Salon Littéraire du Québec – 6 décembre, Québec, Ca.

Le premier Salon littéraire du Québec
aura lieu le 6 décembre 2014 
au Concorde de Québec de 9 h à 18 h.

Plus de 50 auteurs partageront leur passion avec le visiteur, une belle occasion pour faire vos emplettes a l’approche des fêtes!

Plusieurs auteurs, vous parleront, de dépression, harcèlement au travail, de relations humaines, Psychothérapie corporelle intégrée, de croissance personnelle, programmation neurolinguistique (PNL),  de prévention du suicide, romans psychologiques et bien d’autre.

Bref, une belle rencontre à ne pas manquer, nous vous y attendons en très grand nombre.

Pour plus d’information, consulté notre page Facebook.
Serge larochelle, Organisateur
- http://www.psycho-ressources.com/auteur-conferencier/quebec/serge-larochelle.html
Email: info@sergelarochelle.com

Lien URL : http://www.facebook.com/pages/Salon-littéraire-du-Québec/319720758212582

Publié dans Actualités de la Psychologie, Colloques & Conférences | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés

Formation: La sexualité est-elle toujours un acte d’amour ? (15 nov. 2014, Montréal)

La sexualité est-elle toujours un acte d’amour ? Fonctions complétive et défensive de la sexualité.

Formation organisée par l’Institut canadien de sexoanalyse

Formatrice: Katia Fournier, Sexologue clinicienne

 

RÉSUMÉ

La sexualité est-elle toujours un acte d’amour? Si l’on considère que l’expression érotique cherche à la fois à combler des besoins psychoaffectifs tout en remplissant des fonctions d’assurer sa propre survie psychique en apportant des solutions que seul cet état modifié de conscience peut procurer, elle dit quelque chose sur l’amour. Elle est une recherche de réparation et en cela, peu importe le chemin sinueux qu’elle emprunte, même la haine pourrait-on dire, elle parle du besoin d’aimer et de se sentir aimé; de la douleur de s’être senti mal aimé sous laquelle le besoin d’amour est toujours criant.

OBJECTIFS DE LA FORMATION

1. Se familiariser avec la nature conflictuelle de l’érotisme
2. Comprendre les fonctions complétive et défensive de la sexualité
3. Améliorer sa compréhension de la dynamique érotique et des troubles de la vie sexuelle
4. Parfaire ses habiletés d’intervention pour aider les patients à dénouer des difficultés sexuelles

THÈMES ABORDÉS

- Éléments de la théorie sexoanalytique touchant les fonctions de la sexualité
- Érotisme et vie psychique : traumas, conflits et solutions
- Outils cliniques pour dénouer des difficultés sexuelles

KATIA FOURNIER, détient une maîtrise en sexologie clinique de l’Université du Québec à Montréal et cumule 14 années d’expérience en cabinet privé dans l’accompagnement thérapeutique d’individus et de couples souffrant de difficultés sexuelles. Outre sa pratique en cabinet privé au Centre sexologique de l’Estuaire qu’elle a co-fondé, elle forme et supervise des professionnels (psychothérapeutes et médecins) au Québec et en Europe depuis 2006. Elle supervise également des stagiaires de l’UQÀM. Elle fût directrice et rédactrice en chef de la Revue internationale de sexoanalyse (revue.sexoanalyse.com) de 2005 à 2010 et elle publie chaque année des réflexions sur la sexualité et l’érotisme sous forme d’articles ou de communications orales.

DATE : 15 novembre 2014 (durée 6 heures)
Lieu : Montréal – UQAM local à venir

INFOS ET INSCRIPTION
À QUI S’ADRESSE CETTE FORMATION

Cette formation s’adresse à tout professionnel offrant des services thérapeutiques et souhaitant accompagner des patients vivant des difficultés sexuelles.
TARIFS
• 175$ non-membre
• 150$ membre
• 125$ étudiant

DATE LIMITE D’INSCRIPTION
1 novembre 2014

INFOS ET INSCRIPTION
Contacter : Isabelle Le Goff
Téléphone : 514-386-3548

Cette formation sera reconnue par l’OPQ

Institut Canadien de Sexoanalyse
L’Institut Canadien de Sexoanalyse (ICS) est un organisme à but non lucratif, fondé officiellement en 2001. Il représente les professionnels œuvrant dans le domaine de la sexothérapie et utilisant l’approche sexoanalytique dans leur pratique clinique.
- http://www.institutsexoanalyse.com

Publié dans Actualités de la Psychologie, Formations | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés

Formation Ennéagramme, Mars 2015

Loin d’enfermer la personne dans une analyse, l’Ennéagramme prend en compte toute la richesse de l’être humain.

- CONNAISSANCE DE SOI, DES AUTRES: prenons conscience des liens existant entre comportements, états émotionnels récurrents, modes de fonctionnement, croyances et valeurs, et la personnalité de chacun.

- DEVELOPPEMENT PERSONNEL: 3 forces en oeuvre dans notre évolution. A ces 3 forces, l’Ennéagramme propose plusieurs chemins d’évolution personnelle. Permet de mettre en oeuvre «une stratégie de progression constante» pour soi et pour les autres: accompagnement, relation d’aide, coaching. À ce titre c’est un outil très précieux qui permet un gain de temps et surtout une efficacité avérée dans l’intervention du praticien professionnel.

- COMMUNIQUER: L’Ennéagramme, outil interactionnel par excellence, permet d’anticiper, de prévoir vos comportements et ceux des autres dans les différents contextes, que cela soit une situation de stress négatif, ou au contraire, une expérience agréable. Permet ainsi de sortir des interactions négatives où les protagonistes répètent des modes de relations improductifs voire conflictuels.

Pour plus d’informations.
- http://www.altreya-formation.com/Enneagramme.html

Pour prendre connaissance d’un large éventail de choix de formations (formation management, formation communication, formation entretiens, formations managers, formations assistantes, formation coach, formation commercial, formation négociation, formation stress, formation formateurs…
Nous vous recommandons de visiter le site: http://www.cabinet-chessebeuf.com

Mireille Chessebeuf
Formateur-Coach, enseignante certifiée en PNL, agréée NLPNL
Organisme de formation à la PNL, Ennéagramme, Coaching.
Angers, Nantes, Rennes, Tours, La Rochelle.
- http://www.psycho-ressources.com/mireille-chessebeuf.html

Publié dans Actualités de la Psychologie, Ateliers & Croissance | Marqué avec , , | Commentaires fermés

L’EMT, un outil stratégique en thérapie brève

Beaucoup de psychothérapeutes sont appelés à travailler dans une perspective à court terme. En effet, le nombre de séances auquel ont droit les clients est souvent restreint (ex. : CLSC, PAE) ou bien le budget des clients se trouve limité.

Dans de tels contextes, les thérapeutes ont alors avantage à maîtriser des techniques de thérapie brève. Je me propose de vous en faire découvrir une des plus utiles : l’EMT (Eye Movement Technique) du psychologue états-unien Fred Friedberg, Ph. D.

Qu’est-ce que l’EMT?
Il s’agit d’une technique de psychothérapie simple et efficace qui permet de gérer les émotions négatives au moyen notamment de stimulations bilatérales semblables à celles utilisées en EMDR (p. ex. : tapotements en alternance sur les genoux, mouvements oculaires rapides). Une séance, rarement plus, suffit pour gérer la ou les émotions négatives associées à une situation présente ou future de nature non traumatique. Vu la simplicité de la technique, les thérapeutes peuvent l’enseigner progressivement à leurs clients afin que ces derniers puissent l’utiliser de façon autonome en dehors des consultations.

L’EMT : utile dans quels cas?
L’EMT peut être utilisée, par exemple, pour gérer :

  • le stress avant une opération chirurgicale
  • la culpabilité d’avoir rompu ou à l’idée de rompre
  • la colère par rapport au comportement d’une personne (patron, collègue, etc.)
  • l’anxiété à l’idée de devoir parler en public
  • la peur de ne pas dormir
  • le stress lié à une perte d’emploi ou à un retour au travail
  • l’anxiété avant un examen
  • etc.

L’EMT n’a pas été conçue pour le traitement des souvenirs traumatiques et des symptômes post-traumatiques tels que les flashbacks.

Un exemple clinique : Martine et sa peur de mourir sur la table d’opération
Il y a quelques années, une de mes clientes, Martine, m’annonça qu’elle se ferait enlever une pierre au foie bientôt. Elle me confia ceci : « Je sais que c’est irrationnel, mais j’ai peur de mourir sur la table d’opération. » Comme nous ne pouvions nous revoir d’ici à l’opération, je lui proposai l’EMT comme méthode d’intervention. Malgré l’aspect avant-gardiste de la technique, la cliente se montra disposée à l’essayer.

Je procédai donc à une séance d’EMT. Au cours de l’exercice, le stress de Martine passa progressivement de 10 à 8/10, puis de 8 à 6/10, et de 6 à 1/10. En outre, des pensées rationnelles et optimistes surgirent de sa psyché : « Ça me dit que je ne mourrai pas sur la table d’opération », « Je ne suis pas la première opérée pour une pierre au foie… C’est juste une pierre, c’n’est pas plus grave que ça… », « Je serai bien entourée par une équipe médicale ». En aucun temps je ne lui suggérai ces cognitions. Au total, une trentaine de minutes suffirent.

Quelques jours après l’opération, je fis un suivi téléphonique. Martine affirma ne pas avoir été préoccupée par l’opération après notre rendez-vous. Elle ajouta ceci : « J’ai été stressée seulement quelques minutes avant l’opération, mais pas au point de paniquer ». Je ne pus que me réjouir avec elle de l’efficacité de l’EMT.

Les effets de l’EMT?
Comme le montre l’exemple clinique, l’EMT permet de réduire l’intensité des émotions négatives, mais aussi de susciter l’émergence de cognitions réalistes et nuancées. Dans d’autres cas, les clients trouvent souvent des solutions adaptées au problème abordé.

Comment maîtriser cet outil avant-gardiste?
Depuis 2010, j’enseigne l’EMT à des professionnels de la santé mentale des quatre coins du Québec. La formation a été reconnue par l’Ordre des psychologues du Québec en octobre 2012. Je donne la formation quelques fois par année dans quelques villes du Québec (et bientôt en Europe!). Pour connaître les dates et les villes, consultez le www.psycho-ressources.com/stephane-migneault.html ou le www.stephanemigneault.com.

En guise de conclusion
L’EMT est un outil d’intervention simple permettant de gérer efficacement les émotions négatives. Pour ces raisons, l’EMT continuera sans doute de susciter un intérêt croissant chez les psychothérapeutes désireux d’offrir à leurs clients un catalyseur de changement.

Stéphane Migneault
Psychothérapeute, conférencier, superviseur et formateur
Consultation à Québec
984, boulevard Pie-XII, Québec, Québec, Canada, G1W 4N1
- http://www.psycho-ressources.com/stephane-migneault.html

Publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés

L’amour, une alchimie

Rien n’est plus difficile que l’amour. Rien n’est plus complexe que la vie à deux. Pourtant, les couples heureux existent. Ce sont ceux qui ont réussi à surmonter les nombreuses illusions, les fausses croyances et ont appris à avoir des attentes réalistes. Décryptage.
Par Barbara Witkowska

Le Vif (N°40 / 3 octobre 2014)
- http://www.levif.be

« Qu’il est difficile d’aimer« , chante le Québécois Gilles Vigneault. Ce n’est pas l’avis d’Yvon Dallaire, psychologue, québécois lui aussi, conférencier, auteur de 25 livres sur les relations hommes-femmes dont quelques bestsellers.

A l’écoute des couples aux prises avec des problèmes parfois impossibles à résoudre, il a une expérience conjugale de plus de quarante ans. Ce chantre de l’amour heureux et grand spécialiste de la vie affective et sexuelle du couple donnera, ces 6 et 7 octobre, deux conférences à Bruxelles (1). Teintées d’humour, de légèreté et de bon sens afin de dédramatiser les difficultés conjugales, en somme tout à fait normales et faisant partie intégrante de la vie.

Barbara Witkowska : Nous vivons à l’époque de « Me, Myself and I ». L’amour entre un homme et une femme a-t-il encore sa place dans ce contexte ?

Yvon Dallaire : Actuellement, à cause justement d’une société très égocentrée et narcissique dont les membres démissionnent à la première difficulté, plus de 50% des couples (mariés ou non) divorcent, dont la moitié avant la cinquième année de cohabitation. On estime qu’environ 30% se résignent et s’endurent pendant des décennies. Il ne reste donc qu’un maigre 20% de couples heureux à long terme, la plupart du temps. Mais ce 20% constitue une preuve que le couple est encore possible et que l’amour peut durer au-delà du temps, des conflits inévitables et des problèmes insolubles.

B.W. : L’un de vos confrères, le psychologue québécois Guy Corneau, dit que « vivre en couple n’est pas une obligation ».

Y.D. : Ce n’est pas une obligation et des célibataires peuvent très bien être heureux à long terme. Mais disons que vivre à deux, c’est mieux et rend la vie plus facile. La preuve: les gens heureux en couple, ayant une sexualité satisfaisante, vivent de 7 à 9 ans plus longtemps que les gens malheureux en couple ou célibataires.

B.W. : Pour aimer l’autre, il faut d’abord s’aimer soi-même. Pourquoi tant de gens ne s’aiment-ils pas?

Y.D. : Effectivement, un grand psy a dit un jour: « Aime ton prochain comme toi-même. » La meilleure façon d’être malheureux, c’est d’avoir des attentes irréalistes ou infantiles: croire que l’on peut tout avoir sans faire d’efforts. Or, l’estime et l’amour de soi se développent à la sueur de notre front. C’est en accomplissant des choses, en atteignant des objectifs réalistes qu’on s’épanouit. Je ne me rappelle plus qui a dit un jour: « Les gens se préoccupent de leur bonheur alors que le bonheur, c’est d’être occupé à faire des choses intéressantes, agréables et conformes à ses attentes. »

B.W. : Aujourd’hui, beaucoup de gens hésitent à se lancer dans une relation amoureuse par peur d’engagement ou d’être rejeté. D’où vient cette angoisse?

Y.D. : Plus la peur d’être rejeté et plus la peur de l’intimité sont élevées, plus les gens auront peur de s’engager. Les hommes et les femmes qui ont confiance en eux et ne craignent pas l’intimité forment des couples engagés à long terme. Evidemment, si l’on vous a trompé ou si vous avez vécu des expériences d’abandon lors de votre enfance, il se peut que vos deux peurs (rejet et intimité) soient exacerbées. Mais si vos parents vous ont fait confiance, vous ont donné des responsabilités tout en vous exprimant leur affection, vous serez plus centré et aurez plus confiance en vous… et en l’autre.

B.W. : La communication est très importante dans un couple. Pourquoi, à l’ère de la communication, les femmes et les hommes communiquent-ils si mal?

Y.D. : On accorde beaucoup trop d’importance à la communication, surtout les femmes, lesquelles croient que communication = compréhension. La communication peut être à la fois source d’amour ou de mésentente, surtout si on l’utilise pour prouver à l’autre que : « J’ai raison, tu as tort », que l’on vise le consensus à tout prix et que le contenu est plutôt « merdique ». Contrairement à beaucoup de mes collègues psy (qui pratiquent la CNV ou communication non violente), mon expertise des couples heureux m’a démontré qu’ils s’envoient cinq à dix fois plus de compliments que de reproches. Ce n’est pas le « Tu » qui tue la communication, c’est ce qui vient après: une critique ou un compliment.

B.W. : Rares sont les couples qui expriment leur amour selon le même langage, dites-vous. Quel est-il?

Y.D. : Selon Gary Chapman, conseiller conjugal américain, il y a cinq langues d’amour : les paroles valorisantes, les services rendus, le contact physique (dont la sexualité), les cadeaux et les moments privilégiés où nous sommes sur la même longueur d’onde. Rares sont les couples où les deux parlent la même langue d’amour. D’où la nécessité de devenir bilingue pour être heureux à long terme. Et même lorsque les deux parlent la même langue, ils ont des accents (accent québécois versus accent belge). Par exemple, si le langage est celui des cadeaux, l’un peut préférer des cadeaux personnels et l’autre des cadeaux utiles.

B.W. : Pour faire durer l’amour, il faut avoir des attentes réalistes. Lesquelles?

Y.D. : Accepter l’autre tel qu’il est. Se mettre d’accord pour vivre avec des désaccords. Apprendre à désamorcer. Arrêter de chercher l’utopiste « âme soeur ». Accepter d’être in-compris. Cesser de chercher la fusion passionnelle. Trouver des routines agréables et en changer régulièrement…

B.W. : D’autres conseils pour que l’amour ne faiblisse pas?

Y.D. : Passer au moins cinq heures en tête-à-tête par semaine pour entretenir nos beaux souvenirs et préparer des projets d’avenir à court (un an), moyen (cinq ans) et long terme (retraite).

B.W. : A Bruxelles, vous allez également parler de la survie d’une famille recomposée. Quels sont les principaux « dangers »?

Y.D. : Aux six sources de conflits insolubles des premiers couples (argent, enfant, belle-famille, partage des tâches ménagères, invasion du travail dans la vie privée et sexualité), il faut ajouter deux nouvelles sources qui font que le taux de divorce des familles recomposées est de 15 à 25% plus élevé: l’envahissement des « ex » et la résistance des enfants de chacun à la venue d’un « étranger ».

B.W. : Pourquoi certaines familles recomposées connaissent-elles moins de problèmes que d’autres?

Y.D. : Comme pour les premières familles, c’est parce que les partenaires se sont très bien entendus, même au-delà de leurs désaccords, sur les principes éducatifs communs à mettre en pratique, dont toujours appuyer l’autre dans sa façon d’intervenir auprès des enfants, y compris des siens. Donc, chaque nouveau conjoint doit donner un certain pouvoir à l’autre sur ses propres enfants. Les enfants ont comme devise « diviser pour régner ». Donc, être solidaires devant les enfants, les siens et ceux de l’autre.

B.W. : Nous sommes tous à la recherche de nouvelles manières de vivre en couple et en famille. Y parviendrons-nous tout seul ou devra-t-on se faire aider par des psys?

Y.D. : A l’amour et à la bonne foi, absolument nécessaires pour la réussite d’un couple, il faut ajouter les connaissances des petites différences « homme-femme » et des dynamiques conjugales plus ou moins conscientes. Il faut aussi faire les efforts nécessaires pour arrêter de faire ce qui ne fonctionne pas. Par exemple : donner des conseils non sollicités, pour les femmes, ou arrêter de croire que l’on peut acheter la paix, pour les hommes. En dernier lieu, il faut faire les efforts nécessaires pour mettre en pratique ce qui fonctionne: complimenter, jouer ensemble, être toujours positif, exprimer ses besoins et non ses frustrations ou ses émotions désagréables, faire des projets…

B.W. : Votre mot de conclusion?

Y.D. : Pour être heureux en couple, il faut mettre les quatre cavaliers de l’Apocalypse à la porte: la critique, la défensive, la fuite et le mépris. (B.W.)

Par Barbara Witkowska
Le Vif (N°40 / 3 octobre 2014)
- http://www.levif.be
(Reproduction autorisée)

Publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés

La Vérité est un pays sans chemins (Krishnamurti)

Jiddu Krishnamurti

Philosophe d’origine indienne promoteur d’une éducation alternative.

Naissance : 12 mai 1895, Madanapalle, Inde
Décès : 17 février 1986, Ojai, Californie, États-Unis

La pensée de Krishnamurti

La pensée de Krishnamurti est, selon lui, résumée dans son texte de 1980 « Le cœur des enseignements ». Il se fonde sur sa citation de 1929, selon laquelle « La Vérité est un pays sans chemins ». L’acquisition de cette « vérité » (qu’il appelait aussi « l’art de voir ») ne peut, selon lui, se faire au travers d’aucune organisation, aucun crédo, aucun dogme, prêtre ou rituel, ni aucune philosophie ou technique psychologique. Elle serait mieux connue par le miroir des relations et l’observation du contenu de son propre esprit. Les images, les symboles, les idées, les croyances seraient tous des obstacles et la cause des difficultés humaines. La perception de la vie serait conditionnée par les concepts enracinés dans l’esprit. L’individu ne serait ainsi que le produit superficiel d’une culture. À partir de ce constat, une liberté peut être entrevue dans l’observation attentive de son propre manque de liberté. La connaissance du mouvement de ses propres pensées révèle l’esclavage au passé, la division entre le penseur et sa propre pensée, l’observateur et l’objet d’observation, l’expérimentateur et son expérience. Quand cette division se résorbe, l’observation « pure », libérée du temps et des conditionnements provoquerait une mutation radicale de l’esprit54. Bien que sujet britannique par sa naissance dans la période où l’Inde était sous administration britannique, puis résident américain (un visa qu’il devait renouveler pour demeurer à Ojai)1, il se disait libre de toute nationalité (comme de toute culture ou religion) parce que, selon lui, l’attachement à la nationalité provoque la séparation qui est à son tour à l’origine des conflits55.

Extrait Wikipédia: – http://fr.wikipedia.org/wiki/Jiddu_Krishnamurti

Quelques citations

Entre deux solutions, opte toujours pour la plus généreuse.
de Jiddu Krishnamurti

Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même.
de Jiddu Krishnamurti

Ne laissez pas les mots penser à votre place. Ayez une parole habitée.
de Jiddu Krishnamurti

L’éducation consiste à comprendre l’enfant tel qu’il est, sans lui imposer l’image de ce que nous pensons qu’il devrait être.
de Jiddu Krishnamurti

La méditation est l’art majeur de l’être humain.
de Jiddu Krishnamurti

Le premier pas est le dernier pas.
de Jiddu Krishnamurti

La vie quotidienne, si elle est sans compréhension, vous poussera à passer à côté de l’amour, de la beauté, de la mort.
de Jiddu Krishnamurti

L’art de voir est la seule vérité.
de Jiddu Krishnamurti

L’esprit mûri ignore la comparaison, la mesure.
de Jiddu Krishnamurti

Ce que je vous demande, c’est d’ouvrir votre esprit, non de croire.
de Jiddu Krishnamurti

C’est parce que nous sommes si desséchés nous-mêmes, si vides et sans amour que nous avons permis aux gouvernements de s’emparer de l’éducation de nos enfants et de la direction de nos vies.
de Jiddu Krishnamurti

L’ignorant n’est pas celui qui manque d’érudition mais celui qui ne se connaît pas lui-même.
de Jiddu Krishnamurti

Quand l’esprit ne résiste plus, qu’il ne fuit ni ne blâme ce qui est, mais se contente d’être conscient avec passivité, il s’aperçoit que, dans cette passivité même, vient une transformation.
de Jiddu Krishnamurti

Il existe une efficience basée sur l’amour, qui va bien plus loin et qui est beaucoup plus grande que l’efficience de l’ambition.
de Jiddu Krishnamurti

La peur bloque la compréhension intelligente de la vie.
de Jiddu Krishnamurti

Nous cherchons toujours à jeter un pont entre ce qui est et ce qui devrait être ; et par là donnons naissance à un état de contradiction et de conflit où se perdent toutes les énergies.
de Jiddu Krishnamurti

Chercher la vérité c’est passer de la vitrine d’une boutique à une autre.
de Jiddu Krishnamurti

Range le livre, la description, la tradition, l’autorité, et prend la route pour découvrir toi-même.
de Jiddu Krishnamurti

Sans méditation, on est comme aveugle dans un monde d’une grande beauté, plein de lumières et de couleurs.
de Jiddu Krishnamurti

Il est bon de naître dans une religion mais pas d’y mourir.
de Jiddu Krishnamurti

Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Définition et genèse des troubles narcissiques

Romaine FINZI

COMPRENDRE ET SOIGNER
LES BLESSURES NARCISSIQUES

I – Le narcissisme, quelques définitions

En 1914, dans son travail intitulé « Pour introduire le Narcissisme », Freud a explicité la notion de narcissisme primaire. On ne peut la comprendre qu’en se référant à l’hypothèse de l’union totale du nouveau né avec sa mère. Celle-ci l’empêche de sentir ses besoins, qu’il serait totalement impuissant à satisfaire. Il y a indifférenciation entre le Moi et le non Moi qui amène l’enfant à investir toutes ses énergies sur lui même. C’est dans ces conditions qu’il va pouvoir développer son narcissisme primaire. Il me semble possible de rapprocher cette situation de la naissance du Self, telle que Winnicott l’a décrite : une sorte de conscience de la continuité de l’expérience vécue sur le plan somatique et psychique.

Si le concept de narcissisme primaire est compris comme « un état précoce où l’enfant investit toute sa libido sur lui-même »,1 le narcissisme secondaire serait l’intériorisation de la relation avec la mère. Il représenterait l’amour de la mère introjecté par l’enfant, qui, une fois séparé d’elle, s’aimera tel qu’elle l’a aimé, c’est à dire qu’il ne pourra s’aimer que comme il aura été aimé. La libido est retirée à l’objet pour être retournée sur le Moi.

Le narcissisme est souvent appréhendé dans une conception péjorative d’égocentrisme, d’amour de soi, d’investissement de soi au détriment de l’investissement d’objet qui, lui, apparaît comme idéal. Il est d’ailleurs le plus souvent considéré dans une approche psychopathologique. Les manifestations de la personnalité narcissique dans le DSM 4 sont, à mon sens, très connotées moralement et je les trouve dérangeantes car elles ignorent la souffrance sous jacente des troubles narcissiques :

• Sens grandiose de sa propre importance ou de son caractère exceptionnel…
• Préoccupation pour des fantaisies de succès, de pouvoir, de beauté, d’amour idéal
• Pense être « spécial » et unique
• Besoin excessif d’être admiré
• Pense que tout lui est dû, s’attend sans raison à bénéficier d’un traitement particulièrement favorable et à ce que ses désirs soient satisfaits
• Exploite l’autre dans les relations interpersonnelles, l’utilise pour parvenir à ses fins
• Manque d’empathie, n’est pas disposé à reconnaître ou à partager les sentiments et les besoins d’autrui
• Envie souvent les autres et croit que les autres l’envient
• Fait preuve d’attitudes et de comportements arrogants et hautains.

DSM 4 décrit surtout le narcissique de type grandiose mais laisse de côté des présentations plus nuancées de ce trouble, des personnalités aux prises avec des sentiments d’infériorité, d’hypersensibilité, souffrant d’une vulnérabilité narcissique diffuse, qui ont été blessées précocement dans leur estime de soi et que l’on retrouve si souvent dans nos cabinets de psychothérapie.

II – Genèse des troubles narcissiques

La personnalité de l’enfant se développe dans la relation à l’autre, en particulier à la mère. C’est au coeur de cette relation, dans sa dynamique propre, que certains auteurs ont rencontré des éléments de compréhension de cette problématique : « Parce qu’il a perdu le paradis intra-utérin selon B. Grumberger, qu’il n’a pu vivre ses propres sentiments et rencontrer son vrai soi selon A. Miller. Pour M. Mahler, il a été empêché dans le processus de séparation individuation par pénalisation de la séparation et récompense de la régression. Bergeret parle de faiblesse du Moi et d’immaturité, le sentiment de vide est difficile à combler, la relation d’objet est de type anaclitique, l’autre fonctionne comme un auxiliaire du Moi et aide à tenir à distance la position dépressive. Neuman comprend le développement des troubles narcissiques comme une formation réactionnelle à l’abandon de l’enfant par sa mère, que l’abandon soit réel ou que l’enfant soit émotionnellement abandonné par une mère qui ne supporte pas que celui-ci se sépare d’elle et s’épanouisse sans elle » (D. Lismonde, 1991).

Kohut parle de « la mère sourde » prise elle même dans sa dépression et incapable de se réjouir de son enfant. Dans tous les cas, le parent détient la maîtrise de la relation et en construit le cadre. On est dans une relation dominant/dominé, un climat relationnel où il n’y a pas de place pour deux êtres différenciés.

L’enfant a une étonnante aptitude à sentir les besoins de sa mère et à y répondre. Pour ne pas risquer de perdre son amour, il va refouler ses émotions et ses sentiments. Ses besoins à lui ne pourront pas être intégrés. L’adaptation aux besoins parentaux conduit au développement de ce que Winnicott appelle le faux self. L’enfant est sommé d’être conforme, et de se conduire de manière à ne montrer que ce qu’on attend de lui. Son vrai self ne peut pas se développer ni se différencier, d’où un sentiment de vide. Il ne peut construire son sentiment de sécurité intérieure, ni se fier à ses propres ressentis, ne connaît pas ses vrais besoins, et finit par être comme étranger à lui même. Toute sa vie, il va rester tributaire de la confirmation des autres.

LISEZ LA SUITE:
- http://www.psycho-ressources.com/bibli/blessures-narcissiques.html

Romaine FINZI, Psychothérapeute, Paris.
- http://www.psycho-ressources.com/gestalt-therapeute/paris/romaine-finzi.html

Publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Séminaire de psychanalyse et psychothérapie (Nov. 14, France)

Séminaire de psychanalyse
et psychothérapie
Du jeudi 6 novembre 2014
au jeudi 4 juin 2015

Séminaire de psychanalyse
- Le Symbolique
Institut Français de Psychanalyse
Email: contact@alpes-idra.com
Site: http://www.alpes-idra.com

La séance du 6 novembre sera consacrée au symbolique.

Le calendrier des séminaires (la soirée du 1er jeudi du mois, de 19h à 22h, sauf le jeudi 1er janvier 2015 : rendez-vous le 8), ainsi que les éléments préparatoires aux interventions, vous seront communiqués lors de cette séance.

Les soirées se dérouleront à la Maison des Associations, 4, rue des Arènes – 75005 Paris (métro Jussieu, ligne 7, bus 67, 47).

Nous vous communiquons ci-après les trois parties du programme du séminaire de psychanalyse et psychothérapie de l’Institut Français de Psychanalyse.

1. Le symbolique; 2. Le symptôme; 3. L’autre.

Chaque thème abordé et étudié fera sur trois séances l’objet à chaque soirée d’une présentation, puis d’une ou plusieurs interventions de participants.

L’inscription sur l’annuaire ainsi que la participation aux 9 soirées du séminaire des instituts requièrent un règlement de 160 euros qui représentent l’adhésion à l’association, l’établissement des annuaires, la validation des inscriptions (cartes), l’administration des adhérents (attestations, certificats), la réservation de la salle, la mise à jour informatique.

La carte d’adhérent vous sera remise et demandée lors des séminaires et à l’occasion de vos démarches aux instituts.

Les participants sont recrutés sur leur demande ou cooptés après accord du président.
Si vous souhaitez participer aux soirées sans vous inscrire, vous devrez vous acquitter de la somme de 20 euros par soirée.

Pour tout renseignement : contact@alpes-idra.com

Proposé par Nicolas Koreicho
Psychanalyste – Psychothérapeute (Registre National) – Consultant – Docteur de l’Université de Paris
- http://www.psycho-ressources.com/psychanalyste/paris/nicolas-koreicho.html

Publié dans Actualités de la Psychologie, Colloques & Conférences | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés

Les 6es Entretiens francophones de la Psychologie

Les 6es Entretiens francophones de la Psychologie

Nancy, Université de Lorraine
4, 5 et 6 juin 2015

Psychologue : à quel Titre ?
30 ans plus tard, bilans et défis pour la formation et la pratique des psychologues 

La sixième édition des Entretiens francophones de la psychologie reprend le cycle des rencontres bisannuelles inauguré en avril 2004 désormais inscrites comme un des événements phares de la formation continue des psychologues.

Cette nouvelle édition de 2015 va correspondre aux 30 ans de la reconnaissance légale du Titre de psychologue.

Les évolutions sociétales se sont accompagnées de changements profonds dans la façon dont individus et groupes construisent leur relation au monde et ils posent aux psychologues de nouveaux défis. La psychologie a connu des évolutions importantes et les connaissances acquises modifient en permanence notre regard sur les sujets, les groupes et les institutions, ainsi que sur les approches et les pratiques professionnelles. De nouveaux champs d’interventions sont repérés et sont l’objet d’appropriations progressives qui impliquent des interrogations éthiques renouvelées.

Ces Entretiens invitent donc les psychologues, à l’occasion de l’anniversaire de leur Titre, à interroger la diversité des champs professionnels avec pour fil rouge une réflexion en forme de bilan qui ouvre sur une démarche prospective sur ses propres savoirs et ses pratiques.

C’est à la profession, dans son ensemble, praticiens et enseignants chercheur, de se saisir de son image, de la rendre plus visible et plus lisible. Ces Entretiens doivent donc être une occasion majeure de développer une telle ambition.

Les Entretiens s’adressent en premier lieu aux psychologues praticiens, enseignants-chercheurs en psychologie et étudiants en psychologie. Elle intéressera aussi tous les professionnels qui travaillent avec des psychologues sur le terrain ou à l’université, dans le champ de la santé, de l’éducation, du travail social, de l’entreprise et des institutions, de l’ergonomie, de la justice, du sport, des transports. N’oubliez donc pas d’inciter votre entourage à s’inscrire pour cet évènement majeur.

Tous les détails sur le portail de la FFPP:
- http://psychologues-psychologie.net

Publié dans Actualités de la Psychologie, Colloques & Conférences | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés

Changez votre vie… Faites un virage à 180 degrés!

Changez votre vie…
Faites un virage à 180 degrés!

En avez-vous assez de faire du sur-place dans votre vie ? Vous sentez-vous impuissante ? Avez-vous l’impression de ne plus rien maîtriser, même pas vos propres réactions ? Et s’il était possible de tout changer ? Si vous pouviez reprendre le dessus, retrouver votre pouvoir, rapidement ?

« Virage à 180° : 21 jours pour arrêter de subir votre vie et reprendre votre pouvoir » est pour vous si…

  • Vous traversez une période difficile, et vous ne savez pas comment vous en sortir, mais vous avez terriblement envie de voir le bout de ce tunnel.
  • Vous vous sentez dépassée par les évènements, et vous doutez d’être capable de refaire surface.
  • Vous vous sentez seule, alors que vous auriez tellement besoin de pouvoir échanger avec des personnes qui vous comprennent, et qui ne vous jugent pas.
  • Vous êtes parfois prise dans des tsunamis d’émotions qui arrivent sans prévenir, et qui vous mangent une énergie incroyable.
  • Vous avez le sentiment que tout va mal et votre mal-être éclabousse tous les domaines de votre vie : travail, famille, amis…
  • Vous avez tendance à vivre dans le regard des autres, à faire beaucoup pour vous sentir aimée, mais vous sentez que vos besoins ne sont pas comblés.
  • Vous manquez terriblement de confiance en vous, depuis toujours et vous en avez assez : vous voulez devenir, enfin, votre alliée et cesser d’être si dure avec vous-mêmes.

En travaillant avec moi :

  • Vous prendrez conscience de vos besoins, et vous n’attendrez plus que les autres les comblent : vous saurez le faire vous-mêmes.
  • Vous identifierez vos besoins qui ne sont pas comblés en ce moment, et qui sont la source de votre mal-être.
  • Vous saurez, dans le fond de vos tripes, que oui, vous aussi, vous avez droit au bonheur.
  • Vous saurez comment sortir de cette spirale infernale qui vous tire vers le bas, un peu plus chaque jour et qui vous donne l’impression d’étouffer dans votre propre vie.
  • Vous arrêterez de ruminer votre malheur : vous passerez à l’action, concrètement, pour retrouver le plaisir de vivre.
  • Vous apprendrez à comprendre le précieux message que renferment vos émotions, même les plus désagréables.
  • Vous apprendrez une technique puissante pour ne plus vous laisser envahir par vos émotions : vous saurez quoi faire quand vous êtes submergée par un flot d’émotions pour revenir à des émotions plus agréables, rapidement, tout le temps.
  • Vous apprendrez à reconnaître cette partie de vous qui vous sabote, de manière inconsciente, depuis trop longtemps. Vous serez capable de la faire taire pour ne plus l’entendre vous rabâcher chaque jour que vous êtes trop comme ceci, et pas assez comme cela…
  • Vous prendrez de la hauteur sur votre vie, et retrouverez l’enthousiasme d’avancer vers de nouveaux projets, dans tous les domaines de votre vie, et vous saurez comment les concrétiser.
  • Vous ferez partie d’un groupe de 10 femmes qui vous comprennent et sont à vos côtés chaque jour, sans vous juger : vous vous sentirez entendue.

Nathalie Martin, Virage 180

Pour plus de détails sur le contenu des téléclasses : « Virage à 180° »
-
http://nathalie-martin.com/produit-virage-180/

Qui est Nathalie Martin ?
- http://nathalie-martin.com/qui-suis-je/

Publié dans Actualités de la Psychologie, Ateliers & Croissance, Formations | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés