fait qu’ils forment une équipe avec des objectifs communs et qu’ils peuvent et doivent profiter de cette alcôve pour accroitre leur efficacité personnelle et contribuer à celle des autres.

Et votre équipe ?

Votre équipe s’entend à merveille et vos projets avancent de façon spectaculaire ? Vous ne pouvez que vous enorgueillir d’avoir réussi à insuffler une véritable symbiose entre vos collaborateurs mais dans le cas contraire, peut-être pourriez-vous réfléchir à mettre en place quelques pratiques bien courantes de team building à commencer, par exemple, par l’organisation d’un petit déjeuner au bureau une fois par semaine…

logo-rousillon-therapiesSi vous le souhaitez, Roussillon Thérapies se fera un plaisir d’étudier une offre personnalisée particulièrement attractive (sur Terre, sur Mer, dans le Désert ou dans les Airs…).
ROUSSILLON THÉRAPIES
Pour toutes informations Angélique Dietrich
Tel. 00 33 628 341 488
Web : http://www.roussillon-therapies.fr

Angélique Dietrich est membre de Psycho-Ressources:
http://www.psycho-ressources.com/sexologue/paris/angelique-dietrich.html


Publié dans Actualités de la Psychologie | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Le team building

Moi, en colère ? Jamais…

image-colere-femmeMoi, en colère ?
Jamais…

Par Patricia Penot
Sophrologue, Auteur

Est-ce un phénomène courant de penser que lorsque l’on est dans un développement personnel ou une croissance spirituelle, on doit être toujours « bon » ? Il semblerait que OUI. La colère ne semble plus avoir sa place par peur de faire du mal à l’autre. Vous me direz que c’est plutôt bon. Y en a qui ne se gêne pas pour cela. Et c’est là une grande différence quand on commence à s’occuper de soi, on n’a plus envie de blesser l’autre.

Pour autant, il y a quand même beaucoup de choses qui énervent dans ce monde ? Non ?

Des gens qui vous parlent mal, ne font attention ni aux mots, ni à la tonalité utilisée, ne se rendant même plus compte que votre sensibilité, elle, devient plus émotive. C’est parfois à dix mille lieux de leur conception. Et si jamais, vous leur dites que vous avez été blessé-e, ils pourraient même vous traiter de « mauviette ». Du jugement, encore du jugement !

Des gens qui ne sont pas présents vraiment lorsqu’ils sont avec vous, ou au contraire, trop présents, finalement, voulant à tout prix imposer leur opinion, en pensant que c’est la seule valable. Mais depuis quand veut-on imposer absolument ses points de vue. C’était comme ça à la préhistoire ? La loi du plus fort ? Je n’en suis pas sûre ! Quand aux premiers, on pourrait être en train de discuter avec quelqu’un et celui-ci vaque à ses occupations, écoutant d’une seule oreille, faisant de petits signes de la tête pour acquiescer sans vraiment savoir ce qui est dit, sans vraiment être dans la relation. Bizarre, non ?

Des gens qui ne cherchent pas non plus à comprendre ce que vous êtes en train de leur expliquer du fonctionnement de votre monde, en pensant qu’il n’y a qu’un seul monde, le leur. Et c’est là où le bas blesse… Il n’y a pas qu’un seul monde, qu’une seule réalité ! C’est comme sur la peinture d’un paysage. Si je suis une parcelle de terre, j’aurais du mal à comprendre ce que peut vivre la parcelle qui se trouve dans le ciel. Et pourtant, tout cohabite, tout coexiste. Si je veux essayer de connaître le monde de l’autre, j’aurais à être curieux-se de ce qu’il s’y passe. Mais j’aimerais bien aussi que l’autre soit curieux-se de mon monde. Pas seulement en sens unique ! Étrange, non ?

Bref, il y a toujours vraiment beaucoup de raisons d’être énervé-e dans ces mondes d’aujourd’hui. Et ce n’est pas du jugement que de reconnaître ces réalités en tant que « vrai » de ce qui se passe. Alors, la colère suscitée par ces « affreuses choses », en réalité, est normale. Elle nous dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Elle nous dit que certaines de nos valeurs sont bafouées, ou encore, que l’autre est égocentré. Juste qu’on est pas obligé de « péter » à sa tête.

Prendre un peu de recul, se recentrer, afin de pouvoir prendre conscience de ce qui est touché en nous. Transformer la colère en énergie d’action, afin de protéger et défendre ses valeurs, dans une affirmation sereine de celles-ci, et non dans une violence.

photo-patricia-penot-carreauJuste se rappeler que tout n’est pas acceptable, même si l’on est capable de voir le « bon » en l’autre, au-delà de ses attitudes stupides. Nous sommes les seuls défenseurs de notre monde !
Au plaisir de vous aider !

Patricia Penot, Sophrologue Humaniste Expert, Relaxologue, Coach émotionnelle EFT et Energéticienne.
Site Web – https://authentiqueetlibre.com

PUBLICATIONS PSYCHO-RESSOURCES

Quand nous nous retrouverons… Éditions BOD
(Roman – Amour – Suspense)
http://psycho-ressources.com/blog/quand-nous-nous-retrouverons/

CD4 – Vous avez dit Sophrologie ?
http://psycho-ressources.com/blog/cd4-sophrologie/

CD de Sophrologie – Les Relaxations Dynamiques
http://psycho-ressources.com/blog/sophrologie-relaxations-dynamiques/

Plonger au coeur de soi. Même quand cela semble impossible
http://psycho-ressources.com/blog/plonger-au-coeur-de-soi/

4 étapes et je lâche prise !
http://psycho-ressources.com/blog/lacher-prise/

Patricia Penot – Authentique, Libre et Joyeux !
http://psycho-ressources.com/blog/patricia-penot/


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Thèmes Variés | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés sur Moi, en colère ? Jamais…

Choisissez bien votre psy…

couvert-choisisez-votre-psyChoisissez bien votre psy…

La psychothérapie aujourd’hui:
Interactive, brève et solutionniste

Ghylaine Manet
VG Éditions

SOMMAIRE:

Vous avez fait le premier pas en cherchant de l’aide mais vous ne savez pas à quelle porte sonner.

Pourtant il y a des solutions : des professionnels de la psychothérapie utilisent une combinaison de techniques rapides et efficaces adaptée à chaque personne. Vous êtes au centre du changement et vous en êtes le principal acteur.

L’approche globale présentée dans cet ouvrage est orientée vers les solutions et vous apportera une meilleure connaissance de vousmême, réveillera vos ressources indispensables au changement du cours de votre vie.

Le clinicien vous accompagne sur ce chemin d’évolution.
Ce livre humaniste est à la portée de tous.
Chacun a le droit d’être heureux. Tout est possible.

L’AUTEUR

photo-guylaine-manet– Psychanalyste, hypnothérapeute ericksonienne ( Confédération francophone d’hypnose et de
Thérapie Brève) thérapeute de couple,
certifiée EMDR –Europe,
psychopraticiennne FF2P
– Sophrologue–analyste©,
– Fondatrice de l’Institut Milton H. Erickson du Pacifique et de NOUMEA.
et formatrice d’hypnose médicale pour professionnels de santé ( 2007 )
– Fondatrice de l’école de sophrologues F.E.S.A.C. de Nouméa et formatrice de sophrologues depuis 1999
– Auteur de 5 ouvrages dont deux en psychothérapie.
– Respirez la Vie , cas cliniques (Eres, Paris 1998, 2001,2008, 4ème édition GREGO Paris, 2010 )
– Vivons l’école autrement par la sophrologie ( ESF, Paris 1991 ; 2ème édition GREGO 2009
– Choisissez bien votre psy , juin 2018, VG éditions, Paris , 2018

CONSULTATIONS, SUPERVISIONS de Thérapeutes, une vingtaine d’articles de psychothérapie dans le bulletin médical de la Nouvelle Calédonie, conférencière dans les congrès d’hypnose et de sophrologie.

Site Web: http://www.ghylainemanet.com
Email: manet@lagoon.nc & manetsophro@gmail.com
Adresse : 9 impasse Fernand Legras , 98846 NOUMEA BP 2594 et 1,rue Nicolas houel , 75005 PARIS

POUR COMMANDER
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur avec un extrait à feuilleter.
http://www.vg-librairies.fr/psy/6820-choisissez-bien-votre-psy.html

En format Kindle sur Amazon
https://www.amazon.fr/Choisissez-bien-votre-Ghylaine-Manet-ebook/ … 

XXI CONGRES MONDIAL d’HYPNOSE MEDICALE ET CLINIQUE à MONTREAL (du 21 au 25 août 2018)

Dans ce congres , je dirige un atelier d’auto hypnose le mercredi 23 août de 11H à 12H30.

ATELIER D’AUTO-HYPNOSE AVEC GHYLAINE MANET

Titre : De l’hypnose à l’autohypnose pour amplifier les effets thérapeutiques de la séance d’hypnose. Qu’est-ce
que l’autohypnose ? Comment construire une séance personnelle ? Atelier de séances guidées.

INTRODUCTION

photo-guylaine-manet-atelierDans une psychothérapie brève assortie d’une pratique de l’hypnose ericksonienne demandée par le consultant, la pratique de l’autohypnose quotidienne est un outil très efficace qui permet de réduire les séances de thérapie en fonction de la motivation du consultant et de poursuivre les effets bénéfiques des séances du praticien.

L’autohypnose s’apprend dans une séance d’hypnose menée par un praticien qui enregistre la séance et la donne sur une clef USB .L’apprentissage de l’autohypnose se fait chaque jour pendant un quart d’heure. Le but est de se passer de l’écoute du MP3. Le sujet devient l’acteur de sa thérapie. Il devient autonome. Le patient expérimente son pouvoir sur lui-même et sur la qualité de sa vie.

Cette séance quotidienne améliore le vécu du sujet, le reconnecte à lui-même, à son corps, à ses émotions, à ses désirs, à ses besoins, à son désir de changer. Il prend conscience, jour après jour, peu à peu de l’action bénéfique qu’il peut avoir sur lui-même sur sa santé et sur son équilibre. Le corps et l’esprit sont reliés dans cette expérience qu’il vit profondément.

Comment installer la séance ?

L’installation du sujet lui-même, l’induction et les suggestions directes et indirectes du praticien, les métaphores et la dissociation permettront d’explorer les ressources et les émotions du sujet.

La relation thérapeutique avec le praticien, essentielle dans cet apprentissage, redonne confiance dans ses possibilités de changer.

Quels changements peut-on espérer ?

  1. Le mental s’apaise.
  2. Le comportement un nouveau mode de communication qui se met en place avec soi-même et avec l’autre. L’énergie vitale se développe.
  3. La réalisation d’objectifs. La créativité se réveille.
  4. Les symptômes disparaissent.
  5. Les douleurs s’apaisent.

OBJECTIFS

  • Apprentissage des techniques abordées dans l’atelier en tenant compte de la durée de l’atelier
  • Etablir le lieu sécure, base de tout travail clinique. Il apporte nécessairement l’enrichissement des sensations physiques et développe le V.A.K.O.G. (profils de la sensorialité individuelle).
  • Prise de conscience de l’instant présent, ici et maintenant, véritable conquête de soi et de sa liberté ; c’est l’opposé de l’hyperactivité : c’est le lâcher–prise.
  • Mise en place d’une technique conditionnée à utiliser en auto-hypnose pour les addictions, les phobies, les migraines, les acouphènes les crises de panique avec le training autogène de Schultz. (MP3).
  • Enregistrement d’une séance pour atteindre le sommeil le plus rapidement possible (MP3.)

MOTS CLEFS : autonomie, paix intérieure, vécu de l’instant, conscience corps-esprit, changement du quotidien, ressources.

POUR INFOS :
Site Web: http://www.ghylainemanet.com
Email: manet@lagoon.nc & manetsophro@gmail.com

Ghylaine Manet est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/psychanalyste/paris/ghylaine-manet.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Choisissez bien votre psy…

« Je marche donc je suis ! » avec Danilo Zanin

couvert-je-marche« Je marche donc je suis »

Retrouver son énergie et se reconnecter à son moi intérieur pas après pas.

Danilo Zanin
Éditions Mango

SOMMAIRE

DÉCOUVREZ LA MARCHE CONSCIENTE POUR UNE OUVERTURE À SOI ET AU MONDE !

La marche, en plus de soulager les tensions et de nous libérer de nos charges physiques et émotionnelles, est également propice à la méditation et la pleine présence : elle nous permet de ressentir pleinement la joie d’être au monde.

Pour sublimer pas à pas ces moments de présence, pour aller plus loin, pour s’ouvrir à tous les bienfaits de la marche et profiter de tous ses plaisirs, les connaissances et l’expérience d’un guide sont primordiales.

Danilo Zanin nous propose d’expérimenter un art de marcher qui nous permet, dans l’instant, une présence à soi et à ce qui nous entoure, au monde qui est là, dans un regard dirigé à la fois vers l’extérieur et vers l’intérieur.

À VOUS D’ACCUEILLIR CE QUI SE PRÉSENTE EN SUIVANT VOTRE RYTHME !

L’AUTEUR

photo-danilo-zaninDanilo Zanin

– Créateur de la méthode « L’Art de marcher »® Yoga de la marche, marche consciente, marche afghane B.E.
– Accompagnateur en Montagne Master
– Spécialiste en Sophrologie Caycédienne
– Ostéopathie Bioénergétique cellulaire méthode Montserrat Gascon
– Praticien certifié de la Reconnexion®

DÉTAILS DE L’OUVRAGE

Prix : 24,95 $ (14.25 Eu)
Catégorie : Sports
Auteur : Danilo Zanin
Titre : Je marche donc je suis
Date de parution : mai 2017
Éditeur : MANGO
Pages : 160
Sujet : GYMNASTIQUE-JOGGING
ISBN : 9782317017780 (2317017782)

COMMANDE
https://www.amazon.fr/Je-marche-donc-je-suis/dp/2317017782

* * * AVENTURES DE MARCHE CONSCIENTE * * *
Cet été vivez un véritable ressourcement Corps Esprit dans l’Art de marcher
avec Danilo ZANIN

Juillet / août 2018

Stages de randonnées et ressourcement dans « l’Art de marcher » en HAUTE – TARENTAISE (Savoie)
Plusieurs dates :
du 14 au 21 juillet 2018
du 22 au 29 juillet 2018
du 12 au 19 août 2018

Il reste de la place pour les 3 séjours !
Niveau : assez bons marcheurs ou débutants en forme !
Si vous avez du mal à évaluer votre niveau contactez-moi par téléphone : 06 62 37 95 88

Bien plus que seulement marcher, une véritable semaine oasis de ressourcement intégral, où l’on troque le tourbillon de la vie contre l’infinie paix de l’âme!

Groupe : de 7 à 15 personnes
Prix : 935 €

Hébergement : chalet de charme Le Planica avec espace balnéo (piscine, sauna, jacuzzi, hammam) et 1 nuitée en refuge.

Découvrez le chalet en images :
http://leplanica.com/fr/qui-sommes-nous-le-planica
http://leplanica.com/fr/piscine-spa-balneo-la-rosiere

Restauration : cuisine bio et végétarienne par une cuisinière professionnelle !

Les randonnées se font dans une région aux paysages variés chère à mon cœur et qui saura vous surprendre par sa beauté. Une semaine où tous les ingrédients sont réunis pour un ressourcement maximum du corps et de l’esprit.

Je vous mets en pièce jointe la fiche technique et je reste à votre écoute pour toute question.

Programme des stages de Tarentaise :
Randonnées : 6 jours de marche, 4 à 5h de marche / jour (environ 500 – 600 m de dénivelé / jour).

Objectif : découvrir et pratiquer des clés essentielles (conseils et exercices pratiques) pour :

  • marcher avec plus de plaisir, moins d’efforts, moins de fatigue, en toute sécurité, sans peur de la descente et sans douleurs de genoux.
  • mieux respirer et appliquer différentes techniques du souffle dont les rythmes de la marche afghane et le Yoga du son pour une régénération importante.
  • vivre la marche en Pleine Présence
  • apprendre à se servir efficacement des bâtons de marche.
  • des conseils sur le matériel (chaussures, sac à dos, poche à eau etc.)
  • échauffement dynamique avant la marche et pratique de l’enracinement dans le Hara pour descendre toutes les pentes aisément.

En dehors des randonnées :

Accès à l’espace balnéo, séances de Sophrologie, et relaxation coréenne. Un soir Danilo Zanin vous emmène en voyage à la découverte de destinations chères à son cœur avec un vidéorama.

Septembre 2018

Marche consciente et marche afghane
Ressourcement complet corps/esprit
Près de Chambéry (73)
Niveau initiation*
Dates : 15 et 16 septembre 2018
Journées indépendantes pouvant s’effectuer seulement sur 1 jour
Prix : 59 € la journée

Marche consciente et marche afghane
Ressourcement complet corps/esprit
En Montagne Noire (Tarn-81)
Niveau initiation*
Dates :
22 septembre à Dourgne
23 septembre à Sorèze

Journées indépendantes pouvant s’effectuer seulement sur 1 jour
Prix : 59 € la journée
Drôme (26 -Diois)

Stage l’Art de marcher

Marcheurs débutants ou confirmés, découvrez durant ce stage l’Art de marcher toutes les clés pour réussir n’importe quels trekkings ou randonnées et vivez un réel ressourcement sur tous les plans de l’être!

Dates : du 28 au 30 septembre 2018
(Possibilité d’arriver la veille et de rester jusqu’au 1er octobre)
Niveau : débutants à marcheurs confirmés
Groupe de 7 à 15 personnes
Prix : 390 euros

Pension complète pour 3 jours au refuge d’Archiane

Programme et objectif du stage :

Découvrir et pratiquer des clés essentielles (conseils et exercices pratiques) pour :

  • marcher avec plus de plaisir, moins d’efforts, moins de fatigue, en toute sécurité, sans peur de la descente et sans douleurs de genoux.
  • mieux respirer et appliquer différentes techniques du souffle dont les rythmes de la marche afghane et le Yoga du son pour une régénération importante.
  • vivre la marche en Pleine Présence
  • apprendre à se servir efficacement des bâtons de marche.
  • des conseils sur le matériel (chaussures, sac à dos, poche à eau etc.)
  • échauffement dynamique avant la marche et pratique de l’enracinement dans le Hara pour descendre toutes les pentes aisément.

En dehors des randonnées :

Une séance de Sophrologie, et une initiation à la relaxation coréenne. Un soir Danilo Zanin vous emmène en voyage à la découverte de destinations chères à son cœur avec un vidéorama.

Octobre 2018

SAVOIE (73)
Stage l’Art de marcher
Marcheurs débutants ou confirmés, découvrez durant ce stage l’Art de marcher toutes les clés pour réussir n’importe quels trekkings ou randonnées et vivez un réel ressourcement sur tous les plans de l’être!

Dates : du 5 au 7 octobre 2018
(Possibilité d’arriver la veille et de rester jusqu’au 8 octobre)
Niveau : débutants à marcheurs confirmés
Groupe de 7 à 15 personnes
Prix : 390 euros
Pension complète pour 3 jours

Programme et objectif du stage :

Découvrir et pratiquer des clés essentielles (conseils et exercices pratiques) pour :

  • marcher avec plus de plaisir, moins d’efforts, moins de fatigue, en toute sécurité, sans peur de la descente et sans douleurs de genoux.
  • mieux respirer et appliquer différentes techniques du souffle dont les rythmes de la marche afghane et le Yoga du son pour une régénération importante.
  • vivre la marche en Pleine Présence
  • apprendre à se servir efficacement des bâtons de marche.
  • des conseils sur le matériel (chaussures, sac à dos, poche à eau etc.)
  • échauffement dynamique avant la marche et pratique de l’enracinement dans le Hara pour descendre toutes les pentes aisément.

En dehors des randonnées :

Une séance de Sophrologie, et une initiation à la relaxation coréenne. Un soir Danilo Zanin vous emmène en voyage à la découverte de destinations chères à son cœur avec un vidéorama.

MAROC – ATLAS ET ASCENSION DU TOUBKAL (4167m)
Point culminant d’Afrique du Nord

Magnifique randonnée d’un niveau abordable, véritable trekking d’altitude avec en point d’orgue la montée au Toubktal, facilitée par la pratique de l’Art de marcher que j’aurais le plaisir d’enseigner tout au long des jours ! Le panorama au sommet du Toubkal, géant de l’Afrique du Nord, nous offre des vues spectaculaires sur toute la chaîne de l’Atlas, ainsi que vers le sud, sur le djebel Saghro et le Siroua et sur les grandes plaines désertiques… Une belle aventure pour tutoyer les sommets et faire aussi un pas vers soi !

Osez croire en vos capacités et vivez une belle aventure humaine et enrichissante sur tous les plans de l’être !

Dates : du 27 octobre au 03 novembre
Niveau : bons marcheurs
5h de marche en moyenne, 6/7 h pour le Toubkal
Groupe de 7 à 15 personnes
Prix : calcul en cours, envoyez un mail pour être tenus au courant.

Pour toute question et demande de fiche technique merci de m’écrire.
Bel été à vous ! Cordialement

Danilo ZANIN
L’Art de Marcher
Accompagnateur en Montagne,Sophrologue
Cultivateur de l’Instant Présent
LES LANDAZ, 73110 LA TABLE
Tel 09 52 61 33 38   Mobile : 06 62 37 95 88

Email : danilozanin8888@gmail.com

Sites Web:
http://www.marche-consciente.com
http://www.marche-afghane.com


Publié dans Actualités de la Psychologie, Ateliers & Croissance, Livres, Publications, Sites & Services Web, Voyages Croissance | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur « Je marche donc je suis ! » avec Danilo Zanin

Phobie scolaire et refus anxieux de l’école

image-phobie-scolairePhobie scolaire et refus anxieux de l’école: je veux aller à l’école mais je ne peux pas y aller! Article 2

Les sujets abondent sur le stress de la rentrée et du parcours scolaire mais on parle encore assez peu de la phobie scolaire, bien moins cernée et peu médiatisée, parfois complexe à détecter et pour laquelle existent des solutions, mais étant souvent confondue avec un absentéisme marqué cette phobie est un souci pour ces enfants et leurs familles faute d’information.

Bien que cette dénomination soit peu consensuelle et peu explorée, elle ne me semble pas obéir à un effet de mode inflationniste sur les appellations, car les consultations augmentent bien que peu de données épidémiologiques cernent sa prévalence, raison pour laquelle j’ai complété et actualisé mon article précédent.
Beaucoup d’enfants peuvent avoir occasionnellement, et en particulier à la rentrée scolaire, au retour de vacances une certaine anxiété, peur d’aller à l’école qui passée les premiers jours et une période d’adaptation disparaît sans qu’il y ait lieu de s’en alarmer.

Les adultes « stressent » aussi au retour des vacances à la reprise du travail !

Certains enfants pourtant n’y arrivent pas et ne peuvent plus surmonter ce stress adaptatif dans cette première phase.

L’angoisse peut devenir intense avec une phobie de l’école se manifestant pouvant devenir difficile à endiguer, car « apparaissant » au départ comme résistante à la « douceur », l’argumentation des parents, leurs injonctions parfois vives ou colériques, les subterfuges organisationnels, les récompenses… et devenir problématique.

On évoque alors la phobie scolaire ou le refus scolaire anxieux, bien que ces deux termes recoupent des sources assez différentes.

Les aspects détaillés ici ne sont pas seulement descriptifs, ils sont indispensables à détecter car une phobie scolaire peut très bien apparaitre sans raison évidente, même chez un enfant épanoui et bien investi dans sa scolarité et ses activités sociales.

Ce n’est ni un caprice, ni même un refus d’aller mais assez souvent une impossibilité à aller à l’école qui est ressentie par l’enfant :c’est une phobie scolaire
Au moment d’aller à l’école, l’enfant manifeste une peur panique, paralysante, symptôme d’une souffrance psychologique majeure.

L’enfant « dit » alors souvent avec une difficulté à le verbaliser :  « je ne refuse pas d’aller à l’école, je n’y arrive pas ».

Les signes d’alerte ?

Ces enfants « malades de l’école » cumulent souvent plusieurs sources d’anxiété dont les signes varient, fluctuent (maux de ventre, nausées, vomissements, dyspnée, insomnies, etc.), se traduisant dans les supplications pour ne pas y aller ou les promesses de s’y rendre plus tard mais avec une anxiété marquée toujours présente.

Le médecin vérifie et élimine toute cause somatique, le phénomène se répète, les parents et l’enfant s’épuisent, la vie scolaire reçoit une multitude de « mots » dont les motifs sont peu clairs et entraînent une suspicion.

La situation est vite bloquante.

Parfois, l’enfant ou l’adolescent se lève le matin, se prépare pour l’école, prend son cartable, part de chez lui, mais arrivé devant la porte de l’établissement, panique, s’angoisse et ne peut se résoudre à y entrer, et même rebrousser chemin ce qui pour un ado ne signifie pas obligatoirement rentrer directement au domicile, avec les aléas que cela peut engendrer !
Au collège, l’élève peut commencer par « sécher » un cours : le sport parce qu’on se moque de lui, fatigant ou ne l’intéressant pas, un cours considéré comme « inutile » ou rébarbatif, les maths car trop complexes, un contrôle prévu mais non préparé etc…, chacun constituant au départ un simple accro, mais ces incidents s’accumulent en spirale « inflationniste » pouvant s’étendre à tous les cours, « sécher » même ceux pour qui l’enfant s’investissait volontiers au départ avec toujours en toile de fond une anxiété forte, pouvant s’accompagner selon les cas, d’un début de symptomatologie dépressive ou d’autres phobies se déclinant.

Cette situation peut aboutir à une rupture scolaire qui se heurte aux supplications ou menaces des parents, un repli social de l’enfant sur lui-même et sa culpabilité accrue car il sort du « système » en sentiment d’insécurité et parfois d’incompréhension de son entourage parental, amical et des enseignants qui évoqueront plus volontiers l’absentéisme et la rupture scolaire qu’une phobie scolaire pour laquelle ils ont peu d’informations.

Il est donc difficile mais impératif pour les adultes entourant l’enfant en phobie scolaire d’arriver à bien distinguer le « je ne veux pas » du « je ne peux pas ».

Cela l’est d’autant plus que l’enfant, en dehors des jours d’école, peut être joyeux et se comporter de façon très habituelle.

Grande alors est la tentation de conclure que l’école, l’orientation, les enseignants, la cantine ou un manque de « motivation » de l’enfant en soient l’origine ; ce qui brouille considérablement le canal de communication parents/enseignants aussi bien que parents/enfants.

La « nuance » n’est certes pas simple, mais d’importance car lorsque après plusieurs semaines et/ ou suite à un évènement familial anxiogène (la réaction elle-même, parfois vive des parents pouvant être un multiplicateur du trouble), les manifestations persistent et dès que les enseignants confirment un décrochage scolaire et confirment l’absentéisme récurrent, il est grand temps de s’en préoccuper.

Les facteurs environnants de cette phobie :

Les « causes » sont souvent multiples ou tout au moins cernées comme telles, et il est difficile parfois de tracer la frontière entre les causes profondes et mécanismes psychiques originels et les facteurs « favorisant » ou « amplificateurs » liés à l’école devenant le « théâtre » d’expression de ce trouble.

En soi, l’anxiété adaptative liée à l’école est donc une manifestation normale face à une situation nouvelle générant une adaptation.

Mais cette anxiété, (JP Boulenger) « devient pathologique lorsqu’elle est trop intense, inadaptée, hors de proportion avec ses causes et/ou entraine un handicap du fait de ses conséquences ».

Dans la phobie scolaire, l’anxiété est effectivement devenue pathologique.

Il est alors devenu impossible à l’enfant d’aller à l’école. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’aimerait pas y aller !

Cette phobie scolaire, bien que l’on dispose de peu de données épidémiologiques spécifiques (l’Education Nationale ne répertoriant que l’absentéisme), ne toucherait qu’entre 3 à 5% des enfants( ce chiffre étant amputé des données cliniques peu répertoriées !), le problème est cependant bien réel et sérieux mais ne peut se limiter qu’aux éléments que je vais invoquer et qui n’affectent pas aussi fortement bien heureusement, tous les enfants !

Il n’y a donc pas ici de « fatalisme » implacable, mais souvent des histoires de vie différentes, des causalités multifactorielles et des terrains psychiques plus sensibles.

Il s’agit bien d’une phobie et non d’un trouble idiopathique marginal.

Cerner avec rigueur la phobie scolaire et la traiter s’accompagne du risque classique des réactions des parents et de l’enfant face à un étiquetage où il s’enfermera et se conformera par réponse comportementale automatique aux symptômes attendus, allant de la souffrance aux bénéfices secondaires induits, tout le nucléus familial pouvant alors dysfonctionner ou s’adapter.

Les contraintes scolaires

Les exigences que l’école impose peuvent déclencher et favoriser cette anxiété.

Comme l’indique Pascal Thouillot, pédopsychiatre, ces exigences scolaires nécessitent de la part de l’enfant d’avoir acquis certaines compétences et d’avoir dépassé certains caps.

Cette exigence affective et émotionnelle demande à l’enfant d’intégrer le rythme, de supporter la discipline et d’accepter l’éventuel échec dans un système scolaire et sociétal où la performance et la réussite sont présentées comme à la fois condition sine qua non de la future réussite de la vie adulte future et l’échec comme l’exclusion.

La précarisation économique et sociale des parents accentue cette pression sur l’enfant, qui vit in vivo la « démonstration » du risque prédit.

La réussite sociale des parents exerce en sens inverse une pression identique, un degré additionnel de compétitivité est alors ajouté.

Quelques soient les tentatives de réformer et d’aplanir les angles, le modèle éducatif fait partie intégrante d’un système global de société qui semble contraindre par son organisation, la scolarisation à fonctionner avec une certaine obligation de réussite afin que l’ensemble reste cohérent avec lui-même.

Cette contrainte de maintenir une homéostasie systémique sociétale du système scolaire, laisse peu de marge de manœuvre aux intervenants et peu de place à ces enfants phobiques.

La multiplicité et variabilité des réformes scolaires ne laissent pas le temps ni aux enseignants ni aux intervenants de se former à une attention préventive à cette phobie peu connue, marginalisée alors que si ce handicap est réel, il existe des solutions de sortie !

Il n’est pas lieu ici de trancher ce débat immense, mais simplement d’admettre qu’un enfant en fragilité même circonstancielle supportera mal ces impératifs.

En sens inverse, un enfant en réaction même marquée à quelques mauvaises notes, un enseignant « qui ne l’aime pas », le menu « nul » de la cantine, plusieurs absences réactionnelles ne sont pas suffisants pour le cataloguer hâtivement phobique ! Plusieurs réalités dont la phobie pouvant « cohabiter » !

Les contraintes cognitives :

Elles nécessitent d’avoir des compétences intellectuelles suffisantes, sans qu’au fil des débats sur l’éducation, on ne sache plus très bien de quelles compétences parle-t-on, ni de la pertinence de leurs mesures et indicateurs…

Les différents troubles des apprentissages (les fameux « dys » très médiatisés depuis quelques années :dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysgraphie, trouble de l’attention…) sont bien sûr des handicaps qui ne doivent être négligés, sachant que ni ce étiquetage ni son étiologie ne sont consensuelles ; la réponse thérapeutique ne peut donc être unique sur un spectre aussi large .

Dans le cadre de ces troubles des apprentissages, il s’agit de bien différencier le trouble en lui-même, son impact scolaire et son impact psychique, ainsi que leurs zones d’intersection et de dépassement.

La notion de « volonté de l’enfant », bonne ou mauvaise est souvent invoquée bien malencontreusement.

Ces enfants sont régulièrement ainsi victimes et rendues responsables de leur problème, ce qui d’une part est stigmatisant et ne sert à rien mais de plus, ce point est loin d’être neutre, l’injustice et la culpabilité ne font que renforcer la mésestime et le manque de confiance, l’angoisse et le découragement.

Les normes sociales et relationnelles :

Il est demandé à l’enfant de s’adapter à un environnement aux exigences parfois contradictoires, car il doit bien sûr pour s’épanouir se socialiser et relationner avec les autres enfants mais aussi accepter la compétition avec eux, gérer une relation avec l’enseignant qui reste une figure d’autorité et celles avec ses parents de retour à la maison.

Le rapport enfant/ enseignant ne peut être binaire, mais là encore les issues des débats sociétaux aboutissent au mieux à des consensus mous, où il ne subsisterait que deux options restreintes, la relation douce et lénifiante ou l’autoritarisme et la sélectivité.

La relation de dépendance ou d’hyper-dépendance avec l’un des parents, le processus d’identification au parent de même sexe peuvent compliquer la donne.

On parle bien rapidement d’enfants « différents » car ils (comme tous les autres) évoluent bien sûr à des rythmes individuels, leurs capacités adaptatives sont aussi distinctes, ainsi le seront leurs réactions et éventuelles manifestations anxieuses.

Nul besoin ici de citer le DSM ou CIM 10, pour comprendre que l’anxiété chez l’enfant comme chez l’adulte est transnosographique !

Citons parmi d’autres, les désignations courantes actuelles usitées sans consensus clair.

« Enfant intellectuellement Précoce »

Je n’évoque cette notion qui ne fait pas consensus, loin s’en faut mais au même titre que l’hyperactivité très à la mode est invoquée au moindre signe de « turbulence », l’E.I.P est revendiqué souvent abusivement.

Cet enfant serait surpris de savoir qu’adulte, il pourrait devenir un « zèbre » (désignation amicale pour les AHP)

L’enfant EIP (Enfant intellectuellement Précoce) serait en décalage par rapport à l’ensemble des enfants de sa classe.

Cet enfant « précoce » n’est pas forcément en avance de niveau, il aime le plus souvent comprendre plutôt qu’apprendre, il cherche le sens plus que l’accumulation de savoir.

Il est parfois émotif et sensible, s’ennuie rapidement car la majeure partie du temps scolaire étant destinée à « stocker », cette différence de fonctionnement et non de niveau ne se résoudra pas obligatoirement de façon satisfaisante avec un saut de classe qui le laissera dans sa « différence » et l’anxiété d’un écart d’âge accru avec ses camarades car sa maturité psychique ne suit pas celle de la « précocité » de sa cognition.

Son risque de désintérêt et de décrochage augmentent et la phobie scolaire peut être pour lui une « issue », comme une phobie est un bouclier et une parade protectrice.

Harcèlement « ordinaire » : ni délictuel ni moral

Je ne parle pas ici de racket, de pratiques délinquantes ou de comportements pervers, harcèlement moral ou physique mais de l’étiquette qui attribuée à un élève par une simple phrase blessante et répétitive peut devenir stigmate et avec l’essor des réseaux sociaux, cette blessure suit l’enfant à l’extérieur du périmètre scolaire, jusqu’à l’intimité de sa chambre le soir.

La scolarisation contraint l’enfant et parfois l’habitue aux confrontations et rivalités.

La cour de récréation, le foyer, le sport, la cantine sont des lieux d’échanges à la fois amicaux et conflictuels.

Les parents encouragent ou désapprouvent ce rapport de force sensé préfigurer le rapport social adulte, ce qui est un non-sens car chaque âge a ses règles et codes de sociabilité et d’affrontements.

La conformité vestimentaire et de vocabulaire marquent les règles sociales d’appartenance au groupe, son originalité ou son isolement. Mais les moqueries sont fréquentes et impactent et d’autant plus sur un enfant vivant une période de souffrance.

La joie est présente mais certains « souffre-douleurs » n’ont pour que seules issues, se soumettre ou se replier.

L’effet de groupe, on ne parle pas de « meute », crée des coalitions qui désignent parfois une ou plusieurs « victimes « expiatoires.

Il est à noter que pour le phobique scolaire, il peut se victimiser « volontairement » et la phobie-refuge devient l’échappatoire.

Si certains y voient un entraînement, une habituation issue de nos schémas archaïques favorisant la résistance aux conditions futures parfois difficiles, de la vie d’adulte et une résilience suffisante; ce schéma ne fonctionne évidemment pas pour un enfant en situation fragile.L’environnement scolaire (en raison du nombre d’élèves par classe) n’est plus « secure » , les tuteurs implicites (de résilience) ne sont pas identifiés et le milieu familial désarçonné par la situation.

Dans ce cas qui n’est pas une généralité, l’école peut devenir alors un lieu de souffrance ; la phobie s’alimente d’une source réelle et s’enkyste.

L’enfant en difficulté, peut ainsi très bien avoir une appétence normale pour les matières enseignées et les activités ludiques, il « aimerait bien continuer » mais « ne peut plus aller à l’école »

Verbalisation de l’enfant et déplacement de la « cible »

Cette phobie n’est pas facile à déceler, car l’enfant aura souvent des difficultés à la verbaliser et déplacera volontiers la thématique sur un enseignant, un surveillant un peu autoritaire, sur la fatigue ou autre symptomatologie même invalidée par la médecine générale.

Ce déplacement vers un prof réputé sévère et corroboré par les amis du phobique, voile l’analyse !

Ce théâtre scolaire est l’occasion de faire apparaître le trouble et favoriser une conduite contra phobique qui servira de barrière à un retour à l’école.

L’établissement scolaire et ses protagonistes deviennent ainsi la place de choix pour loger cette anxiété que l’enfant subit, tant bien même que sa cause soit extérieure.

Conséquences possibles

La vigilance est de règle car certaines conséquences sont lourdes à gérer, en tout premier lieu la souffrance de l’enfant, et le parcours difficile des parents pour y remédier.

La première manifestation possible est la déscolarisation progressive de partielle à totale devant l’impossibilité d’aller à l’école.

Un risque d’isolement social s’ensuit car si certains camarades visitent ou contactent encore l’enfant, ce dernier est pris au piège de sa culpabilité de plus y retourner sans en pouvoir expliquer clairement les raisons car ne pas aller à l’école n’est pas une situation habituelle et va mettre mal à l’aise le jeune phobique.

Le réseau virtuel smartphone et FB, encourage les soutiens ou l’inquisition des contacts dont les posts appellent une réponse de l’enfant, le mettant en obligation de réagir, démentir, confirmer, prendre parti ; bref s’immerger davantage dans sa bulle phobique.

Pris au piège de sa phobie, comment verbaliser une angoisse ancienne récente ou en faisceaux ?

Il convient de surveiller, sans que cela soit prédestiné dans le schéma phobique, un risque de stress important pouvant évoluer vers des épisodes anxio-dépressifs ou l’apparition d’autres phobies.

On évoque parfois un risque de conduites addictives accru, mais peu d’études claires confirment qu’il soit plus ou moins important que celui d’autres situations où l’anxiété majeure est souvent le leitmotiv qui apparait et des circonstances favorisantes.

Dans tous les cas un œil attentif doit être apporté aux comorbidités et si le trouble persiste et résiste à la thérapie, la recherche d’un noyau pathogène dans la genèse peut être nécessaire.

La phobie comme bouclier contre l’angoisse

C’est donc d’une peur, d’une crainte peu contrôlable et provoquant une réaction d’angoisse intense.

Cette peur apparaît elle-même chez tout sujet comme déraisonnable ou sans justifications, et surtout échappant au contrôle de sa volonté et de la raison, même s’il est critique de son irrationalité.

Les phobies dites « archaïques »de la petite enfance (peur du noir, des monstres,…) sont généralement transitoires même si elles se manifestent brutalement et intensément et l’angoisse s’amenuise avec l’âge, dans un déroulement « classique » où l’enfant acquiert une plus grande dépendance vis-à-vis des parents, s’autonomise et les mécanismes psychiques s’élaborent sans incident.

La mobilisation massive des défenses et une angoisse importante, peuvent basculer vers la phobie.

En passant de l’interne à l’externe ; la peur, la crainte est ainsi projetée et semble obéir à la perception, en ce sens tout cela est bien réel même si la raison est soit incompréhensible soit imaginée.

C’est en percevant, regardant, touchant, imaginant l’objet de la crainte que l’angoisse se manifeste.

Cette peur devant le danger ressenti, malgré la raison, comme réaliste induit comme n’importe quelle menace, des réactions, dont une est la fuite, qui dans le cas de la phobie est un évitement, se dérober (conduites contra phobiques)

Le terme « bouclier » couvre ici ainsi une double réalité :le risque psychique est certes moindre car la fracture psychique aurait pu être intense mais la vie courante de tous les jours n’est pas facilitée par un champs d’actions qui devient limité !

Les conduites d’évitements sont les chemins de traverse ; l’école « buissonnière » de l’enfant phobique scolaire

Mais c’est bien là, comme pour la phobie scolaire, que chez l’enfant on ne peut parler (dans ce cas précis) de caprice, ou d’un manque d’envie mais plutôt d’une absence de choix, une obligation d’éviter les situations et lieux générant une angoisse intense.

Certains aspects familiaux et individuels ne sont pas à négliger :

-on retrouve souvent l’angoisse de séparation de la mère, qui est parfaitement normal dans les premiers pas scolaires de l’enfant.
– la présence d’une angoisse chronique chez un parent, qui a besoin de la compagnie de l’enfant ; l’enfant ne peut et ne doit étayer l’adulte et investir sa scolarité en même temps
– la peur injustifiée du parent surprotégeant l’enfant de tout danger, parfois exagérément
– l’enfant lui-même désirant rester auprès du parent pour le protéger d’une menace fantasmatique ou réelle ( conflit conjugal, violence domestique..)
– la crainte d’être oublié, abandonné, ne plus être aimé s’il s’éloigne…
-de même une autre forme de séparation, comme un deuil d’un proche de l’enfant, une hospitalisation, la rupture conjugale, un déménagement peut réactiver ou activer cette angoisse.
-La phobie comme part d’un trouble anxieux généralisé ne doit pas être ignorée et la recherche d’un trauma primaire ou secondaire explorée.
-les comorbidités addictives parfois précoces chez le jeune ado, doivent être explorées en particulier dans les périodes d’absences.
-Il est particulièrement important ; dans les entretiens de consultations, d’explorer selon l’âge, l’impact considérable chez les jeunes ados des « ruptures » amoureuses ou de remise en cause de leur image dans le groupe d’élèves

Que faire pour les parents ? S’adresser à un professionnel : commentè

Des solutions existent au niveau thérapeutique, il ne faut pas cependant céder à la précipitation et respecter si possible quelques étapes :

-Selon l’âge, la plupart du temps, les absences sont signalées par l’établissement.
-Selon la fréquence, la durée et avant de parler de décrochage, s’entretenir avec le corps enseignant sans attendre
-Ne pas nier ces absences réelles, les justifier trop hâtivement ou accabler l’enfant même si ses explications seront toujours floues.
-Vérifier que l’enfant si l’absence a duré plusieurs heures, a regagné le domicile familial ou averti les parents (une fugue scolaire même phobique n’est jamais anodine)
-Si le dialogue s’enlise avec le(s) enseignants, ne pas se braquer et s’entretenir avec le principal ou le proviseur et/ou le Psy Scolaire ou CPE.
-L’autorité, la menace de sanctions, la promesse de récompenses sont inopérantes chez le jeune phobique car il sait ce qu’il ressent mais ne peut l’expliquer.
-Assez rapidement une amorce de décrochage scolaire s’annonce, un autre motif (niveau, discipline, autres..) peut être invoqué par les enseignants.
-Ne pas fermer la porte au dialogue mais ne pas céder à des impulsions brutales de changement immédiat d’établissement, opération toujours compliquée et parfois inutile ou de déscolariser totalement l’enfant en l’inscrivant trop rapidement à des cours par correspondance.
-Ne pas personnaliser à outrance la question sur un prof en particulier, tous les enfants ont des affinités ou des craintes discriminées avec les différents intervenants. Eux aussi sans doute !
-Consulter rapidement le médecin généraliste et insister pour avoir les coordonnées d’un psy ou pédopsy (délai d’attente assez long en institutionnel) -Il est très rare que chez l’enfant, jusqu’à 17 ans, sauf cas exceptionnel une prescription médicamenteuse soit envisagée.
-Expliquer cette démarche à l’enfant en le rassurant.
-Se renseigner auprès de certaines associations spécialisées sérieuses (voir fin d’article) pour la recherche d’informations mais la consultation d’un professionnel s’impose.
-Ne pas se surinformer et stresser en multipliant les recherches tout azimut sur le net, c’est anxiogène et risque de vous entraîner à « diagnostiquer » vous-même l’enfant, la plupart du temps à tort.
-Dès le démarrage des consultations, avertir l’établissement brièvement, le psy/pédopsy a besoin de temps. Pendant cet intervalle, selon la configuration et les plages d’absence, votre médecin peut établir un certificat médical sans précision de pathologie(cela est contraire aux normes mais certains établissements exercent parfois une pression non justifiée à ce sujet, une simple lettre des parents suffit)
-Le(a) Psy vous guidera(mais vous n’assisterez pas aux consultations) par contre l’organisation administrative et la suite vous incombent.
-Encouragez et favorisez les contacts et liens avec les amis de l’enfant, il a quitté provisoirement l’établissement pas ses copains !

Il convient ainsi, sauf incident ou mésentente flagrante, de ne pas disqualifier précipitamment l’école ni le corps enseignant sans discrimination, car leur support est indispensable et la thérapie peut très bien s’accompagner, avec succès, d’une aide extérieure à domicile pour certaines matières, et d’une reprise douce et phasée de réintégration à l’école, favoriser les contacts sociaux de l’enfant dans des activités sportives ou ludiques.

Trouver en d’autres mots une zone tampon où l’enfant n’est pas entièrement déscolarisé et privé de contacts. « Perdre » une année n’est ni inéluctable ni rédhibitoire, si elle peut éviter une dérive vers un panorama anxieux installé pouvant devenir récidiviste plus tard et évoluer.

Quelques références :

-Marie France Le Heuzey (auteur de Phobie scolaire : Comment aider les enfants et adolescents en mal d’école ) , Praticien hospitalier dans le service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital Robert Debré
-JP Boulenger « de l’anxiété normale aux troubles anxieux »
-Anne-Marie Rocco/Justine Touchard, « Le jour où je n’ai pas pu aller au collège », Editions Flammarion
-Jean-Michel Impératrice. www.jmimperatrice.fr
-Jean-Michel Impératrice. Psychothérapie Intégrative. tomes 1 et 2 .Ed.VIE
-Site de l’association PHOBIE SCOLAIRE Accueil : http://www.phobiescolaire.org/
-Site association Afpssu : http://www.afpssu.com/lassociation/

Jean-Michel Impératrice
Psychothérapeute, Psychanalyste intégratif
Membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/psychotherapeute/bordeaux/jean-michel-imperatrice.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Problématiques Variées | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Phobie scolaire et refus anxieux de l’école