Projetons-nous dans l’avenir…. Quelques citations !

image-avenir-me-minceL’AVENIR …

Grande question que celle de « L’AVENIR« : L’avenir de chacun d’entre nous dans notre cheminement personnel, sur notre route; L’avenir de l’humanité… Notre avenir collectif, celui de la race humaine, de notre planète. C’est une question complexe aux milles ramifications… En lien avec le passé et le présent.

Voici une série de citations sur l’avenir qui permettront d’alimenter votre réflexion sur ce concept. Tantôt optimistes, ou plutôt pessimistes… Celles-ci sauront surement vous stimuler.

Comme le disais le psychologue Albert Ellis: « Vous pouvez commencer aujourd’hui à vous construire un passé plus heureux. » … Et pourquoi pas, un avenir meilleur ! Qu’en pensez-vous ?

CITATIONS SUR L’AVENIR

« L’esprit humain ne peut juger du futur qu’en calculant d’après le passé. »
Antoine Claude Gabriel Jobert

« On peut voir l’avenir dans les choses passées. »
Jean de Rotrou

« L’homme de l’avenir aura peut-être des joies immenses. Il voyagera dans les étoiles, avec des pilules d’air dans sa poche. Nous sommes venus, nous autres, ou trop tôt ou trop tard. Nous aurons fait ce qu’il y a de plus difficile et de moins glorieux : la transition. »
Gustave Flaubert

« Ô l’avenir, horizon rose aux formes superbes, aux nuages d’or, où votre pensée vous caresse, où le cœur part en extase et qui, à mesure qu’on s’avance, recule, recule et s’en va ! »
Gustave Flaubert

« C’est dans son immense bonté pour l’homme que Dieu lui voila l’avenir. Combien d’effroi, peut-être, cette connaissance pourrait lui causer. »
Jean-Louis Moré

« Le passé et l’avenir n’illuminent que les grands hommes, comme le lever et le coucher du soleil ne dorent que les hautes sommités. »
John Petit-Senn

« L’avenir n’est interdit à personne. »
Léon Gambetta

« Il suffit d’un moment pour décider de tout un avenir. »
Pierre-Simon Ballanche

« L’avenir est toujours le fils du passé. »
Pierre-Simon Ballanche

« La vraie sagesse estime le présent, et ne méprise point l’avenir. »
Joseph Michel Antoine Servan

« L’enfance et la jeunesse ne s’occupent jamais de l’avenir, quoiqu’il soit tout pour eux. La vieillesse s’en occupe toujours, quoiqu’il ne soit plus rien pour elle. Tous les âges ont donc leurs erreurs, leurs illusions et leurs faiblesses. »
Paul Thiébault

« Aucun homme ne peut être réputé heureux lorsqu’il ne voit dans l’avenir un moyen d’améliorer son sort. — C’est ainsi que l’espérance du mieux est toujours nécessaire au bien. »
Paul Thiébault

« C’est souvent au moment où les gens désespèrent le plus de leur avenir que leur fortune commence. »
Honoré de Balzac

« S’inquiéter de l’avenir, c’est se charger d’un second fardeau : pourquoi donc cette double charge ? Nous avons le présent à porter, c’est déjà bien assez pour nous. »
Alfred Auguste Pilavoine

« Celui qui espère est en un sens plus assuré de son bien que celui qui jouit ; car le présent nous échappe à chaque instant, tandis que l’avenir est toujours devant nous. »
Alfred Auguste Pilavoine

« Rien n’est plus navrant pour l’homme qu’un avenir passé. »
Henri-Frédéric Amiel

« Le passé et le présent sont nos moyens, le seul avenir est notre fin. »
Blaise Pascal

« Que chacun examine sa pensée, il la trouvera toujours occupée au passé et à l’avenir. »
Blaise Pascal

« Les hommes ne se mettent pas moins en peine de l’avenir que s’il leur appartenait. »
Joseph Sanial-Dubay

« L’âme de l’homme se balance entre le passé qu’elle regrette et l’avenir qu’elle craint. »
Étienne de Jouy

« Le passé est l’oracle de l’avenir, et l’avenir est un interminable passé. »
Benoît Gagnon

« Toute ma vie tend, sans que rien puisse l’arrêter, vers l’avenir, vers un avenir meilleur. »
Johann Gottlieb

« La source de la peur est dans l’avenir, et qui est libéré de l’avenir n’a rien à craindre. »
Milan Kundera

« Jamais on n’a tant parlé de l’avenir que depuis qu’on ne sait même plus s’il y aura un avenir. »
Jean Rostand

« Le présent est court, l’avenir incertain, le passé seul est assuré. »
Sénèque

« Saisissez-vous du présent, vous dépendrez moins de l’avenir. »
Sénèque

« L’avenir que l’on espère devient souvent pire que le présent qu’on vit. »
Henri-Frédéric Amiel

« Laissez-vous entraîner en paix au fleuve du temps vers l’océan de l’avenir. »
Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre

« Nous ne nous en tenons jamais au présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent, et comme pour le hâter ; ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt. »
Blaise Pascal

« Ne comptez jamais sur le présent, mais soutenez-vous dans le sentier dur et âpre de la vertu par la vue de l’avenir. »
Fénelon

« L’avenir que le monde nous offre est sa grande ressource, l’erreur de ses promesses nous endort toujours sur la futilité de ses bienfaits. »
Jean-Baptiste Massillon

« Sacrifier trop l’avenir au présent dans la jeunesse, c’est folie. Sacrifier trop le présent à l’avenir dans la vieillesse, c’est sottise. »
Nicolas Charles Joseph Trublet

« L’éloignement de l’avenir nous l’embellit ou nous l’enlaidit au-delà de la vérité ; quand enfin il est devenu présent, et qu’il a duré un certain temps, on trouve qu’il ressemble beaucoup au passé. »
Nicolas Charles Joseph Trublet

« Par la crainte de l’avenir, nombreux sont ceux qui empoisonnent le présent. »
Sénèque

« L’esprit humain ne pouvant jamais connaitre l’avenir, la vertu doit être sa divination. »
Germaine de Staël

« Une vie bien ordonnée garantit un heureux avenir. »
Pierre-Claude-Victor Boiste

« Une femme sans parfum est une femme sans avenir. »
Coco Chanel

« Se projetant trop dans l’avenir, l’homme oublie souvent de vivre au présent. »
Publilius Syrus

« La leçon de l’avenir est dans la contemplation du passé. »
Pierre-Claude-Victor Boiste

« Un prophète est un homme qui se souvient de l’avenir. »
Frédéric Rossif

« L’avenir est un présent que nous fait le passé. »
André Malraux

« L’avenir est à ceux qui ne sont pas désabusés. »
Georges Sorel

« L’avenir a le don d’arriver sans prévenir. »
George F. Will

« L’avenir nous appartient tant qu’on l’ignore. »
Jean de Bony

« Il n’y a pas d’avenir à vivre dans le passé. »
Daniel Savage

« Nous nous tournons vers le passé par peur de l’avenir. »
Björk

« L’avenir n’est plus ce qu’il était. »
Paul Valéry

« Je n’envisage mon avenir que quand il est passé. »
Francis Blanche

« Le présent n’est pour nous que le chemin de l’avenir. »
Pierre-Claude-Victor Boiste

« La dépression est l’incapacité à construire un avenir. »
Rollo May

« Souvenez-vous que votre aujourd’hui est votre passé de demain et vous pouvez commencé aujourd’hui à vous construire un passé plus heureux que celui que vous avez connu. »
Albert Ellis

« Jouir dans le présent sans compromettre l’avenir est toute la science de la vie. »
Pierre-Claude-Victor Boiste

« L’imagination ne se nourrit que du passé et de l’avenir : Veut-elle goûter au présent, il la rend folle. »
Pierre-Claude-Victor Boiste

« Qui contrôle le passé contrôle l’avenir. »
Aldous Huxley

« L’avenir est un canevas que l’imagination brode à son gré, mais son dessin n’est jamais correct. »
Pierre-Claude-Victor Boiste

« L’homme se transporte dans l’avenir parce qu’il n’est jamais content du présent. »
Edward Young

« Le passé laisse le regret, l’avenir ne donne que l’espérance, le moment présent est le seul qui soit réel. »
Stanislas Leszczynski

« Il y a des moments de douleur où dans la vie la pensée de l’avenir ajoute au supplice du présent. »
Sosthène de La Rochefoucauld-Doudeauville

« Il est aussi fou de vivre sans prévoyance que peu sage de chercher à pénétrer l’avenir. »
Sosthène de La Rochefoucauld-Doudeauville

« La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. »
Albert Camus

AUTRES CITATIONS

Sur le destin…
http://psycho-ressources.com/blog/citations-destin/

Sur les voyages…
http://psycho-ressources.com/blog/voyager-voyager-voyager/

Sur les vacances…
http://www.psycho-ressources.com/bibli/vacances.html

Sur l’amour…
http://www.psycho-ressources.com/bibli/amour.html


Publié dans Actualités de la Psychologie | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Projetons-nous dans l’avenir…. Quelques citations !

Formation de Praticien en Transfert Quantique, Oct 2017, Montpellier

image-formation-transfert-quantiqueF O R M A T I O N

DEVENEZ PRATICIEN EN
TRANSFERT QUANTIQUE !

Octobre 2017
Montpellier, France

– Aucun prérequis
– Formation ouverte à tous.
– 20 places disponibles
– Avec Myriam Yahimi

RENCONTRE
D’INFORMATION

18 septembre 2017, 19h00
Centre Phoenix
23, rue Nelson Mandela, Montpellier

Pour infos :
Myriam.yahimi@gmail.com

A PROPOS DU TRANSFERT QUANTIQUE

Le Transfert Quantique est une Thérapie quantique utilisant une interface pour transférer l’inconscient du patient afin d’accéder aux informations cachées.

Les émotions émettent en discontinu des fréquences subtiles en interaction avec l’environnement

Chaque émotion a une fréquence différente selon sa nature vibratoire. Elles font de nous ce que nous sommes et structurent nos relations, nos choix, nos activités et informent en permanence l’ environnement, dont toutes les personnes qui croisent notre chemin.

On appelle cela : le Champ fréquentiel.

Nous sommes connectés les uns aux autres, tels des disques durs, des bases de données surpuissantes qui évaluent ,analysent les programmes et retiennent seulement ce qui est résonnant.

Il contient toutes les informations mémorielles cellulaires et métaboliques du corps, du début de son existence a maintenant ; nous pouvons englober bien entendu la vie utérine ainsi que les héritages de la lignée.

Les prénoms que nous portons de nos grand-parents, parrain, marraine etc… sont porteurs d’un champ qui nourrit également le nôtre et peuvent grandement influé sur notre destinée.

Les symptômes d’une personne nous indiquent la nature de l’origine du problème ;

Une grille de lecture se dessine peu à peu et il devient possible de lire dans l’inconscient comme dans un livre.

C’est un outil passionnant, utilisant la science nouvelle; Grâce à la mécanique quantique , il est possible aujourd’hui d’expliquer l’interconnexion des inconscients via l’intrication des champs.

Le transfert Quantique permet d’accéder à l’inconscient du patient nous dévoilant ainsi les secrets des éléments refoulés ; les chemins qu’il emprunte dans sa symbolique sont aussi fascinants que terrifiants.

photo-myriam-yahimi-2015Une actualisation des émotions et informations contenues dans l’inconscient s’impose pour remettre le sujet dans sa propre énergie, loin des intrications anxiogènes voire pathogènes dans ce que j’appelle « le chemin de vie » : la vie dans laquelle chacun doit être, celle dans laquelle on se sent à sa place.

C’est une mise à jour de l’inconscient, comme on pourrait mettre à jour un disque dur.

Tous les problèmes concernant la vie sentimentale, professionnelle , sociale et familiale peuvent être traités, de 0 à 100 ans.

Myriam Yahimi
Psychanalyste, Pédopsychanalyste
Formatrice, Conférencière & Auteur
Centre Phoenix, Montpellier, France

Membre de Psycho-Ressources:
http://www.psycho-ressources.com/psychanalyste/montpellier/myriam-yahimi.html
Email: Myriam.yahimi@gmail.com


Publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, Ateliers & Croissance, Formations | Marqué avec , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Formation de Praticien en Transfert Quantique, Oct 2017, Montpellier

De la sexologie à la thérapie

couvert-sexo-therapieDe la sexologie à la thérapie
Erick Dietrich
Angélique Dietrich
Éditions Vie

SOMMAIRE

Angélique Dietrich et le docteur Erick Dietrich ont mis à nouveau en commun leur expérience pour mener une investigation sur le monde de la sexologie et de la thérapie et de la diabolisation qui l’entoure.

Angélique et Erick Dietrich vont vous aider à découvrir que nul ne détient la vérité et l’art de guérir mais qu’il vous est possible de comprendre et percer les mystères de votre mal-être et surtout de trouver la clé pour tenter d’atteindre le bonheur et l’harmonie. Ils vont montrer que les thérapies ne sont pas là pour « guérir », qu’il n’existe pas de « baguette magique ». Ils vont remettre en cause l’influence mystifiée du passé, de la société et de ses lois « folles » sur la santé des êtres humains, dans une Europe où la répression et l’utilisation de la peur est le point central de nos nouvelles oligarchies. Au fil des pages, en décryptant l’influence du passé et des normes socioculturelles sur l’être humain, les symptômes et leurs origines, les auteurs vous amèneront à comprendre la folie du monde qui vous entoure et en quoi celle-ci peut s’avérer nuisible pour la santé. La diversité des approches thérapeutiques et la fréquence des perturbations des relations affectives et sexuelles confèrent à la sexologie une place importante dans la pratique pluridisciplinaire médicale et non-médicale.

La sexologie est toujours dans l’obscurité, longtemps les médecins, universitaires et bien-pensants se sont aventurés avec prudence, presque avec peur et répugnance sur un terrain dont tout les tenait éloignés : le vocabulaire, les méthodes, les théories, la diversité des approches thérapeutiques. Pour nous thérapeutes et en ce qui concerne la sexologie, nous retrouverons toujours trois catégories : celles et ceux qui ne savent pas se servir de leurs sexes et qui ne sont jamais satisfaits ; celles et ceux qui, pervers, sont satisfaits de l’usage qu’ils font de leur sexe et de ses substituts et enfin celles et ceux qui ont atteint un degré suffisant d’épanouissement sexuel et érotique pour atteindre la jouissance souhaitée. Les incertitudes de la science ayant tenté de remplacer les certitudes et les dogmes socioculturels, la tentation est encore forte pour beaucoup de se réfugier derrière la morale et le puritanisme. Aujourd’hui les tabous et les interdits sont encore très présents, l’idéologie pudibonde et moralisatrice infiltre la sexologie de l’intérieur et l’oppresse de l’extérieur.

LES AUTEURS

Angélique et Erick Dietrich sont tous deux membres de Psycho-Ressources.
http://www.psycho-ressources.com/sexologue/paris/angelique-dietrich.html
http://www.psycho-ressources.com/erick-dietrich.html

DÉTAILS

ANNEE : 06/2017
RELIURE : Relié
DIMENSION : cm
POIDS : 274 gr
ISBN 10 : 3639816803
ISBN 13 : 9783639816808

COMMANDE
http://www.unitheque.com/Livre/editions_vie/De_la_sexologie_a_la_therapie-110346.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur De la sexologie à la thérapie

Transfert Quantique®: Protocole

couvert-protocole-transfert-quantiqueTransfert Quantique®: Protocole

Myriam YAHIMI
Psychanalyste, Monpellier, France

SOMMAIRE

Myriam YAHIMI est née à Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 18 juillet 1969. Elle est psychanalyste –pédopsychanalyste à Montpellier dans le sud de la France. Elle est également conférencière et formatrice. Après avoir dirigé un institut de Psychanalyse freudienne pendant presque dix années, elle a expérimenté et acquis de nombreux outils en plus de la psychanalyse en vue d’accéder à l’inconscient.

Cette détermination l’a amenée à l’élaboration de ce nouvel outil qu’est le Transfert Quantique® permettant d’accéder à l’inconscient pour optimiser la résolution de tous les conflits possibles. Désireuse de partager cette découverte et la connaissance de cet outil, elle propose ce protocole destiné uniquement aux thérapeutes « nouvelle génération » dans le cadre de l’apprentissage et l’utilisation de l’outil Transfert Quantique®.

photo-myriam-yahimi-2015COMMANDE
https://www.amazon.fr/Transfert-Quantique

DÉTAILS

Broché: 224 pages
Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (17 novembre 2015)
Langue : Français
ISBN-10: 1519330006
ISBN-13: 978-1519330000
Dimensions du produit: 21,6 x 0,9 x 27,9 cm

Myriam YAHIMI
Membre de Psycho-Ressources:
http://www.psycho-ressources.com/psychanalyste/montpellier/myriam-yahimi.html

AUTRE LIVRE

Grand manuel des Pensées Créatrices – Myriam YAHIMI
61 formules universelles des Archives Akashiques pour vivre la santé, l’amour et l’abondance. Comment décupler la puissance de vos pensées créatrices… Avec l’aide des Archives Akashiques. Nos pensées sont créatrices et la pensée positive est primordial pour vivre une vie idéale. Les sagesses anciennes comme les dernières découvertes en physique quantique ou même en biologie nous confirment cette réalité. Mais alors pourquoi si peu de gens rencontrent véritablement le bonheur dans leur vie ? Comment briser enfin les résistances qui nous en empêchent ? Comment en finir avec les blocages inconscients qui nous maintiennent jour après jour et année après année dans les mêmes schémas répétitifs ? Voici les questions que s’est longtemps posées Myriam Yahimi dans sa pratique de psychanalyste et de thérapeute passionnée.
http://psycho-ressources.com/blog/pensees-creatrice/


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur Transfert Quantique®: Protocole

Pourquoi es-tu venu si tard ?

couvert-pourquoi-si-tardPourquoi es-tu venu si tard ?
Raoul Garnier
Hélène de Saint-Alban

L’Harmattan

Pourquoi si tard es-tu venu ?
Je t’ai attendu si longtemps
Tu fus le rayon de soleil
Les petites gouttes de miel
De mon enfance. Dis-moi t’en souviens-tu ?

Mais nous avons été si longtemps séparés
Nous venons de nous retrouver
Mais si vite a passé le temps
Que nous avons des cheveux blancs

Mais toujours au fond de mon coeur
Tu restes le poupon rieur
Le si gentil petit bébé
Qu’autrefois j’ai bercé
J’étais ta grande soeur…

Poème pour le petit frère retrouvé
25 septembre 2015
Hélène de Saint Alban

SOMMAIRE

Hélène, jeune adolescente, s’éprend de l’auteur à sa naissance. Il devient en secret son p’tit frère et pallie un désir d’enfant qui la hante. La vie les séparera rapidement. Soixante-dix ans plus tard – elle a 87 ans, lui 73 ans – leurs destins se croisent à nouveau. La parution du premier ouvrage autobiographique de son p’tit frère jamais oublié, Le Choix du fils, et des suivants signe l’espoir de retrouver leur auteur, enfant unique comme elle : ils déroulent l’histoire de vie de celui qu’elle est impatiente de rencontrer et qui ignore toujours la nature du lien sur lequel elle a gardé silence.

Deux chemins de vie qui s’entrecroisent, exprimés en vers par la grand’soeur, en prose par le p’tit frère, originalité de cet ouvrage à l’histoire déjà peu banale !

Deux vies cabossées, deux vies de souffrance affective, deux vies aujourd’hui sereines, nostalgiques. Pourquoi si tard ?

photo-raoul-garnierLES AUTEURS

Raoul Garnier naît en 1943 en Normandie. Cadre supérieur de santé à la retraite, il se consacre à l’écriture. Avec son quatrième ouvrage Pourquoi es-tu venu si tard ?, l’auteur, qui a fait de sa vie ses livres, poursuit la clarification de son histoire.

Raoul Garnier est aussi l’auteur de:
L’homme qui voulait enfanter
http://psycho-ressources.com/blog/homme-qui-voulait-enfanter/
L’amant du silence
http://www.psycho-ressources.com/bibli/amant-du-silence-temoignage.html
Le choix du fils
http://www.psycho-ressources.com/bibli/choix-du-fils-temoignage.html

Hélène de Saint-Alban, au soir de sa vie, jouit d’une retraite sereine dans un village de sa Normandie natale, entourée de ses nombreux petits-enfants.
Musique et poésie ont été des sésames salvateurs dans la vie douloureuse de cette excellente pianiste (1er prix de Conservatoire) et femme poète émérite (nombreux poèmes primés). L’existence d’Hélène de Saint-Alban pourrait se résumer en ces mots :
un cri d’amour.

PRÉFACE
de Élisabeth Gontier, Psychologue

Avec Pourquoi es-tu-venu si tard ?, quatrième opus de Raoul Garnier, l’auteur poursuit l’exploration de son histoire, de ce passé, réel et imaginaire, qui constitue le tissu de son Moi le plus intime et le plus actuel – la parenté étymologique entre l’histologie, science des tissus de notre organisme, et l’histoire, connaissance du passé qui a tissé notre être, se trouve ici tout à fait intéressante à souligner.

Sa trilogie, composée antérieurement entre 2004 et 2015, et parue à L’Harmattan, nous avait dévoilé successivement différentes facettes de sa personnalité : avec Le Choix du fils, celle du fils privé de père et qui grandit dans l’ombre de la mère jusqu’à la révélation au grand jour de son homosexualité ; avec L’Amant du silence, celle de l’adulte qui réalise en secret le rêve d’une passion adolescente pour un homme ; et enfin, avec L’Homme qui voulait enfanter, celle de l’homme mûr, qui assume son fantasme d’avoir un enfant.

Dans le nouvel ouvrage dont il est ici question, Raoul Garnier poursuit son enquête/en quête de soi en recourant à plusieurs originalités formelles qui en font le charme. Le texte se présente en effet comme un récit endossé alternativement par un narrateur, Raoul Garnier, l’auteur de la trilogie évoquée plus haut, et par une narratrice, Hélène de Saint-Alban, qui pour sa part a mis et continue à mettre en poèmes les moments heureux ou non de sa vie. Tout au long des différents chapitres, les deux points de vue narratifs vont se déployer, tantôt dans leur autonomie, tantôt en s’entrecroisant pour former un duo, ce qui amènera une deuxième originalité formelle : l’alternance entre la prose du narrateur et les vers de la narratrice. Enfin, soulignons pour terminer l’intérêt d’une dernière particularité formelle : le narrateur et la narratrice situent leur récit alternativement dans le passé où il est question de leur relation d’adolescente à jeune enfant, et dans le présent, faisant partager au lecteur le plaisir de leurs retrouvailles et l’intensité bien actuelle de leurs échanges repris après une longue interruption.

Cette enquête suit un fil rouge qui guide le lecteur à travers les méandres des souvenirs entrecroisés des deux narrateurs, celui du temps retrouvé, scandé par une vieille horloge qui sonne des heures incongrues. Construite comme un retour vers le passé qui autorise un présent apaisé, elle permet au narrateur né enfant posthume d’accéder au temps-insouciance en lui révélant une mère qu’il n’a jamais connue : la femme amoureuse et heureuse d’avant le décès de son mari. Cet apaisement n’est aucunement entaché par la révélation beaucoup plus dramatique des événements qui ont présidé à l’enterrement et à la succession du père. Le récit est aussi celui d’un retour vers l’enfance du narrateur, avec ses souvenirs de pêche aux vairons dans le ru familier, de l’ambiance chaude et parfumée qui régnait dans le salon de coiffure tenu par sa mère, et de toutes les présences féminines qui entouraient de prévenances ce petit garçon charmeur. Contrastant avec celui des femmes, souvenir encore de Hans, l’officier allemand dont la stature n’est pas sans faire songer à celle du personnage principal du Silence de la mer, publié par Vercors en 1942, et qui pose avec force la question de la possibilité d’une rencontre humaine entre occupant et occupé, sur la base du partage de valeurs communes. Certes, il était plus facile à Jean Renoir de défendre cette possibilité dans La Grande Illusion, film sorti deux ans avant le déclenchement de la deuxième guerre mondiale. L’ouvrage de Raoul Garnier a en tout cas le mérite d’éviter les pièges du manichéisme dans l’évocation qu’il nous propose d’une petite bourgade normande pendant l’Occupation, et sous les bombardements de la Libération.

Mais la sagesse qu’apporte le temps retrouvé, après cette confrontation aux temps de la mort, c’est de pouvoir goûter la saveur de l’instant, celle des petites choses de la vie qui rendent heureux : goût de la crème nacrée, puissance sauvage de la glycine qui déploie sa luxuriance anarchique et sucrée, rondeur vive et généreuse d’une vieille dame, « Grand’ sœur » adoptive du narrateur. Cette vieille dame, c’est elle qui, après une longue séparation que la vie leur a imposée, au temps de leurs retrouvailles, lui adresse cette question :  Pourquoi es-tu venu si tard ? C’est elle, Hélène de Saint-Alban, la voix qui, dans ce duo de narrateurs, parle au féminin, c’est elle qui permet à Raoul Garnier de renouer avec son rêve d’une femme fraternelle. On songe à Verlaine :
« Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend ».

À travers la voix de cette narratrice, voici que nous suivons maintenant le déploiement des liens affectifs que, jeune adolescente, elle noue avec un bébé qu’elle prend pour le sien : tandis qu’elle élit ainsi le narrateur pour petit frère et fils imaginaires, lui crée en elle la sœur idéale et mythique, la tendre protectrice de ses premières années, mère supplémentaire devenue soixante-dix ans plus tard sa complice en écriture, coauteur de l’ouvrage. De par la connivence qui s’est établie entre eux et qui s’approfondit dans le processus d’écriture, le « petit frère » devient l’unique dépositaire d’un secret de son histoire de vie dont elle se libère. Mais si Raoul Garnier a pu trouver en Hélène de Saint-Alban la grande sœur qui lui manquait, c’est que leurs deux mères étaient amies, et que les deux narrateurs partagent un même amour absolu de la Mère. C’est bien ici que le fidèle lecteur des premiers opus de Raoul Garnier retrouvera le thème familier de cette ouverture sur une forme d’infini que l’auteur suggère à travers l’évocation de ce thème de l’amour maternel. C’est donc une vraie parenté spirituelle qui les unit, au point qu’à bien des égards, les deux narrateurs se ressemblent…

À Raoul Garnier, chercheur en autobiographie,
qu’il soit remercié pour cette passionnante archéologie de lui-même.

Élisabeth Gontier, Psychologue

DÉTAILS

ISBN : 978-2-343-12457-5
Titre: Pourquoi es-tu venu si tard ?
Auteurs: Raoul Garnier, Hélène de Saint-Alban
Préface: Élisabeth Gontier
Éditeur: L’Harmattan
Date de parution : Juillet 2017
182 pages
Prix éditeur : 19 €

COMMANDE
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=54235


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés sur Pourquoi es-tu venu si tard ?

L’idéal – La force qui nous gouverne

couvert-idealL’idéal
La force qui nous gouverne
Gérard Bonnet

SOMMAIRE

L’idéal est-il une quête exaltante sacralisée, ou bien la source de tous les maux ?

Beauté, vérité, amour… les idéaux font partie de ces étoiles qu’on hésite à regarder en face : ils nous fascinent, mais ils nous éblouissent aussi, au risque de nous aveugler. Ces étoiles-là exercent un tel pouvoir sur notre vie psychique que la psychanalyse ne peut les ignorer.

Cet ouvrage envisage l’idéal en restant au plus près de l’expérience humaine, comme l’une de ses productions les plus typiques et les plus désarmantes. S’il représente a priori ce qu’il y a de plus grand chez l’homme, il est aussi ce qu’il y a de plus violent et de plus dangereux. On tue et on massacre au nom de l’idéal, on accomplit des oeuvres merveilleuses en son nom aussi, et chacun mesure aisément qu’il joue un rôle décisif dans sa destinée.

L’idéal est-il comme on le pense souvent un facteur positif, exaltant, une notion sacralisée depuis des siècles ? Ou est-il source de tous les maux et de tous les débordements ?
Gérard Bonnet dégage l’idéal de la gangue de généralités dans laquelle on l’enferme souvent, afin de rejoindre ce qu’il veut dire précisément dans le psychisme humain. Il clarifie cette notion pour que chacun puisse l’entendre comme un message venu de l’inconscient afin d’en mesurer toute la portée. Une approche réaliste qui dégage l’idéal de toutes les récupérations et de tous les excès dont il est l’enjeu.

Un livre d’une grande puissance, indispensable pour tous.

L’AUTEUR

photo-gerard-bonnetGérard Bonnet, psychanalyste et enseignant-chercheur à Paris, est directeur de l’École de propédeutique à la connaissance de l’Inconscient, et membre de l’Association psychanalytique de France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages : Défi à la pudeur, quand la pornographie devient l’initiation sexuelle des jeunes (Albin Michel) et L’Angoisse, l’accueillir, la transformer (Éditions In Press) et est directeur de la collection « Psy pour tous » aux éditions In Press.

DÉTAILS

Pagination : 150 pages
Format : 11,5 x 18 cm
ISBN : 978-2-84835-416-3
PARUTION : 13 septembre 2017
Prix : 10 €

COMMANDER
http://www.inpress.fr/project/lideal/


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , | Commentaires fermés sur L’idéal – La force qui nous gouverne

Le programme: « L’ouverture à tous les possibles ! »

image-fleurs-jaunes-meBienvenue dans le programme  «L’ouverture à tous les Possibles» !

Chaque mois, Patricia explore avec vous des sujets de la vie courante afin de vous permettre d’obtenir davantage d’authenticité, de liberté et de joie.

Qu’avez-vous envie de changer dans votre vie ?

A quels possibles avez-vous envie de vous ouvrir ?

Votre adhésion à « L’ouverture à tous les Possibles » comprend pour le mois :

  • Une visioconférence en direct de 1h00 avec Patricia sur le thème du mois
  • 1 à 2 vidéos privées avec des exercices courts et pratiques
  • Des protocoles de déblayage et d’ouverture aux possibilités nouvelles avec l’EFT envoyés par émail
  • Les réponses à vos questions libres durant le mois par email
  • Des échanges sur le groupe Facebook

Ceci est un bon moyen pour évoluer à votre rythme, tout en étant soutenu(e) mensuellement.

Toutes les infos en suivant ce lien:
https://authentiqueetlibre.com/2017/07/17/le-programme-mensuel-louverture-a-tous-les-possibles/

photo-patricia-penotA propos de Patricia Penot …
Authentique, Libre et Joyeux !

Française, née dans le Val-de-Marne, un 3 juillet.

De nature modeste, j’ai toujours ressenti en moi comme une intuition profonde, celle que nous étions beaucoup plus que ce que nous croyons comprendre de nous, que ce que nous voyons dans la glace le matin, que ce que les autres auraient pu nous faire croire sur nous-même en nous limitant selon leur propre point de vue.

J’ai donc commencé à chercher, à découvrir, à explorer, à connaître, sur le thème de la vie et de l’existence. La relation entre le visible et le non visible de notre dimension d’être, l’expression de la sensibilité humaine par l’intermédiaire des émotions, la capacité à comprendre les choses pour mieux entrer en relation avec elles, l’éveil de conscience…

Lisez la suite…
http://psycho-ressources.com/blog/patricia-penot/


Publié dans Actualités de la Psychologie | Commentaires fermés sur Le programme: « L’ouverture à tous les possibles ! »

Découvrez le code secret des conflits!

image-conflit-libDécouvrez le code secret
des conflits!

Denise Noël, Intervenante en création et en relations humaines

Imaginez que vous êtes sur une piste de danse où tout le monde bouge sur des rythmes différents parce que personne n’entend la musique du DJ. Imaginez les collisions, jurons, tensions et cors aux pieds que ça produit… Pas surprenant : c’est la musique qui nous allume, pilote nos mouvements et nous connecte harmonieusement à notre entourage.

Imaginez maintenant que tout le monde se laisse porter par la musique : chacun peut groover à sa manière, triper avec son partenaire et être inclus dans un tout harmonieux.
Alors voilà : pour entendre la musique de nos liens et nos conflits, il y un code secret.
Sans lui, vous risquez de continuer à vous piler sur les pieds et vous tomber sur les nerfs éternellement et de passer à côté des perles cachées dans vos conflits…

Ce code vous extirpe de vos ornières et vos réflexes usés à la corde, pour brancher votre cœur, votre esprit et vos énergies sur des possibilités et des connexions inespérées.
Grâce à lui, chacun de vos conflits vous redonnera la liberté d’aller au bout de vous-même avec cœur pour rejoindre, inspirer, transformer votre entourage par la qualité de votre présence, de votre expression et de vos échanges.

Le voici ce fameux code

  1. Chacun de nos liens, positif ou négatif, contient une porte d’entrée vers notre plus grande source d’amour, de créativité et de joie.
  2. Dans chaque conflit se cachent des possibilités amoureuses et créatrices qui nous rapprochent de ce qui nous tient à cœur et nous relient à notre entourage.
  3. Nos adversaires extérieurs personnifient nos barrières intérieures face à ce que notre cœur désire être, vivre et accomplir.

Qu’est-ce que ça veut dire plus concrètement?

Que ce que l’autre ou la vie bloque chez vous est ce que vous bloquez de vous.

Que les autres vous briment ou vous rejettent, aux endroits où vous vous brimez ou rejetez.

Que ce qu’un adversaire ou un obstacle éteint chez vous – un élan, un besoin, une passion, une inspiration- est-ce que vous éteignez déjà par peur ou par ressentiment.

Autrement dit, vos conflits sont des mines d’or pour aller au bout de votre potentiel amoureux et créateur, en jouir et en faire profiter les autres.

C’est un art de découvrir ces belles possibilités dans nos conflits : on doit oser être réellement soi, aller dans l’inconnu, s’ouvrir plus grand, créer à partir de tout et se pratiquer encore et encore.

Un exemple

Voici un exemple de conflit tiré de mon dernier livre « Rien ne va plus tout est possible ».
La belle princesse est du style tout le monde, à l’attaque! Elle reproche à son homme de ne pas être présent. Le digne Sieur est sur le mode retirons nos troupes en catimini! Il reproche à sa femme de toujours le critiquer.

Plus elle l’assaille, plus il se retire. Plus il se replie, plus elle charge. Ils sont scotchés ensemble négativement et sont, l’un pour l’autre, des jambettes à leurs voeux les plus chers.

Je demande à chacun ce qu’il pourrait ressentir si l’autre était tel qu’il ou elle désire : elle se sentirait aimée et il se sentirait accepté. Je les invite à s’ouvrir à ce qui se passerait en eux s’ils vivaient ça. Oh ! Les deux se ferment comme de huitres.

C’est qu’elle essaie d’avoir le dessus et raison pour ne pas se faire avoir, alors pas question d’être vulnérable et d’avoir besoin d’amour. Impossible donc de laisser entrer l’amour. Le retrait de son amoureux représente sa propre non-présence à sa vulnérabilité et son besoin d’amour. Tant qu’elle est en réaction contre lui, elle ne peut pas s’ouvrir à ce qu’elle désire.

Il essaie de répondre aux attentes extérieures pour prouver qu’il est à la hauteur et quand il n’y arrive pas il se rejette, alors pas question d’être ce qu’il est. Impossible donc qu’il soit accepté tel qu’il est. Les reproches de sa blonde personnifient ses propres exigences et son rejet de lui même. Tant qu’il est en réaction à elle, il ne peut pas retrouver sa liberté d’être ce qu’il est et de s’exprimer.

Pour recevoir ce que son cœur désire, elle devra lâcher sa lutte et dire bienvenue à sa vulnérabilité pour s’ouvrir à l’amour. De son côté, il devra cesser de prouver sa valeur en répondant aux attentes extérieures et embrasser les parts de lui qu’il rejette pour retrouver sa liberté d’être. Ils pourront alors entendre les harmonies qui les relient et danser ensemble.

La pratique

Choisissez un conflit qui vous donne du fil à retordre.

1) Laissez aller vos réactions habituelles pour adopter une intention créatrice
Dites en prenant le temps de ressentir ce que ça fait dans votre corps :
– Je laisse aller mon attachement à avoir raison ou le dessus pour découvrir du bon, du beau et du nouveau dans ce que je vis maintenant.

2) Connectez-vous maintenant à la sagesse de votre corps et la chaleur de votre cœur.
Mettez la main sur l’endroit de votre corps où vous vous sentez crispé, frustré ou blessé et dites avec votre voix de velours :
– Bienvenue à ce que je ressens et vis face à ce conflit
Puis recevez avec bienveillance ce qui vous habite sans vous juger.
L’embrasser vous fera déboucher sur plus de vitalité, d’amour et d’inspirations.

3) Posez-vous ensuite cette question en restant curieux et ouvert à ce qui émerge dans votre poitrine, votre ventre, votre gorge:
– Qu’est-ce que je pourrais vivre, sentir ou réaliser de bon si cette personne était, disait ou faisait ce que je désire ?
Laissez venir la réponse sans forcer et ressentez la différence que ça crée en vous.

4) Interagissez avec l’autre à partir de ce nouvel espace pour exprimer ce que vous vivez et désirez et recevoir l’autre dans ce qu’il vit et désire.

5) Si vous n’arrivez pas à accéder au bien-être que vous souhaitez, demandez-vous :
– Qu’est-ce que j’ai besoin d’accepter ou de laisser aller en moi pour vivre et recevoir ce que mon cœur désire ?

Denise Noël
Intervenante en création et en relations humaines
Ex-Directrice du Centre de Focusing de Montréal
Montréal, Canada
Membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/denise-noel.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Problématiques Variées | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Découvrez le code secret des conflits!

Intégrer ses héritages transgénérationnels et mieux se connaître

couvert-integrer-32017 Nouvelle édition augmentée !

Intégrer ses héritages transgénérationnels
et mieux se connaître

Par Thierry Gaillard
172 pages Ecodition 2017
ISBN 978-2-940540-20-4
Format : 3ème édition augmentée
Prix Ecodition : 15.95 €

4e de couverture

De la même façon qu’un arbre est lié à des racines invisibles, nous sommes liés à nos aïeux, à nos origines. Nous sommes les fruits de nos lignées familiales, les héritiers des expériences marquantes de nos ancêtres – dont on retrouve des traces sur notre ADN comme les recherches épigénétiques l’ont démontré. Aujourd’hui enfin, nous comprenons mieux comment ces héritages transgénérationnels inconscients se transmettent sur plusieurs générations, et de quelle manière ils influencent nos vies.

À travers de nombreux exemples de thérapies, l’auteur montre comment il est possible d’intégrer les histoires non terminées de nos aïeux. Il décrypte des héritages transgénérationnels, des secrets de famille, des non-dits, des deuils non faits, afin de guérir de toutes sortes de symptômes et d’en finir avec la répétition de certains scénarios. Son approche s’inspire autant des thérapies contemporaines que des connaissances dites traditionnelles sur la « maladie des ancêtres ». Sa perspective est holistique, préconisant une intégration transgénérationnelle au lieu de vouloir se couper d’une importante part de soi, originaire. Il s’inspire de la devise des anciens Grecs, connais-toi toi-même, pour revenir à l’essentiel et y prendre racine.

Informations, premier chapitre et commande
http://www.ecodition.net/livre/integrer-ses-heritages-transgenerationnels-2/

EXTRAIT – Introduction

Les histoires non terminées ont cette étonnante tendance à se répéter, comme si le destin insistait et qu’il nous fallait mieux les comprendre. Et lorsque nous avons trouvé leurs sens véritables, ces situations semblent ne plus revenir, comme si nous en étions libérés. Nous pouvons alors tourner la page et, fort de cet apprentissage, aborder l’écriture d’un nouveau chapitre de notre vie. Et cela ne s’observe pas seulement au niveau individuel, mais aussi à l’échelle familiale et collective. Winston Churchill l’exprimait en ces termes : « un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ».

Cette répétition de situations conflictuelles et de difficultés de toutes sortes nous invite à mieux com-prendre le monde, les autres et nous-même. Avant nous, nos parents, nos ancêtres, furent, eux aussi, confrontés à des questions pas toujours réglées, mais laissées comme suspendues dans le temps, en attente d’être intégrées.

Car en effet, lorsqu’au lieu d’intégrer ces situations qui se répètent, nous les refoulons, ou les oublions, cela ne signifie pas qu’elles sont terminées ou réglées. Si nous-même, ou nos aïeux, n’en avons plus conscience, elles n’en perdurent pas moins de manière inconsciente. Et précisément parce qu’elles sont devenues in-conscientes, elles peuvent se transmettre aux pro-chaines générations.

En réalité il faut comprendre que les histoires non terminées restent présentes, cachées derrière les apparences, même si les générations défilent et que le temps passe. Il s’agit d’une sorte de passé qui n’est pas passé, d’un inconscient toujours présent et qui se manifeste dans toutes sortes de difficultés et de symptômes chez ceux qui en héritent. Pour les anciens Grecs il était tout à fait clair que les familles, liées par les liens du sang, forment une seule et même entité et que leurs derniers représentants héritaient autant des biens accumulés que des histoires non terminées.

En plus des transmissions bénéfiques (patrimoine, talents et connaissances) viennent donc aussi tous ces héritages à priori invisibles, associés à des vécus et à des conflits non intégrés par nos aïeux. Et aujourd’hui, avec les analyses transgénérationnelles, nous redécouvrons à quel point les expériences marquantes (traumas, secrets, drames affectifs, etc.), que nos aïeux n’ont pas pu ou pas su intégrer, laissent des héritages inconscients qui se transmettent aux descendants, d’où le terme de « transgénérationnel » pour les qualifier.

Pour introduire le lecteur au travail d’intégration transgénérationnelle, voici un premier exemple tiré de mon expérience thérapeutique. Soulagée et très excitée, Caroline m’explique que son problème avec les portes fermées est réglé ! Depuis toute petite elle ne supportait pas d’être dans une pièce si la porte était fermée. Chez elle, au travail et même dans des lieux publics (aux toilettes par exemple) elle devait toujours garder les portes ouvertes ! Pour l’aider, nous avions entamé un travail sur son arbre de famille et les histoires de ses parents et grands-parents commençaient à sortir de l’ombre. Et lors d’une visite chez ses parents, sa mère lui a expliqué que lorsqu’elle était petite, sa propre mère (la grand-mère de ma cliente) l’enfermait systématiquement à clef dans des pièces de leur appartement pour la punir. Or ces punitions lui étaient insupportables, vécues comme de véritables traumatismes émotionnels où se mêlaient sentiments de désespoir et d’abandon. Et Caroline m’explique que : « pendant que ma mère me racontait ce qu’elle avait vécu pendant son enfance, non seule-ment j’avais enfin une compréhension d’où me venaient mes problèmes de portes fermées, mais surtout j’ai ressenti physiquement un changement, comme si quelque chose s’évaporait. Car en effet, sans y prêter attention, le soir même et les autres jours depuis, j’ai refermé les portes de ma chambre et des pièces où je me trouvais comme si de rien n’était ! Je n’ai plus de problèmes avec les portes fermées ! »

Je n’ose pas imaginer le nombre de personne qui, comme Caroline, pourraient bénéficier de ce genre de transmission verbale de leurs parents et grands-parents. Car autrement, forcément, les nouvelles générations se débattent avec des problèmes dont elles ne soupçonnent même pas l’origine transgénérationnelle. Ce n’est qu’après coup que les choses paraissent évidentes.

Certes, Caroline avait déjà travaillé sur ce problème d’angoisse des portes fermées en recourant à diverses thérapies et sans doute était-elle « mûre » pour guérir. Mais seul le travail transgénérationnel et l’attention portée à l’histoire de ses aïeux lui aura permis de découvrir l’origine et la signification de son problème. Découvrir la juste signification des symptômes reste la condition sine qua non d’une guérison durable.

Autre ouvrages de Thierry Gaillard

Chamanisme, rapport aux ancêtres et intégration transgénérationnelle
http://psycho-ressources.com/blog/chamanisme-ancetres-transgenerationnel/

Exemples d’intégration transgérationnelle – Ouvrage collectif multidisciplinaire
http://www.ecodition.net/livre/exemples-dintegration-transgenerationnelle/

Sophocle thérapeute, la guérison d’Oedipe à Colone
http://www.ecodition.net/livre/sophocle-therapeute/

L’autre OEdipe. De Freud à Sophocle
http://www.ecodition.net/livre/lautre-oedipe/

La renaissance d’Oedipe – Une mythanalyse transgénérationnelle
http://www.ecodition.net/livre/la-renaissance-doedipe/

Le transgénérationnel dans la vie des célébrités
http://www.ecodition.net/livre/le-transgenerationnel-dans-la-vie-des-celebrites/

Sites Web
http://www.thierry-gaillard.com
http://www.ecodition.net

Thierry Gaillard est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/thierry-gaillard.html

Informations, premier chapitre et commande
http://www.ecodition.net/livre/integrer-ses-heritages-transgenerationnels-2/


Publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur Intégrer ses héritages transgénérationnels et mieux se connaître

MAGAZINE VIVRE – Ma Quête de Sens (Juillet-Aout 2017)

photo-lucie-douvilleMAGAZINE VIVRE – JUILLET-AOÛT 2017

ÉDITORIAL
Lucie Douville, Rédactrice en chef

Je sens, donc je suis…

Cogito, ergo sum, le fameux Je pense, donc je suis de René Descartes, une citation qui résultera d’une laborieuse réflexion qui aura pour conclusion que seule notre propre existence, en tant que « chose qui pense », est une certitude absolue. Une chose qui pense…

Bel effort René… Mais depuis les 375 dernières années, votre citation nous a littéralement éloignés de la vérité. Nous ne sommes pas une chose qui pense, mais un être qui ressent…

Je pense donc j’existe?

Si la faculté de penser avait autant d’importance, comment expliquer que la seule espèce qui en soit dotée est celle qui est la plus désorientée? Les fleurs, les animaux, les insectes, les oiseaux… Ils ne pensent pas mais ils existent, c’est une certitude absolue, et ils le font mieux que nous!

D’ailleurs, sur quoi s’appuie la fleur, l’oie blanche ou la fourmi pour ne pas dévier de sa destinée? Comment fait la fleur pour fleurir au bon moment, l’oie pour migrer au bon endroit, la fourmi pour reconnaitre le bon nid? En réalité, ça n’a rien à voir avec la faculté de penser, mais de syntoniser…

Moins je pense, mieux je suis

Grâce à leur sixième sens, elles sont capables de syntoniser la fréquence du code génétique dont chacune de leur cellule est programmée. C’est ainsi qu’elles accomplissent ce pour quoi elles existent pendant que nous, on s’égare à trop penser… Merci encore René.

Que se passe-t-il donc avec notre sixième sens? Serait-ce qu’à force de l’ignorer il s’est atrophié? C’est vrai qu’avec une société qui nous incite à ne satisfaire que les cinq premiers, on finit par l’oublier…

Comble de malchance, on oublie le seul qui ait la capacité de faire de notre existence une expérience unique et riche de sens. Au contraire, on survalorise cinq sens qui, aux finales, ne pourront nous offrir qu’une vie faite d’illusions et d’apparences nous condamnant à l’errance.

Trop plein de vide

Mais, l’être humain n’étant pas une chose qui pense mais un être qui ressent, vient un jour où il sent que plus rien ne va. Sa vie, trop « bien » remplie, n’a plus aucun sens pour lui et plus rien, à l’extérieur, ne saurait combler ce vide qui se creuse de l’intérieur. Avec cinq sens émoussés et un moral délavé, c’est vers le sixième sens qu’il devra se tourner pour quitter ce monde de futilités et amorcer la quête de sens qui lui permettra enfin d’exister.

Je suis désolée René, mais ici la pensée ne sera d’aucune utilité. C’est de mon ressenti que dépend ma survie! Dorénavant, il faudra que tout ce qui entre dans ma vie soit non seulement en résonance avec qui je suis, mais avec ce code unique autour duquel ma vie s’est articulée depuis que je suis née.

Tous génétiquement programmés

Personnellement, je crois que l’information codée à l’intérieur de notre ADN ne se limite pas au « simple » fonctionnement de notre corps, mais qu’elle transporte quelque chose de plus précieux encore… Notre histoire.

Si notre corps est composé de 40 000 milliards de cellules dont chaque noyau contient un filament d’ADN mesurant deux mètres de long, c’est plus d’espace qu’il n’en faut pour emmagasiner l’histoire d’une vie réussie, corps et humain compris.

Vous imaginez la chorale! 40 000 milliards de petites voix qui chantent l’hymne de ma vie. 40 000 milliards de petites voix qui me montrent ma Voie… Suffit de tendre l’oreille non plus vers l’extérieur, où tout n’est que leurre, mais vers l’intérieur, où tout est sens pour mon existence.

Sentire, ergo sum

Avant, quand je disais « Je me sens bien », c’était souvent en lien avec mon environnement : beau décor, bons amis, bon vin, beaux vêtements… Aujourd’hui, quand je le dis, c’est que je suis en lien avec qui je suis : Sentire, ergo sum. Je ressens donc je suis!

Cher René, comme j’ai choisi d’écarter de ma vie tout ce que je « pensais » bon pour moi, mais qui ne l’était pas, et comme je ne veux garder près de moi que ce qui a véritablement du sens pour moi, je me vois dans l’obligation d’écarter définitivement votre citation. Et vous savez quoi? Je me sens tellement mieux!

Lucie Douville

couvert-mag-vivre-07-2017MAGAZINE VIVRE
JUILLET-AOÛT 2017

Ma QUÊTE de SENS

Dans le monde tribal, on considère que l’être humain demande à naitre deux fois. La première du ventre de sa mère, la seconde de façon symbolique. Cette seconde naissance donne accès à ce que nous pourrions appeler la dimension mystérieuse, sacrée de la Vie.

Cela suppose que la naissance physique ne nous amène que partiellement dans le monde. Nous ne sommes pas encore tout à fait « Présent ». Nous pouvons vivre une vie inconsciente toute notre vie, tel un robot. Mais vient un jour où le besoin de se souvenir de qui on est se fait sentir, le besoin de découvrir notre légende personnelle…

La Vie va alors nous présenter des « tests », sortes d’initiations, de passages « obligés » qui, telles des contractions, vont ouvrir la voie à notre 2e naissance, ravivant ainsi notre Présence à nous-mêmes.

Comment créer du sens autour des « traversées du désert » que nous vivons dans notre vie? Existe-t-il des « outils » pour mieux les vivre?

Telles sont les questions que nous avons posées à Paule Lebrun dans nouveau dossier du Magazine VIVRE.

Dans ce dossier, VIVRE vous propose des réflexions sur…

  • RÉINVENTER SA VIE… – Rencontre avec Paule Lebrun
  • DE LA COHUE MENTALE… – Au rappel de Soi
  • LE RITUEL DU DEUIL – Recréer le Théâtre de l’âme…
  • À LA RENCONTRE DU GRAND ESPRIT – Pour voir au-delà de l’épreuve
  • LE RITUEL AUTOBIOGRAPHIQUE – Se raconter pour mieux se comprendre
  • MA VIE, MON CHEMIN SACRÉ – Finalement, tout est apprentissage
  • POUR MOI – Vivre une vie qui a du sens, c’est…

AUSSI, DANS LE MAGAZINE VIVRE…

VIVRE EN FAMILLE : Petits rituels… Grande confiance – Un enfant a besoin de la sécurité que procurent les rituels, les routines et les activités régulières pour se sentir bien dans sa peau. Ces habitudes, l’air de rien, vont forger son identité, lui donner des repères dans la vie, à la maison et à l’école et le rendre jour après jour plus confiant et plus autonome.

VIVRE À 2 : Pourquoi chercher le bonheur ailleurs – Ce n’est pas ce qui arrive de bon et de beau qui apporte le bonheur dans un couple, mais plutôt la façon dont chacun contribue à la relation, la façon dont il partage ce qu’il vit avec l’autre. Chercher le bonheur ailleurs n’est pas la solution. Il ne faut jamais oublier que le couple d’à côté regarde aussi dans votre direction pour s’inspirer.

TRUCS ÉCOLOS – IDÉES BRIALLANTES : VIVRE vous propose des trucs et astuces santé pour vous aider à améliorer la qualité de votre vie dans la simplicité de votre quotidien. Dans cette parution nous parlons : corde à linge, vinaigre de cidre de pomme et obésité, nettoyez-vous vos pierres, le riz sans riz, la statique, et le sel d’Epson au potager.

TÉMOIGNAGE : La Nuit noire de l’âme – La nuit noire de l’âme est une sorte de « crise spirituelle » qui s’apparenterait, dans les émotions qu’elle nous fait ressentir, à une dépression. En général, contrairement à la dépression, la nuit noire de l’âme n’est pas réellement liée à un évènement particulier conscientisé, à une perte quelconque, mais à un « état d’esprit » sur la vie en général, sur notre vie en particulier et sur le monde qui nous entoure. Comment la traverser?

SANTÉ GLOBALE – CONSTIPATION : S’en libérer une fois pour toute! – S’il y a une question qui reste encore taboue quand on parle de digestion et d’élimination, c’est bien celle de la constipation. Et pourtant, elle demeure un sujet clé en ce qui concerne notre santé, le but de notre système intestinal étant d’éliminer ce qui n’est plus utile à notre organisme. Alors que faire pour que notre système d’élimination fonctionne pour de bon?

CŒUR À CŒUR : Enquête de sens, le film : Rencontre avec Marc de la Ménardière – Il y a toute la conscience qui s’éveille dans le sens de la communauté, du bon, du bien, du beau et de la solidarité. Ce qui nous unit, c’est beaucoup plus fort que ce qui nous divise. La conclusion du film Enquête de sens, c’est nous!… Il existe une sagesse universelle à laquelle on peut se connecter. Est-ce qu’on va choisir d’évoluer en tant qu’humain ou si on va rester simplement des consommateurs? Voilà une bonne question à se poser.

VIVRE AU QUOTIDIEN : La Vie est une école – Informer, c’est déjà très bien, mais mettre à la disposition des gens des outils concrets pour les aider à passer à l’action, sans avoir à escalader l’Everest, c’est encore mieux! Dans cet article vous trouverez donc quatre trucs simples, pratico-pratiques et faciles à intégrer dans votre quotidien. Ils vous sont offerts par les formateurs de la nouvelle plateforme de formation en ligne Vivre au quotidien!

VIVRE…
Maintenant accessible partout sur la planète!
Téléchargez l’application Vivre Magazine sur Google Play ou Appstore.

App Store Apple:
https://appsto.re/ca/AKdq2.i

GooglePlay Android:
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.piranha.vivre&hl=en

VIVRE est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/toile/magazine-vivre.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Magazines, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur MAGAZINE VIVRE – Ma Quête de Sens (Juillet-Aout 2017)