Choisissez bien votre psy…

couvert-choisisez-votre-psyChoisissez bien votre psy…

La psychothérapie aujourd’hui:
Interactive, brève et solutionniste

Guylaine Manet
VG Éditions

SOMMAIRE:

Vous avez fait le premier pas en cherchant de l’aide mais vous ne savez pas à quelle porte sonner.

Pourtant il y a des solutions : des professionnels de la psychothérapie utilisent une combinaison de techniques rapides et efficaces adaptée à chaque personne. Vous êtes au centre du changement et vous en êtes le principal acteur.

L’approche globale présentée dans cet ouvrage est orientée vers les solutions et vous apportera une meilleure connaissance de vousmême, réveillera vos ressources indispensables au changement du cours de votre vie.

Le clinicien vous accompagne sur ce chemin d’évolution.
Ce livre humaniste est à la portée de tous.
Chacun a le droit d’être heureux. Tout est possible.

L’AUTEUR

photo-guylaine-manetGhylaine Manet a suivi sa formation de sophrologue à Paris de 1981 à 1984 avec le Dr Jean-Pierre Hubert à la Faculté Européenne de Sophrologie.

1985 constitue la date charnière qui a marqué l’évolution analytique de la sophrologie à la suite de la conférence du Dr. Caycedo faite à Paris, à l’hopital de la Salpétrière.

Ghylaine Manet a complété sa formation de sophrologue par une sophro- analyse et une supervision didactique sous la direction du Dr. Hubert.

Jusqu’en 2007, le Dr. Hubert et Ghylaine Manet ont assuré ensemble une formation des sophrologues à Nouméa dans une étroite collaboration.

Depuis 2002 , elle a poursuivi son cursus par une supervision didactique et une formation de psychanalyste avec le Dr. J.-D. Nasio aux Séminaires Psychanalytiques de Paris (SPP).

Ghylaine Manet assure maintenant une formation de sophrologues et de sophrologues-analystes ® dispensée à la Faculté Européenne de Sophrologie Analytique et Comportementale, avec des intervenants spécifiques à Paris et à Nouméa.

COMMANDEZ
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur avec un extrait à feuilleter.
http://www.vg-librairies.fr/psy/6820-choisissez-bien-votre-psy.html

ATELIER D’AUTO-HYPNOSE AVEC GUYLAINE MANET

Titre : De l’hypnose à l’autohypnose pour amplifier les effets thérapeutiques de la séance d’hypnose. Qu’est-ce
que l’autohypnose ? Comment construire une séance personnelle ? Atelier de séances guidées.

INTRODUCTION

photo-guylaine-manet-atelierDans une psychothérapie brève assortie d’une pratique de l’hypnose ericksonienne demandée par le consultant, la pratique de l’autohypnose quotidienne est un outil très efficace qui permet de réduire les séances de thérapie en fonction de la motivation du consultant et de poursuivre les effets bénéfiques des séances du praticien.

L’autohypnose s’apprend dans une séance d’hypnose menée par un praticien qui enregistre la séance et la donne sur une clef USB .L’apprentissage de l’autohypnose se fait chaque jour pendant un quart d’heure. Le but est de se passer de l’écoute du MP3. Le sujet devient l’acteur de sa thérapie. Il devient autonome. Le patient expérimente son pouvoir sur lui-même et sur la qualité de sa vie.

Cette séance quotidienne améliore le vécu du sujet, le reconnecte à lui-même, à son corps, à ses émotions, à ses désirs, à ses besoins, à son désir de changer. Il prend conscience, jour après jour, peu à peu de l’action bénéfique qu’il peut avoir sur lui-même sur sa santé et sur son équilibre. Le corps et l’esprit sont reliés dans cette expérience qu’il vit profondément.

Comment installer la séance ?

L’installation du sujet lui-même, l’induction et les suggestions directes et indirectes du praticien, les métaphores et la dissociation permettront d’explorer les ressources et les émotions du sujet.

La relation thérapeutique avec le praticien, essentielle dans cet apprentissage, redonne confiance dans ses possibilités de changer.

Quels changements peut-on espérer ?

  1. Le mental s’apaise.
  2. Le comportement un nouveau mode de communication qui se met en place avec soi-même et avec l’autre. L’énergie vitale se développe.
  3. La réalisation d’objectifs. La créativité se réveille.
  4. Les symptômes disparaissent.
  5. Les douleurs s’apaisent.

OBJECTIFS

  • Apprentissage des techniques abordées dans l’atelier en tenant compte de la durée de l’atelier
  • Etablir le lieu sécure, base de tout travail clinique. Il apporte nécessairement l’enrichissement des sensations physiques et développe le V.A.K.O.G. (profils de la sensorialité individuelle).
  • Prise de conscience de l’instant présent, ici et maintenant, véritable conquête de soi et de sa liberté ; c’est l’opposé de l’hyperactivité : c’est le lâcher–prise.
  • Mise en place d’une technique conditionnée à utiliser en auto-hypnose pour les addictions, les phobies, les migraines, les acouphènes les crises de panique avec le training autogène de Schultz. (MP3).
  • Enregistrement d’une séance pour atteindre le sommeil le plus rapidement possible (MP3.)

MOTS CLEFS : autonomie, paix intérieure, vécu de l’instant, conscience corps-esprit, changement du quotidien, ressources.

Toutes les infos:
Site Web: http://www.ghylainemanet.com
Email: manet@lagoon.nc

Guylaine Manet est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/psychanalyste/paris/ghylaine-manet.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Choisissez bien votre psy…

« Je marche donc je suis ! » avec Danilo Zanin

couvert-je-marche« Je marche donc je suis »

Retrouver son énergie et se reconnecter à son moi intérieur pas après pas.

Danilo Zanin
Éditions Mango

SOMMAIRE

DÉCOUVREZ LA MARCHE CONSCIENTE POUR UNE OUVERTURE À SOI ET AU MONDE !

La marche, en plus de soulager les tensions et de nous libérer de nos charges physiques et émotionnelles, est également propice à la méditation et la pleine présence : elle nous permet de ressentir pleinement la joie d’être au monde.

Pour sublimer pas à pas ces moments de présence, pour aller plus loin, pour s’ouvrir à tous les bienfaits de la marche et profiter de tous ses plaisirs, les connaissances et l’expérience d’un guide sont primordiales.

Danilo Zanin nous propose d’expérimenter un art de marcher qui nous permet, dans l’instant, une présence à soi et à ce qui nous entoure, au monde qui est là, dans un regard dirigé à la fois vers l’extérieur et vers l’intérieur.

À VOUS D’ACCUEILLIR CE QUI SE PRÉSENTE EN SUIVANT VOTRE RYTHME !

L’AUTEUR

photo-danilo-zaninDanilo Zanin

– Créateur de la méthode « L’Art de marcher »® Yoga de la marche, marche consciente, marche afghane B.E.
– Accompagnateur en Montagne Master
– Spécialiste en Sophrologie Caycédienne
– Ostéopathie Bioénergétique cellulaire méthode Montserrat Gascon
– Praticien certifié de la Reconnexion®

DÉTAILS DE L’OUVRAGE

Prix : 24,95 $ (14.25 Eu)
Catégorie : Sports
Auteur : Danilo Zanin
Titre : Je marche donc je suis
Date de parution : mai 2017
Éditeur : MANGO
Pages : 160
Sujet : GYMNASTIQUE-JOGGING
ISBN : 9782317017780 (2317017782)

COMMANDE
https://www.amazon.fr/Je-marche-donc-je-suis/dp/2317017782

* * * AVENTURES DE MARCHE CONSCIENTE * * *
Cet été vivez un véritable ressourcement Corps Esprit dans l’Art de marcher
avec Danilo ZANIN

Juillet / août 2018

Stages de randonnées et ressourcement dans « l’Art de marcher » en HAUTE – TARENTAISE (Savoie)
Plusieurs dates :
du 14 au 21 juillet 2018
du 22 au 29 juillet 2018
du 12 au 19 août 2018

Il reste de la place pour les 3 séjours !
Niveau : assez bons marcheurs ou débutants en forme !
Si vous avez du mal à évaluer votre niveau contactez-moi par téléphone : 06 62 37 95 88

Bien plus que seulement marcher, une véritable semaine oasis de ressourcement intégral, où l’on troque le tourbillon de la vie contre l’infinie paix de l’âme!

Groupe : de 7 à 15 personnes
Prix : 935 €

Hébergement : chalet de charme Le Planica avec espace balnéo (piscine, sauna, jacuzzi, hammam) et 1 nuitée en refuge.

Découvrez le chalet en images :
http://leplanica.com/fr/qui-sommes-nous-le-planica
http://leplanica.com/fr/piscine-spa-balneo-la-rosiere

Restauration : cuisine bio et végétarienne par une cuisinière professionnelle !

Les randonnées se font dans une région aux paysages variés chère à mon cœur et qui saura vous surprendre par sa beauté. Une semaine où tous les ingrédients sont réunis pour un ressourcement maximum du corps et de l’esprit.

Je vous mets en pièce jointe la fiche technique et je reste à votre écoute pour toute question.

Programme des stages de Tarentaise :
Randonnées : 6 jours de marche, 4 à 5h de marche / jour (environ 500 – 600 m de dénivelé / jour).

Objectif : découvrir et pratiquer des clés essentielles (conseils et exercices pratiques) pour :

  • marcher avec plus de plaisir, moins d’efforts, moins de fatigue, en toute sécurité, sans peur de la descente et sans douleurs de genoux.
  • mieux respirer et appliquer différentes techniques du souffle dont les rythmes de la marche afghane et le Yoga du son pour une régénération importante.
  • vivre la marche en Pleine Présence
  • apprendre à se servir efficacement des bâtons de marche.
  • des conseils sur le matériel (chaussures, sac à dos, poche à eau etc.)
  • échauffement dynamique avant la marche et pratique de l’enracinement dans le Hara pour descendre toutes les pentes aisément.

En dehors des randonnées :

Accès à l’espace balnéo, séances de Sophrologie, et relaxation coréenne. Un soir Danilo Zanin vous emmène en voyage à la découverte de destinations chères à son cœur avec un vidéorama.

Septembre 2018

Marche consciente et marche afghane
Ressourcement complet corps/esprit
Près de Chambéry (73)
Niveau initiation*
Dates : 15 et 16 septembre 2018
Journées indépendantes pouvant s’effectuer seulement sur 1 jour
Prix : 59 € la journée

Marche consciente et marche afghane
Ressourcement complet corps/esprit
En Montagne Noire (Tarn-81)
Niveau initiation*
Dates :
22 septembre à Dourgne
23 septembre à Sorèze

Journées indépendantes pouvant s’effectuer seulement sur 1 jour
Prix : 59 € la journée
Drôme (26 -Diois)

Stage l’Art de marcher

Marcheurs débutants ou confirmés, découvrez durant ce stage l’Art de marcher toutes les clés pour réussir n’importe quels trekkings ou randonnées et vivez un réel ressourcement sur tous les plans de l’être!

Dates : du 28 au 30 septembre 2018
(Possibilité d’arriver la veille et de rester jusqu’au 1er octobre)
Niveau : débutants à marcheurs confirmés
Groupe de 7 à 15 personnes
Prix : 390 euros

Pension complète pour 3 jours au refuge d’Archiane

Programme et objectif du stage :

Découvrir et pratiquer des clés essentielles (conseils et exercices pratiques) pour :

  • marcher avec plus de plaisir, moins d’efforts, moins de fatigue, en toute sécurité, sans peur de la descente et sans douleurs de genoux.
  • mieux respirer et appliquer différentes techniques du souffle dont les rythmes de la marche afghane et le Yoga du son pour une régénération importante.
  • vivre la marche en Pleine Présence
  • apprendre à se servir efficacement des bâtons de marche.
  • des conseils sur le matériel (chaussures, sac à dos, poche à eau etc.)
  • échauffement dynamique avant la marche et pratique de l’enracinement dans le Hara pour descendre toutes les pentes aisément.

En dehors des randonnées :

Une séance de Sophrologie, et une initiation à la relaxation coréenne. Un soir Danilo Zanin vous emmène en voyage à la découverte de destinations chères à son cœur avec un vidéorama.

Octobre 2018

SAVOIE (73)
Stage l’Art de marcher
Marcheurs débutants ou confirmés, découvrez durant ce stage l’Art de marcher toutes les clés pour réussir n’importe quels trekkings ou randonnées et vivez un réel ressourcement sur tous les plans de l’être!

Dates : du 5 au 7 octobre 2018
(Possibilité d’arriver la veille et de rester jusqu’au 8 octobre)
Niveau : débutants à marcheurs confirmés
Groupe de 7 à 15 personnes
Prix : 390 euros
Pension complète pour 3 jours

Programme et objectif du stage :

Découvrir et pratiquer des clés essentielles (conseils et exercices pratiques) pour :

  • marcher avec plus de plaisir, moins d’efforts, moins de fatigue, en toute sécurité, sans peur de la descente et sans douleurs de genoux.
  • mieux respirer et appliquer différentes techniques du souffle dont les rythmes de la marche afghane et le Yoga du son pour une régénération importante.
  • vivre la marche en Pleine Présence
  • apprendre à se servir efficacement des bâtons de marche.
  • des conseils sur le matériel (chaussures, sac à dos, poche à eau etc.)
  • échauffement dynamique avant la marche et pratique de l’enracinement dans le Hara pour descendre toutes les pentes aisément.

En dehors des randonnées :

Une séance de Sophrologie, et une initiation à la relaxation coréenne. Un soir Danilo Zanin vous emmène en voyage à la découverte de destinations chères à son cœur avec un vidéorama.

MAROC – ATLAS ET ASCENSION DU TOUBKAL (4167m)
Point culminant d’Afrique du Nord

Magnifique randonnée d’un niveau abordable, véritable trekking d’altitude avec en point d’orgue la montée au Toubktal, facilitée par la pratique de l’Art de marcher que j’aurais le plaisir d’enseigner tout au long des jours ! Le panorama au sommet du Toubkal, géant de l’Afrique du Nord, nous offre des vues spectaculaires sur toute la chaîne de l’Atlas, ainsi que vers le sud, sur le djebel Saghro et le Siroua et sur les grandes plaines désertiques… Une belle aventure pour tutoyer les sommets et faire aussi un pas vers soi !

Osez croire en vos capacités et vivez une belle aventure humaine et enrichissante sur tous les plans de l’être !

Dates : du 27 octobre au 03 novembre
Niveau : bons marcheurs
5h de marche en moyenne, 6/7 h pour le Toubkal
Groupe de 7 à 15 personnes
Prix : calcul en cours, envoyez un mail pour être tenus au courant.

Pour toute question et demande de fiche technique merci de m’écrire.
Bel été à vous ! Cordialement

Danilo ZANIN
L’Art de Marcher
Accompagnateur en Montagne,Sophrologue
Cultivateur de l’Instant Présent
LES LANDAZ, 73110 LA TABLE
Tel 09 52 61 33 38   Mobile : 06 62 37 95 88

Email : danilozanin8888@gmail.com

Sites Web:
http://www.marche-consciente.com
http://www.marche-afghane.com


Publié dans Actualités de la Psychologie, Ateliers & Croissance, Livres, Publications, Sites & Services Web, Voyages Croissance | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur « Je marche donc je suis ! » avec Danilo Zanin

Phobie scolaire et refus anxieux de l’école

image-bd-jean-michel-impPhobie scolaire et refus anxieux de l’école: je veux aller à l’école mais je ne peux pas y aller! Article 2

Les sujets abondent sur le stress de la rentrée et du parcours scolaire mais on parle encore assez peu de la phobie scolaire, bien moins cernée et peu médiatisée, parfois complexe à détecter et pour laquelle existent des solutions, mais étant souvent confondue avec un absentéisme marqué cette phobie est un souci pour ces enfants et leurs familles faute d’information.

Bien que cette dénomination soit peu consensuelle et peu explorée, elle ne me semble pas obéir à un effet de mode inflationniste sur les appellations, car les consultations augmentent bien que peu de données épidémiologiques cernent sa prévalence, raison pour laquelle j’ai complété et actualisé mon article précédent.
Beaucoup d’enfants peuvent avoir occasionnellement, et en particulier à la rentrée scolaire, au retour de vacances une certaine anxiété, peur d’aller à l’école qui passée les premiers jours et une période d’adaptation disparaît sans qu’il y ait lieu de s’en alarmer.

Les adultes « stressent » aussi au retour des vacances à la reprise du travail !

Certains enfants pourtant n’y arrivent pas et ne peuvent plus surmonter ce stress adaptatif dans cette première phase.

L’angoisse peut devenir intense avec une phobie de l’école se manifestant pouvant devenir difficile à endiguer, car « apparaissant » au départ comme résistante à la « douceur », l’argumentation des parents, leurs injonctions parfois vives ou colériques, les subterfuges organisationnels, les récompenses… et devenir problématique.

On évoque alors la phobie scolaire ou le refus scolaire anxieux, bien que ces deux termes recoupent des sources assez différentes.

Les aspects détaillés ici ne sont pas seulement descriptifs, ils sont indispensables à détecter car une phobie scolaire peut très bien apparaitre sans raison évidente, même chez un enfant épanoui et bien investi dans sa scolarité et ses activités sociales.

Ce n’est ni un caprice, ni même un refus d’aller mais assez souvent une impossibilité à aller à l’école qui est ressentie par l’enfant :c’est une phobie scolaire
Au moment d’aller à l’école, l’enfant manifeste une peur panique, paralysante, symptôme d’une souffrance psychologique majeure.

L’enfant « dit » alors souvent avec une difficulté à le verbaliser :  « je ne refuse pas d’aller à l’école, je n’y arrive pas ».

Les signes d’alerte ?

Ces enfants « malades de l’école » cumulent souvent plusieurs sources d’anxiété dont les signes varient, fluctuent (maux de ventre, nausées, vomissements, dyspnée, insomnies, etc.), se traduisant dans les supplications pour ne pas y aller ou les promesses de s’y rendre plus tard mais avec une anxiété marquée toujours présente.

Le médecin vérifie et élimine toute cause somatique, le phénomène se répète, les parents et l’enfant s’épuisent, la vie scolaire reçoit une multitude de « mots » dont les motifs sont peu clairs et entraînent une suspicion.

La situation est vite bloquante.

Parfois, l’enfant ou l’adolescent se lève le matin, se prépare pour l’école, prend son cartable, part de chez lui, mais arrivé devant la porte de l’établissement, panique, s’angoisse et ne peut se résoudre à y entrer, et même rebrousser chemin ce qui pour un ado ne signifie pas obligatoirement rentrer directement au domicile, avec les aléas que cela peut engendrer !
Au collège, l’élève peut commencer par « sécher » un cours : le sport parce qu’on se moque de lui, fatigant ou ne l’intéressant pas, un cours considéré comme « inutile » ou rébarbatif, les maths car trop complexes, un contrôle prévu mais non préparé etc…, chacun constituant au départ un simple accro, mais ces incidents s’accumulent en spirale « inflationniste » pouvant s’étendre à tous les cours, « sécher » même ceux pour qui l’enfant s’investissait volontiers au départ avec toujours en toile de fond une anxiété forte, pouvant s’accompagner selon les cas, d’un début de symptomatologie dépressive ou d’autres phobies se déclinant.

Cette situation peut aboutir à une rupture scolaire qui se heurte aux supplications ou menaces des parents, un repli social de l’enfant sur lui-même et sa culpabilité accrue car il sort du « système » en sentiment d’insécurité et parfois d’incompréhension de son entourage parental, amical et des enseignants qui évoqueront plus volontiers l’absentéisme et la rupture scolaire qu’une phobie scolaire pour laquelle ils ont peu d’informations.

Il est donc difficile mais impératif pour les adultes entourant l’enfant en phobie scolaire d’arriver à bien distinguer le « je ne veux pas » du « je ne peux pas ».

Cela l’est d’autant plus que l’enfant, en dehors des jours d’école, peut être joyeux et se comporter de façon très habituelle.

Grande alors est la tentation de conclure que l’école, l’orientation, les enseignants, la cantine ou un manque de « motivation » de l’enfant en soient l’origine ; ce qui brouille considérablement le canal de communication parents/enseignants aussi bien que parents/enfants.

La « nuance » n’est certes pas simple, mais d’importance car lorsque après plusieurs semaines et/ ou suite à un évènement familial anxiogène (la réaction elle-même, parfois vive des parents pouvant être un multiplicateur du trouble), les manifestations persistent et dès que les enseignants confirment un décrochage scolaire et confirment l’absentéisme récurrent, il est grand temps de s’en préoccuper.

Les facteurs environnants de cette phobie :

Les « causes » sont souvent multiples ou tout au moins cernées comme telles, et il est difficile parfois de tracer la frontière entre les causes profondes et mécanismes psychiques originels et les facteurs « favorisant » ou « amplificateurs » liés à l’école devenant le « théâtre » d’expression de ce trouble.

En soi, l’anxiété adaptative liée à l’école est donc une manifestation normale face à une situation nouvelle générant une adaptation.

Mais cette anxiété, (JP Boulenger) « devient pathologique lorsqu’elle est trop intense, inadaptée, hors de proportion avec ses causes et/ou entraine un handicap du fait de ses conséquences ».

Dans la phobie scolaire, l’anxiété est effectivement devenue pathologique.

Il est alors devenu impossible à l’enfant d’aller à l’école. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’aimerait pas y aller !

Cette phobie scolaire, bien que l’on dispose de peu de données épidémiologiques spécifiques (l’Education Nationale ne répertoriant que l’absentéisme), ne toucherait qu’entre 3 à 5% des enfants( ce chiffre étant amputé des données cliniques peu répertoriées !), le problème est cependant bien réel et sérieux mais ne peut se limiter qu’aux éléments que je vais invoquer et qui n’affectent pas aussi fortement bien heureusement, tous les enfants !

Il n’y a donc pas ici de « fatalisme » implacable, mais souvent des histoires de vie différentes, des causalités multifactorielles et des terrains psychiques plus sensibles.

Il s’agit bien d’une phobie et non d’un trouble idiopathique marginal.

Cerner avec rigueur la phobie scolaire et la traiter s’accompagne du risque classique des réactions des parents et de l’enfant face à un étiquetage où il s’enfermera et se conformera par réponse comportementale automatique aux symptômes attendus, allant de la souffrance aux bénéfices secondaires induits, tout le nucléus familial pouvant alors dysfonctionner ou s’adapter.

Les contraintes scolaires

Les exigences que l’école impose peuvent déclencher et favoriser cette anxiété.

Comme l’indique Pascal Thouillot, pédopsychiatre, ces exigences scolaires nécessitent de la part de l’enfant d’avoir acquis certaines compétences et d’avoir dépassé certains caps.

Cette exigence affective et émotionnelle demande à l’enfant d’intégrer le rythme, de supporter la discipline et d’accepter l’éventuel échec dans un système scolaire et sociétal où la performance et la réussite sont présentées comme à la fois condition sine qua non de la future réussite de la vie adulte future et l’échec comme l’exclusion.

La précarisation économique et sociale des parents accentue cette pression sur l’enfant, qui vit in vivo la « démonstration » du risque prédit.

La réussite sociale des parents exerce en sens inverse une pression identique, un degré additionnel de compétitivité est alors ajouté.

Quelques soient les tentatives de réformer et d’aplanir les angles, le modèle éducatif fait partie intégrante d’un système global de société qui semble contraindre par son organisation, la scolarisation à fonctionner avec une certaine obligation de réussite afin que l’ensemble reste cohérent avec lui-même.

Cette contrainte de maintenir une homéostasie systémique sociétale du système scolaire, laisse peu de marge de manœuvre aux intervenants et peu de place à ces enfants phobiques.

La multiplicité et variabilité des réformes scolaires ne laissent pas le temps ni aux enseignants ni aux intervenants de se former à une attention préventive à cette phobie peu connue, marginalisée alors que si ce handicap est réel, il existe des solutions de sortie !

Il n’est pas lieu ici de trancher ce débat immense, mais simplement d’admettre qu’un enfant en fragilité même circonstancielle supportera mal ces impératifs.

En sens inverse, un enfant en réaction même marquée à quelques mauvaises notes, un enseignant « qui ne l’aime pas », le menu « nul » de la cantine, plusieurs absences réactionnelles ne sont pas suffisants pour le cataloguer hâtivement phobique ! Plusieurs réalités dont la phobie pouvant « cohabiter » !

Les contraintes cognitives :

Elles nécessitent d’avoir des compétences intellectuelles suffisantes, sans qu’au fil des débats sur l’éducation, on ne sache plus très bien de quelles compétences parle-t-on, ni de la pertinence de leurs mesures et indicateurs…

Les différents troubles des apprentissages (les fameux « dys » très médiatisés depuis quelques années :dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysgraphie, trouble de l’attention…) sont bien sûr des handicaps qui ne doivent être négligés, sachant que ni ce étiquetage ni son étiologie ne sont consensuelles ; la réponse thérapeutique ne peut donc être unique sur un spectre aussi large .

Dans le cadre de ces troubles des apprentissages, il s’agit de bien différencier le trouble en lui-même, son impact scolaire et son impact psychique, ainsi que leurs zones d’intersection et de dépassement.

La notion de « volonté de l’enfant », bonne ou mauvaise est souvent invoquée bien malencontreusement.

Ces enfants sont régulièrement ainsi victimes et rendues responsables de leur problème, ce qui d’une part est stigmatisant et ne sert à rien mais de plus, ce point est loin d’être neutre, l’injustice et la culpabilité ne font que renforcer la mésestime et le manque de confiance, l’angoisse et le découragement.

Les normes sociales et relationnelles :

Il est demandé à l’enfant de s’adapter à un environnement aux exigences parfois contradictoires, car il doit bien sûr pour s’épanouir se socialiser et relationner avec les autres enfants mais aussi accepter la compétition avec eux, gérer une relation avec l’enseignant qui reste une figure d’autorité et celles avec ses parents de retour à la maison.

Le rapport enfant/ enseignant ne peut être binaire, mais là encore les issues des débats sociétaux aboutissent au mieux à des consensus mous, où il ne subsisterait que deux options restreintes, la relation douce et lénifiante ou l’autoritarisme et la sélectivité.

La relation de dépendance ou d’hyper-dépendance avec l’un des parents, le processus d’identification au parent de même sexe peuvent compliquer la donne.

On parle bien rapidement d’enfants « différents » car ils (comme tous les autres) évoluent bien sûr à des rythmes individuels, leurs capacités adaptatives sont aussi distinctes, ainsi le seront leurs réactions et éventuelles manifestations anxieuses.

Nul besoin ici de citer le DSM ou CIM 10, pour comprendre que l’anxiété chez l’enfant comme chez l’adulte est transnosographique !

Citons parmi d’autres, les désignations courantes actuelles usitées sans consensus clair.

« Enfant intellectuellement Précoce »

Je n’évoque cette notion qui ne fait pas consensus, loin s’en faut mais au même titre que l’hyperactivité très à la mode est invoquée au moindre signe de « turbulence », l’E.I.P est revendiqué souvent abusivement.

Cet enfant serait surpris de savoir qu’adulte, il pourrait devenir un « zèbre » (désignation amicale pour les AHP)

L’enfant EIP (Enfant intellectuellement Précoce) serait en décalage par rapport à l’ensemble des enfants de sa classe.

Cet enfant « précoce » n’est pas forcément en avance de niveau, il aime le plus souvent comprendre plutôt qu’apprendre, il cherche le sens plus que l’accumulation de savoir.

Il est parfois émotif et sensible, s’ennuie rapidement car la majeure partie du temps scolaire étant destinée à « stocker », cette différence de fonctionnement et non de niveau ne se résoudra pas obligatoirement de façon satisfaisante avec un saut de classe qui le laissera dans sa « différence » et l’anxiété d’un écart d’âge accru avec ses camarades car sa maturité psychique ne suit pas celle de la « précocité » de sa cognition.

Son risque de désintérêt et de décrochage augmentent et la phobie scolaire peut être pour lui une « issue », comme une phobie est un bouclier et une parade protectrice.

Harcèlement « ordinaire » : ni délictuel ni moral

Je ne parle pas ici de racket, de pratiques délinquantes ou de comportements pervers, harcèlement moral ou physique mais de l’étiquette qui attribuée à un élève par une simple phrase blessante et répétitive peut devenir stigmate et avec l’essor des réseaux sociaux, cette blessure suit l’enfant à l’extérieur du périmètre scolaire, jusqu’à l’intimité de sa chambre le soir.

La scolarisation contraint l’enfant et parfois l’habitue aux confrontations et rivalités.

La cour de récréation, le foyer, le sport, la cantine sont des lieux d’échanges à la fois amicaux et conflictuels.

Les parents encouragent ou désapprouvent ce rapport de force sensé préfigurer le rapport social adulte, ce qui est un non-sens car chaque âge a ses règles et codes de sociabilité et d’affrontements.

La conformité vestimentaire et de vocabulaire marquent les règles sociales d’appartenance au groupe, son originalité ou son isolement. Mais les moqueries sont fréquentes et impactent et d’autant plus sur un enfant vivant une période de souffrance.

La joie est présente mais certains « souffre-douleurs » n’ont pour que seules issues, se soumettre ou se replier.

L’effet de groupe, on ne parle pas de « meute », crée des coalitions qui désignent parfois une ou plusieurs « victimes « expiatoires.

Il est à noter que pour le phobique scolaire, il peut se victimiser « volontairement » et la phobie-refuge devient l’échappatoire.

Si certains y voient un entraînement, une habituation issue de nos schémas archaïques favorisant la résistance aux conditions futures parfois difficiles, de la vie d’adulte et une résilience suffisante; ce schéma ne fonctionne évidemment pas pour un enfant en situation fragile.L’environnement scolaire (en raison du nombre d’élèves par classe) n’est plus « secure » , les tuteurs implicites (de résilience) ne sont pas identifiés et le milieu familial désarçonné par la situation.

Dans ce cas qui n’est pas une généralité, l’école peut devenir alors un lieu de souffrance ; la phobie s’alimente d’une source réelle et s’enkyste.

L’enfant en difficulté, peut ainsi très bien avoir une appétence normale pour les matières enseignées et les activités ludiques, il « aimerait bien continuer » mais « ne peut plus aller à l’école »

Verbalisation de l’enfant et déplacement de la « cible »

Cette phobie n’est pas facile à déceler, car l’enfant aura souvent des difficultés à la verbaliser et déplacera volontiers la thématique sur un enseignant, un surveillant un peu autoritaire, sur la fatigue ou autre symptomatologie même invalidée par la médecine générale.

Ce déplacement vers un prof réputé sévère et corroboré par les amis du phobique, voile l’analyse !

Ce théâtre scolaire est l’occasion de faire apparaître le trouble et favoriser une conduite contra phobique qui servira de barrière à un retour à l’école.

L’établissement scolaire et ses protagonistes deviennent ainsi la place de choix pour loger cette anxiété que l’enfant subit, tant bien même que sa cause soit extérieure.

Conséquences possibles

La vigilance est de règle car certaines conséquences sont lourdes à gérer, en tout premier lieu la souffrance de l’enfant, et le parcours difficile des parents pour y remédier.

La première manifestation possible est la déscolarisation progressive de partielle à totale devant l’impossibilité d’aller à l’école.

Un risque d’isolement social s’ensuit car si certains camarades visitent ou contactent encore l’enfant, ce dernier est pris au piège de sa culpabilité de plus y retourner sans en pouvoir expliquer clairement les raisons car ne pas aller à l’école n’est pas une situation habituelle et va mettre mal à l’aise le jeune phobique.

Le réseau virtuel smartphone et FB, encourage les soutiens ou l’inquisition des contacts dont les posts appellent une réponse de l’enfant, le mettant en obligation de réagir, démentir, confirmer, prendre parti ; bref s’immerger davantage dans sa bulle phobique.

Pris au piège de sa phobie, comment verbaliser une angoisse ancienne récente ou en faisceaux ?

Il convient de surveiller, sans que cela soit prédestiné dans le schéma phobique, un risque de stress important pouvant évoluer vers des épisodes anxio-dépressifs ou l’apparition d’autres phobies.

On évoque parfois un risque de conduites addictives accru, mais peu d’études claires confirment qu’il soit plus ou moins important que celui d’autres situations où l’anxiété majeure est souvent le leitmotiv qui apparait et des circonstances favorisantes.

Dans tous les cas un œil attentif doit être apporté aux comorbidités et si le trouble persiste et résiste à la thérapie, la recherche d’un noyau pathogène dans la genèse peut être nécessaire.

La phobie comme bouclier contre l’angoisse

C’est donc d’une peur, d’une crainte peu contrôlable et provoquant une réaction d’angoisse intense.

Cette peur apparaît elle-même chez tout sujet comme déraisonnable ou sans justifications, et surtout échappant au contrôle de sa volonté et de la raison, même s’il est critique de son irrationalité.

Les phobies dites « archaïques »de la petite enfance (peur du noir, des monstres,…) sont généralement transitoires même si elles se manifestent brutalement et intensément et l’angoisse s’amenuise avec l’âge, dans un déroulement « classique » où l’enfant acquiert une plus grande dépendance vis-à-vis des parents, s’autonomise et les mécanismes psychiques s’élaborent sans incident.

La mobilisation massive des défenses et une angoisse importante, peuvent basculer vers la phobie.

En passant de l’interne à l’externe ; la peur, la crainte est ainsi projetée et semble obéir à la perception, en ce sens tout cela est bien réel même si la raison est soit incompréhensible soit imaginée.

C’est en percevant, regardant, touchant, imaginant l’objet de la crainte que l’angoisse se manifeste.

Cette peur devant le danger ressenti, malgré la raison, comme réaliste induit comme n’importe quelle menace, des réactions, dont une est la fuite, qui dans le cas de la phobie est un évitement, se dérober (conduites contra phobiques)

Le terme « bouclier » couvre ici ainsi une double réalité :le risque psychique est certes moindre car la fracture psychique aurait pu être intense mais la vie courante de tous les jours n’est pas facilitée par un champs d’actions qui devient limité !

Les conduites d’évitements sont les chemins de traverse ; l’école « buissonnière » de l’enfant phobique scolaire

Mais c’est bien là, comme pour la phobie scolaire, que chez l’enfant on ne peut parler (dans ce cas précis) de caprice, ou d’un manque d’envie mais plutôt d’une absence de choix, une obligation d’éviter les situations et lieux générant une angoisse intense.

Certains aspects familiaux et individuels ne sont pas à négliger :

-on retrouve souvent l’angoisse de séparation de la mère, qui est parfaitement normal dans les premiers pas scolaires de l’enfant.
– la présence d’une angoisse chronique chez un parent, qui a besoin de la compagnie de l’enfant ; l’enfant ne peut et ne doit étayer l’adulte et investir sa scolarité en même temps
– la peur injustifiée du parent surprotégeant l’enfant de tout danger, parfois exagérément
– l’enfant lui-même désirant rester auprès du parent pour le protéger d’une menace fantasmatique ou réelle ( conflit conjugal, violence domestique..)
– la crainte d’être oublié, abandonné, ne plus être aimé s’il s’éloigne…
-de même une autre forme de séparation, comme un deuil d’un proche de l’enfant, une hospitalisation, la rupture conjugale, un déménagement peut réactiver ou activer cette angoisse.
-La phobie comme part d’un trouble anxieux généralisé ne doit pas être ignorée et la recherche d’un trauma primaire ou secondaire explorée.
-les comorbidités addictives parfois précoces chez le jeune ado, doivent être explorées en particulier dans les périodes d’absences.
-Il est particulièrement important ; dans les entretiens de consultations, d’explorer selon l’âge, l’impact considérable chez les jeunes ados des « ruptures » amoureuses ou de remise en cause de leur image dans le groupe d’élèves

Que faire pour les parents ? S’adresser à un professionnel : commentè

Des solutions existent au niveau thérapeutique, il ne faut pas cependant céder à la précipitation et respecter si possible quelques étapes :

-Selon l’âge, la plupart du temps, les absences sont signalées par l’établissement.
-Selon la fréquence, la durée et avant de parler de décrochage, s’entretenir avec le corps enseignant sans attendre
-Ne pas nier ces absences réelles, les justifier trop hâtivement ou accabler l’enfant même si ses explications seront toujours floues.
-Vérifier que l’enfant si l’absence a duré plusieurs heures, a regagné le domicile familial ou averti les parents (une fugue scolaire même phobique n’est jamais anodine)
-Si le dialogue s’enlise avec le(s) enseignants, ne pas se braquer et s’entretenir avec le principal ou le proviseur et/ou le Psy Scolaire ou CPE.
-L’autorité, la menace de sanctions, la promesse de récompenses sont inopérantes chez le jeune phobique car il sait ce qu’il ressent mais ne peut l’expliquer.
-Assez rapidement une amorce de décrochage scolaire s’annonce, un autre motif (niveau, discipline, autres..) peut être invoqué par les enseignants.
-Ne pas fermer la porte au dialogue mais ne pas céder à des impulsions brutales de changement immédiat d’établissement, opération toujours compliquée et parfois inutile ou de déscolariser totalement l’enfant en l’inscrivant trop rapidement à des cours par correspondance.
-Ne pas personnaliser à outrance la question sur un prof en particulier, tous les enfants ont des affinités ou des craintes discriminées avec les différents intervenants. Eux aussi sans doute !
-Consulter rapidement le médecin généraliste et insister pour avoir les coordonnées d’un psy ou pédopsy (délai d’attente assez long en institutionnel) -Il est très rare que chez l’enfant, jusqu’à 17 ans, sauf cas exceptionnel une prescription médicamenteuse soit envisagée.
-Expliquer cette démarche à l’enfant en le rassurant.
-Se renseigner auprès de certaines associations spécialisées sérieuses (voir fin d’article) pour la recherche d’informations mais la consultation d’un professionnel s’impose.
-Ne pas se surinformer et stresser en multipliant les recherches tout azimut sur le net, c’est anxiogène et risque de vous entraîner à « diagnostiquer » vous-même l’enfant, la plupart du temps à tort.
-Dès le démarrage des consultations, avertir l’établissement brièvement, le psy/pédopsy a besoin de temps. Pendant cet intervalle, selon la configuration et les plages d’absence, votre médecin peut établir un certificat médical sans précision de pathologie(cela est contraire aux normes mais certains établissements exercent parfois une pression non justifiée à ce sujet, une simple lettre des parents suffit)
-Le(a) Psy vous guidera(mais vous n’assisterez pas aux consultations) par contre l’organisation administrative et la suite vous incombent.
-Encouragez et favorisez les contacts et liens avec les amis de l’enfant, il a quitté provisoirement l’établissement pas ses copains !

Il convient ainsi, sauf incident ou mésentente flagrante, de ne pas disqualifier précipitamment l’école ni le corps enseignant sans discrimination, car leur support est indispensable et la thérapie peut très bien s’accompagner, avec succès, d’une aide extérieure à domicile pour certaines matières, et d’une reprise douce et phasée de réintégration à l’école, favoriser les contacts sociaux de l’enfant dans des activités sportives ou ludiques.

Trouver en d’autres mots une zone tampon où l’enfant n’est pas entièrement déscolarisé et privé de contacts. « Perdre » une année n’est ni inéluctable ni rédhibitoire, si elle peut éviter une dérive vers un panorama anxieux installé pouvant devenir récidiviste plus tard et évoluer.

Quelques références :

-Marie France Le Heuzey (auteur de Phobie scolaire : Comment aider les enfants et adolescents en mal d’école ) , Praticien hospitalier dans le service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital Robert Debré
-JP Boulenger « de l’anxiété normale aux troubles anxieux »
-Anne-Marie Rocco/Justine Touchard, « Le jour où je n’ai pas pu aller au collège », Editions Flammarion
-Jean-Michel Impératrice. www.jmimperatrice.fr
-Jean-Michel Impératrice. Psychothérapie Intégrative. tomes 1 et 2 .Ed.VIE
-Site de l’association PHOBIE SCOLAIRE Accueil : http://www.phobiescolaire.org/
-Site association Afpssu : http://www.afpssu.com/lassociation/

Jean-Michel Impératrice
Psychothérapeute, Psychanalyste intégratif
Membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/psychotherapeute/bordeaux/jean-michel-imperatrice.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Problématiques Variées | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Phobie scolaire et refus anxieux de l’école

Magazine VIVRE – Juillet 2018 – Devenez votre Meilleur Ami !

photo-lucie-douvilleÉDITORIAL de Lucie Douville
Magazine VIVRE (juillet 2018)

Parce que je m’aime…

Que pensez-vous du titre de mon édito? Vous êtes-vous demandé quelle mouche m’avait piquée pour que j’ose, ainsi, publiquement, clamer que je m’aime à tout vent? Que s’est-il passé? La tête m’aurait-elle enflé durant le nuit? Le nombril grossi? Je ne veux pas paniquer, mais ça pourrait dégénérer.

Imaginez qu’il me prenne l’envie de lancer un défi à Justin dans un triathlon de selfies… Zut! Je n’ai pas de sari!

J’existe, oui. Mais suis-je vraiment vivante?

En fait, ce n’est ni une question de tête enflée ni de nombril démesuré et je suis allergique aux selfies. Non, ce qui s’est passé, c’est qu’en préparant ce dossier, j’ai réalisé que j’avais passé la majeure partie de ma vie à m’ignorer. Alors, dites-moi, comment être la meilleure amie de quelqu’un qui, pour nous, n’existe pas?

En réalité j’existe, c’est-à-dire que je suis physiquement là. Je ne pourrais pas avoir trois enfants, être mamie de cinq, bientôt six, et produire ce magazine depuis 18 ans sans exister. Mais est-ce que j’ai toujours été vraiment consciente que derrière tout ce que je faisais, j’étais? Non!

La valse du faire pour plaire

Saviez-vous qu’à la naissance on ignore notre existence? Il faudra attendre deux ans avant de réaliser que sous cette belle petite peau rosée qui sent le paradis il y a un être humain qui joue sa vie? Au début, on existe seulement « dans » le regard de nos parents et on va tout faire « pour » être aimé. Ce qu’ils diront de nous deviendra ce que nous penserons de nous comme autant d’étiquettes accolées auxquelles nous allons adhérer.

Cette valse du « faire pour plaire » va ensuite se transposer sur nos professeurs, nos ami(e)s, nos amours, nos employeurs et même sur de purs inconnus rencontrés dans la rue. On va tout faire « pour » que « dans » le regard de l’autre on se sente aimé et pour qu’ainsi on ait la « sensation » d’exister.

Quand le jeu devient plus important que le joueur

Mais pendant toutes ces années, à force de « faire pour plaire », ou pour ne pas déplaire, on finit par oublier l’être humain qui joue encore sa vie aujourd’hui. On en vient à être tellement, mais tellement préoccupé par la partie qui se joue, qu’on oublie la personne qui la joue… Nous!

On gagne notre vie. On gère les soucis. On dit trop souvent oui. On protège notre famille des intempéries et, pour ça, on ne s’économise pas. Comme un jongleur à qui on aurait donné plus de balles qu’il ne peut en faire valser et qui, pour ne rien échapper, met sa propre balle de côté, on oublie que derrière tout ce que l’on fait, on est…

Nous sommes la réussite que nous cherchons à atteindre

Quand on donne à ce que l’on vit, ou aux personnes avec qui on le vit, plus d’importance qu’à nous-mêmes, l’oubli de soi devient temporairement un paravent qui nous permet de continuer d’avancer sans trop se questionner. C’est comme si nous étions une maison dont l’extérieur a priorité sur l’intérieur. Par beau temps c’est génial, mais en pleine tempête avec un mercure qui descend sous les 30 degrés, subitement on peut avoir le gout de rentrer. Saurons-nous seulement par où passer?

C’est à ça que servent les tempêtes de la vie… En faisant tomber les châteaux de cartes qu’on s’est construits, elles viennent nous dire que rien de ce que l’on fait ne sera jamais plus important, plus glorieux ou plus prestigieux que la personne que l’on est et que d’investir dans le superficiel (la partie qui se joue) en oubliant l’essentiel (nous), ce n’est pas un placement à haut rendement.

Parce que je m’aime, je…

Parce que je m’aime, c’est un exercice que ma fille Catherine m’a enseigné il y a quelques années. Quatre petits mots qui, placés devant ce que je m’apprête à faire, viennent me rappeler que sans moi, le faire n’existe pas. Non pas l’inverse. En les prononçant, je vais savoir si ce que je m’apprête à faire est bon ou pas pour moi. Fini de faire juste pour plaire. On essaie?…

Parce que je m’aime… Jamais je ne lancerai un défi à Justin dans un triathlon de selfies, avec ou sans sari.

Lucie Douville

couvert-mag-vivre-juillet-2018Magazine VIVRE – Juillet 2018

MAINTENANT EN VENTE DIRECTEMENT SUR LE SITE INTERNET DE VIVRE !

JUILLET 2018 – DOSSIER : DEVENIR NOTRE MEILLEUR AMI

La seule et unique personne au monde avec qui nous allons passer chaque seconde de notre vie, c’est nous!

Nous devrions donc être la personne la plus importante de notre vie, celle dont on prend soin, celle que l’on encourage, que l’on motive; celle en qui on a une confiance indéfectible, de qui jamais on ne va douter, celle que l’on ne va jamais juger; celle dont on va prendre la défense, celle pour qui on va se battre, celle qu’on va aider à se relever si elle venait à tomber; celle que l’on admire et dont on est toujours fier. Mais, alors…

Voulez-vous me dire pourquoi c’est trop souvent l’inverse que l’on vit? Pourquoi a-t-on tant de facilité à se critiquer, à se dévaloriser, à se juger?
Et si on apprenait à devenir notre meilleur ami? Qu’est-ce que ça pourrait changer dans notre vie? Ça se résume en un mot : TOUT !

Telle est le vaste sujet que nous abordons avec Josée Boudreault et Louis-Philippe Rivard dans ce tout nouveau dossier du Magazine VIVRE.

Dans ce dossier, VIVRE vous propose des réflexions sur…

  • QUAND L’AMITIÉ RENCONTRE L’AMOUR
  • LA CRISE DU MILIEU DE VIE : Un appel à devenir qui on est
  • AMITIÉ BIEN ORDONNÉE COMMENCE PAR… Soi-même!
  • NOS SOUVENIRS : Plus près de la réalité ou de la fiction?
  • BIEN S’ENTENDRE… Pour mieux se comprendre
  • PRENDRE SOIN DE SOI? Un art à maitriser
  • DIRE NON À L’AUTRE… C’est me dire oui à moi-même
  • AVOIR DE LA GRATITUDE ENVERS SOI? C’est un « must »!

AUSSI, DANS LE MAGAZINE VIVRE…

FAMILLE : Quand nos jeunes se dévalorisent… Que faire? – Trop de jeunes à l’adolescence iront jusqu’à se renier pour ressentir un sentiment d’appartenance, d’appréciation, pour être aimés et pour surtout éviter le rejet. Il est primordial de leur enseigner à se choisir en premier, avec respect et bienveillance. Consacrer du temps pour les aider à se construire une estime solide, une confiance à toute épreuve. Démontrer notre fierté pour leur unicité est le plus beau cadeau qu’on puisse leur faire.

CŒUR À COEUR Enfin libre d’être moi-même! Nous attirons toujours des situations qui viennent nous montrer ce que nous avons à travailler, peut-être à transformer ou à voir autrement. La vie nous propose sans arrêt des miroirs à travers les autres, les situations, les expériences… Plus je fais la paix avec les parties à l’intérieur de moi, plus j’aime la personne que je suis. En fait je n’ai pas changé la personne que je suis, j’ai changé le regard que je portais sur la personne que je suis.

SANTÉ GLOBALE : INSOLATION : Aimer le soleil, oui! Mais jusqu’où? – Plusieurs facteurs influencent la sensibilité de notre peau au soleil. Si le type de pigmentation, l’hydratation de la peau et le temps d’exposition sont des facteurs connus, l’intoxication de notre corps et la qualité de notre alimentation sont des facteurs qui gagnent à l’être!

ART DE VIVRE ET SPIRITUALITÉ : Passer de subir ma vie à m’en émerveiller – Que diriez-vous de faire un voyage vers votre nature profonde? Le grand détour du sujet pour redevenir ce qu’il est déjà… Je vous propose un chemin en quatre étapes : subir sa vie, écrire sa vie, lire sa vie, être la vie et s’en émerveiller.

VIVRE À 2 : Êtes-vous dans une relation du temps « des cavernes »? – Il se cache en votre for intérieur une entité… Ne craignez rien, vous n’êtes pas possédé! Mais il reste qu’une partie de vous, profondément influencée par votre héritage génétique, vous pousse parfois à agir – ou surtout à réagir – de diverses façons qui ne servent pas réellement votre intérêt ni celui de votre partenaire. Ça, c’est l’homme ou la femme des cavernes en vous. Quel genre de couple ça donne ?

IL ÉTAIT UNE FOIS… : Le jour où j’ai dit « Oui! » – Témoignage – Étant donné que nous avons toujours le choix de dire oui ou non et que nous avons aussi les responsabilités qui viennent avec ce choix, moi j’ai choisi d’écouter ce que mon âme avait à me dire et je ne l’ai jamais regretté.

TRUCS ÉCOLOS – IDÉES BRILLANTES : VIVRE vous propose des trucs et astuces santé pour vous aider à améliorer la qualité de votre vie dans la simplicité de votre quotidien. Dans cette parution nous parlons : Thé vert ou thé noir? –Vous aimez les bains de forêts? – Les douze indésirables – Êtes-vous du type voyageur ou casanier? – SOS, Ça pique!

VIVRE AU QUOTIDIEN : La Vie est une école – Informer, c’est déjà très bien, mais mettre à la disposition des gens des outils concrets pour les aider à passer à l’action, sans avoir à escalader l’Everest, c’est encore mieux! Dans cet article vous trouverez donc des trucs simples, pratico-pratiques et faciles à intégrer dans votre quotidien. Ils vous sont offerts par les formateurs de la nouvelle plateforme de formation en ligne Vivre au quotidien!

VIVRE…
Maintenant accessible partout sur la planète!
Téléchargez l’application Vivre Magazine sur Google Play ou Appstore.

App Store Apple:
https://appsto.re/ca/AKdq2.i

GooglePlay Android:
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.piranha.vivre&hl=en

VIVRE est membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/toile/magazine-vivre.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Magazines, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Magazine VIVRE – Juillet 2018 – Devenez votre Meilleur Ami !

L’interprétation psychosyntérétique des rêves

couvert-interpretation-revesL’interprétation psychosyntérétique des rêves: Noter et Interpréter ses Rêves en Psychosyntérèse (French Edition) Kindle Edition

Elisabeth Klein & Robert F. Klein
Éditions Bichoff Verlag

SOMMAIRE

Ce petit livre est une introduction au thème central de la psychosyntérèse: la notation et l’interprétation des rêves. La base de tout travail avec les rêves est leur notation journalière et matinale. Le rêve est un message de reprogrammation qui a ses sources dans le centre énergétique de la psyché humaine que nous appelons la Syntérèse. Il passe par le Moi total, c’est-à-dire la conscience élargie pendant les périodes de rêve, jusqu’au Moi verbal qui est la conscience en état d’éveil. En pratiquant la notation scrupuleuse et régulière, nous intégrons les messages oniriques — dynamisants et thérapeutiques — dans notre conscience verbale qui souffre du stress. Ces comptes rendus matinaux qui sont synonymes d’acceptation par et d’intégration dans le Moi verbal améliorent la compréhension du rêve. La deuxième partie du texte explique le système d’interprétation psychosyntérétique. En partant des enseignements de Sigmund Freud et Carl-Gustav Jung, un nouveau concept qui respecte le centre énergétique de la psyché appelé Syntérèse a été développé. Un schéma d’interprétation des rêves structure et assiste l’interprétation. L’hypothèse freudienne du rêve réalisant un désir est aussi bien rejetée que l’évaporation de l’interprétation des rêves dans une analyse culturelle ou mythanalyse prônée par Carl-Gustav Jung. Le lecteur trouvera aussi une explication psychologique de l’un des plus grands fléaux de notre époque: le terrorisme.

LES AUTEURS

Dr phil. Elisabeth KLEIN, EDLE VON WENIN–PABURG, Ph.D., B.Ed., F.I.S.N.V.P., D.E.S.P.
Dr phil. Robert (Frédéric) KLEIN†, EDLER VON WENIN–PABURG, Ph.D., L.L., D.D., F.A.I.H., Lauréat U.M.B. 1983, 1988

photo-klein-coupleTous deux brillants psychothérapeutes qui, en partant des recherches de Sigmund Freud et Carl Gustav Jung, ainsi que des progrès faits dans les domaines de la neurologie et de la recherche sur le sommeil, ont développé un nouveau système psychologique et une méthode de traitement de désordres psychiques: la psychosyntérèse. Ce système est caractérisé par une conception dynamique de tous les aspects de la vie mentale, consciente et inconsciente, mettant l’accent en particulier sur la puissance thérapeutique du centre énergétique de la psyché, le Soi ou la Syntérèse, ainsi que par une technique élaborée d’investigation et de traitement, basée sur l’activation de la Syntérèse principalement par l’interprétation des rêves.

Tous les détails de l’ouvrage et pour commander:
http://www.bischoff.ovh/InterpretationDesReves.html

TABLE DES MATIÈRES

NOTE LIMINAIRE 5
LES DIMENSIONS DU RÊVE 9
LE SCHÉMA D’INTERPRÉTATION DES RÊVES 21
RÊVES DE L’OMBRE 26
RÊVES PRÉMONITOIRES 39
THÈMES DIVERS 50
RÊVES DE SERPENTS 50
RÊVES D’ARAIGNÉES 50
RÊVES D’ANIMAUX EN COLÈRE 51
RÊVES D’AUTOMOBILES 51
RÊVES DE BATEAUX 51
RÊVES DE L’EAU 51
RÊVES DE L’HÔPITAL 53
RÊVES DE MAISONS 53
RÊVES DE TRAINS ET AVIONS 54
VOLER DE SES PROPRES AILES 54
QUELQUES QUESTIONS UTILES 56
BIBLIOTHÈQUE INTERNATIONALEDE PSYSHOSYNTÉRÈSE 62

Format: 5.5″ x 8.5″ (13.97 x 21.59 cm)
Nombre de pages au total: 63

L’ÉDITEUR

logo-bischoffÉdition Bischoff est un projet qui a été créé afin de rendre accessibles le Dictionnaire Médical DICOKLEIN, les publications de la BIBLIOTHÈQUE INTERNATIONALE DE PSYCHOSYNTÉRÈSE, ainsi que d’autres publications des mêmes auteurs ou d’auteurs qui soutiennent notre mouvement.
http://www.bischoff.ovh

Édition Bischoff Verlag est membre de Psycho-Ressources:
http://www.psycho-ressources.com/toile/psychosynterese.html

Tous les détails de l’ouvrage et pour commander:
http://www.bischoff.ovh/InterpretationDesReves.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur L’interprétation psychosyntérétique des rêves

Poste de Psychologue – Saint-Amand-en-Puisaye, Fr.

logo-apirjsoL’APIRJSO LA COURONNERIE
recrute pour

le Foyer Petit Pierre de
Saint-Amand-en-Puisaye (58)

Un Psychologue (H/F)
CDI 0.5 ETP
À pourvoir dès que possible

Vous intégrez les Foyers Occupationnel et d’Accueil Médicalisé Petit Pierre de Saint Amand en Puisaye (58) accueillant 19 adultes sourds avec handicaps associés (autisme, trisomie, troubles psychiatriques….).

Vous participez à l’évaluation, au diagnostic des troubles et des pathologies, à l’accompagnement et à l’orientation des adultes accueillis.

Vous impulsez toutes réflexions, tous aménagements liés au champ du soin psychologique et à la mise en oeuvre du projet individualisé de chaque usager.

Vous intervenez auprès des familles ou des responsables légaux en assurant une fonction d’information, de conseil et de soutien au profit de l’usager accueilli.

Profil recherché

  • Être titulaire d’un DESS ou MASTER II de Psychologie
  • Connaissance du handicap
  • Goût du travail en équipe et en réseau
  • La connaissance de la langue des signes serait un plus
  • Rémunération selon CC 66

Envoyer CV ET LM à
Email: recrutement@apirjso.fr
Service Ressources Humaines
3 Rue des Moines – BP 10155- St PRYVE
45161 Olivet Cedex

29/05/2018

A propos de l’APIRJSO LA COURONNERIE

Depuis 1925, l’APIRJSO promeut l’inclusion des personnes en situation de handicap et ne cesse de développer une offre de services innovante. L’association Inter-Régionale pour Personnes Sourdes et Malentendantes (nom d’usage) est une association de loi 1901 déclarée à la Préfecture du Loiret le 25 avril 1925 et reconnue d’utilité publique par décret du 12 août 1952.

Implantée en région Centre et Bourgogne, l’APIRJSO gère neuf établissements et quatre services, dont trois ont une vocation régionale. Elle emploie et forme 180 salariés pratiquant tous la Langue des Signes Française (L.S.F.), ainsi que 60 travailleurs en situation de handicap et accompagne tout au long de leur vie 292 usagers dont certains viennent de toute la France (agrément national).

http://apirjso.fr/


Publié dans Actualités de la Psychologie | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Poste de Psychologue – Saint-Amand-en-Puisaye, Fr.

Théâtre de Conscience « À la R encontre » (Rivière St-Maurice, Aout-Sept 18)

affiche-theatre-natashaThéÊtre
À la R encontre

THÉÂTRE DE  CONSCIENCE
Rivière St-Maurice
24-25-31 août et 1er septembre 2018
Trois-Rivières
Québec Canada

Le ThéÊtre n’est pas là pour plaire…

Le ThéÊtre est une création dans toute sa conception avec sa propre écriture et sa non performance toute en justesse qui est sans attente de résultats…

« À la R encontre » c’est une pièce créée dans 5 espace-temps, chacune avec sa fin en Soi tout en étant en continuel processus…

Entrons dans le premier espace-temps…

Comment cela commence-t-il? Mais c’est déjà commencé, le feu violacé s’instille en moi pour aspirer au changement… et me comporter en être créateur… À la R encontre

Une pièce hors espace hors temps…
Une porte qui s’ouvre en Soi…
Une lueur qui laisse entrevoir l’ombre…

Donc, tout ce qui est ici créé n’est que la manifestation de ce qui existe déjà en vous, en nous et qui vous est révélé ce soir par nous !

Nous vous invitons à dé-couvrir la vérité, cette vérité… À la R encontre de la voie de votre vérité intérieure !… de notre vérité… de ma vérité… Êtes-vous prêts? Sommes-nous prêtes? En conscience…

Parce qu’elle est simple comme un enfant et qu’elle répond au moindre appel…
Le ThéÊtre est un appel à l’éveil de conscience…

Au sortir de cette pièce chaque personne pourrait être libre de sa pensée, actrice de ses choix, auteure de sa vérité, magicienne de son destin et consciente d’être créatrice de sa vie…

À la Rencontre de Soi, de Toi, de Vous, de Nous et de TOUT !

Sur Réservation seulement
Vous pouvez dès maintenant offrir votre contribution dès que cela fait du sens pour vous ainsi vous collaborez à la réalisation de ce Théâtre de Conscience.

Vous êtes assurés d’Être aux premières loges avec une exposition
comme hors-d’œuvres et en boute-hors un cocktail d’échange LimEssence.

Pour Être informé et pour réserver votre place dans ce ThéÊtre intimiste :
819-378-8488 ou info7@xittel.ca
À Trois-Rivières (Québec) Canada

Toutes les infos sur:
http://theetre.blogspot.com/

Et pour vous parfumer des lieux:
https://www.youtube.com/watch?v=UXLSNY3iL3M
http://www.bordolocondart.blogspot.ca

Natasha

Diplômée en psychoéducation, en arts visuels et en art-thérapie, ayant œuvré pendant plusieurs années autant dans les écoles que les organismes, j’ai été animatrice, comédienne et intervenante en théâtre d’intervention, enseignante d’ateliers théâtraux ainsi qu’organisatrice de prestations théâtrales.

Comédienne dans des troupes de théâtre dont Métamorphose et les Nouveaux Compagnons (TNC) avec comme réalisations entre autres; Un mot pour un autre de Jean Tardieu, Rhinocéros de Ionesco, Colombe de Jean Anouilh, Dieu de Woody Allen, La visite de la vielle dame de Friedrich Dürrenmatt, Le bal des voleurs de Jean Anouilh, Silence en Coulisses de Michael Frayn, Le rendez-vous de Senlis de Jean Anouilh, Oublier de Marie Laberge et plus… !

De plus, je possède une formation de 2 années en psychodrame et en théâtre Playback.

Maïthé

Diplômée en musique et en arts visuels, ayant évoluée avec LALUI (Laval Ligue Universitaire d’Impro) et dans des orchestres, j’ai également un bagage de directrice artistique, animatrice et professeure en déplacements scéniques.

Metteure en scène et comédienne au sein du Théâtre des Nouveaux Compagnons (TNC), les Compagnons de la Brise et le Théâtre des Gens de la Place (TGP).

Oublier de Marie Laberge est une des pièces de théâtre dont j’ai fait la mise en scène ainsi que Du poil aux pattes comme les CWAC’s de Maryse Pelletier, Un moyen grand jour de Arlette Fortin, Ce soir on danse de Richard Harris puis autres pièces, spectacles et événements.
Comme comédienne mon parcours s’étend de En pièce détachées de Michel Tremblay à L’Île de la Demoiselle de Anne Hébert en passant par Pieds nus dans le parc de Neil Simon, Le p’tit bonheur de Félix Leclerc, Et si c’était les canicules de Jean Boileau et plusieurs autres.

affiche-theatre-natasha-vueEXPOSITION
À la tombée du soleil sur le bord de la rivière St-Maurice.
Exposition à 19h30

Un cocktail d’échange sera servi après la pièce.

La représentation aura lieu peut importe les variations météorologiques !

À la joie d’ÊTRE !

Natasha Francoeur
Art-thérapeute, 819-378-8488

Membre de Psycho-Ressources
http://www.psycho-ressources.com/art-therapeute/trois-rivieres/natasha-francoeur.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Ateliers & Croissance, Colloques & Conférences | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Théâtre de Conscience « À la R encontre » (Rivière St-Maurice, Aout-Sept 18)

Ces enfants malades de leurs parents

couvert-ces-enfants-maladesCes enfants malades de leurs parents

Anne Ancelin Schutzenberger
& Ghislain Devroede

Petite Bibliothèque Payot

SOMMAIRE

Le corps d’un enfant – même devenu adulte – peut-il exprimer un traumatisme de l’histoire parentale ? Nous portons sans arrêt les problèmes non dits, non résolus de notre enfance et de notre famille, les deuils non faits, les traumatismes non « digérés ». Il est alors nécessaire de « sortir le cadavre du placard », d’enterrer les morts proprement, de se débarrasser du « froid » que l’on porte dans son corps ou dans son cœur.

C’est l’une des applications récentes du travail mené par Anne Ancelin- Schützenberger, qui utilise pour ce faire la généalogie, le concept de syndrome d’anniversaire et la technique du psychodrame.

Avec Ghislain Devroede, spécialiste des troubles digestifs et auteur d’un livre qui est un best-seller au Québec, elle explique comment des traumatismes liés notamment à des abus sexuels se transmettent de génération en génération, produisant des séquelles non seulement psychologiques, mais aussi somatiques.

LES AUTEURS

Anne Ancelin Schützenberger, créatrice de la psychogénéalogie, est l’auteur de Aïe, mes aïeux !. Ghislain Devroede, chirurgien et professeur à l’hôpital de Sherbrooke (Québec), est l’auteur de Ce que les maux de ventre disent de notre passé.

DÉTAILS

Poche: 239 pages
Editeur : Payot; Édition : édition revue et augmentée (octobre 2005)
Collection : Petite Bibliothèque Payot
Langue : Français
ISBN-10: 2228913278
ISBN-13: 978-2228913270
Dimensions du produit: 17 x 1,5 x 11 cm

POUR COMMANDER
https://www.amazon.fr/Ces-enfants-malades-leurs-parents/dp/2228913278

GHISLAIN DEVROEDE
Éléments biographiques

photo-ghislain-devroeveGhislain Devroede a fait ses études de médecine à l’Université de Louvain, en Belgique. En 1962, à l’age de 24 ans, il part se former aux Etats Unis, en chirurgie générale d’abord, en Pennsylvanie, puis en chirurgie colorectale, ensuite, au Minnesota, à la Mayo Clinic. Il y passe aussi deux ans à faire de la recherche en physiologie et physiopathologie colorectale, dans l’Unité de Recherches Gastrointestinales. Il y a été le premier chirurgien admis dans un groupe de gastroentérologues, et a été le premier élève du professeur Sidney Phillips, qui allait plus tard, devenir le directeur de cette Unité, et l’éditeur de la revue Gastroenterology.

Les voies parallèles de l’amour de la recherche et de la recherche de l’amour, couplées à un succès professionnel relativement facile, et une vie personnelle amoureuse plus laborieuse, l’ont conduit à une profonde remise en question, en rajoutant à la curiosité extérieure propre à toute approche scientifique, un travail d’introspection, qui s’est étalé sur de nombreuses années, sur le plan intellectuel, émotionnel et corporel, à travers la psychanalyse, le cri primal, la respiration holotropique, diverses approches corporelles et l’hypnose Ericksonnienne, où il a obtenu un diplôme, au bout de trois ans de formation. Il a exploré la mémoire corporelle, d’une part de la toute petite enfance à travers l’analyse bioénergétique, et d’autre part par l’approche de la massothérapie tantrique.

Ghislain Devroede est Professeur de Chirurgie à la Faculté de Médecine de l’Université de Sherbrooke, au Québec, au Canada, depuis le 6 janvier 1969. Il a gravi tous les échelons académiques et est devenu Professeur titulaire en 1976. Il a été nommé Professeur Associé après l’incorporation de ses activités médicales professionnelles. En 2013, il a été nommé Professeur Mentor, et ce mandat a été renouvelé en 2016 pour trois ans.

Il fait partie du petit groupe de professeurs, qui, depuis 25 ans, tentent non pas seulement d’instruire, mais d’éduquer les étudiants en médecine de l’Université de Sherbrooke à la relation malade-médecin, à travers des ateliers expérientiels. Bien entendu, son approche de la vie en général s’est transformée en ce qui a trait à la communication, l’amitié, l’amour, et, en général, la nature des relations humaines, y compris avec les malades. Avec ceux-ci, Ghislain Devroede a adopté le modèle le plus moderne de la médecine qu’est le modèle biopsychosociospirituel, en laissant tomber le modèle biomédical un peu trop scientiste, simpliste et passéiste. Il a ainsi découvert depuis trente ans l’impact épouvantable sur la santé que peut avoir un abus sexuel sur un enfant, a publié plusieurs études épidémiologiques sur la question, et écrit un chapitre dans une série, Progress in Brain Resarch, dans un livre qui s’intitule The scientific foundations of mind-body medicine, et est un collectif international. Il anime aussi des ateliers de communication non verbale avec des étudiants, des résidents, des chirurgiens en pratique, et des personnes qui ne font pas partie du milieu de la santé. Entre autres, il a fait de nombreux pictodrames en Belgique, en France et au Québec, où la peinture en ombres chinoises sert de moyen d’expression, et des ateliers sur les liens transgénérationnels, éducatifs et pas seulement chromosomiques, qui ont fait dire à Françoise Dolto que le corps de l’enfant, c’est la parole de l’histoire de ses parents.

Ghislain Devroede a bénéficié deux fois d’un congé d’éducation continue. En 1983, il est parti pendant un an étudier la psychophysiologie avec deux hommes, gastroentérologues, mais aussi psychanalystes, dans le service du professeur Bonfils, à Paris. Dont surtout, avec le docteur Jean-Claude Hachette, avec qui il a conservé des échanges durant plus de vingt ans. En 1993, il a présidé le 1er congrès international sur le processus de guérison, à Montréal, qui a réuni 1 600 personnes autour du Dalai Lama. Il est parti dans la foulée de ce congrès travailler en France, au cours d’un second congé d’éducation continue, sur le thème général de « Psychanalyse et langage du corps », avec des femmes cette fois, dont Anne Ancelin Schützenberger, qui l’a initié à l’impact clinique des secrets de famille et des liens transgénérationnels. Il a ainsi appris à aider les sujets curieux de leur vie, ou en quête, à faire leur génosociogramme. Il a aussi travaillé avec Djohar Si Ahmed, qui l’a initié à la psychologie trans-personnelle et à la respiration holotropique, tout comme Francis Lery et Bernadette Blin. En 1994, il a également présidé le second congrès sur le processus de guérison, portant sur les bénéfices à obtenir du travail de deuil, aussi à Montréal, avec Dan Bar On, psychologue israélien réunissant autour de la même table descendants de victimes de l’holocauste et descendants de bourreaux nazis, et plus tard, Juifs d’Israel et Palestiniens. Etait également présent à ce congrès Sogyal Rimpoché, auteur du Livre Thibétain de la Vie et de la Mort.

Ghislain Devroede n’a pas remplacé une approche par une autre et a maintenu, en parallèle, sa productivité purement scientifique dans des revues avec comité de lecture, durant ces années, dans une tentative d’intégration des approches du vivant et de l’existence. Il a publié plus de 300 articles scientifiques et donné près de 400 conférences un peu partout dans le monde.

Belge de naissance, il est naturalisé Canadien et naturalisé Français. Il a trois fils qu’il a mis au monde avec deux femmes différentes. Hélène Lucas a été sa compagne, âme soeur, et inspiratrice de 2006 à 2017. Musicienne et pianiste, elle intègre dans son travail d’accompagnement de chanteurs et chanteuses, non seulement les sons, mais le sens des paroles et les messages non verbaux du corps de celui ou celle qui les exprime. Elle enseigne au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, et à La Chapelle Musicale Reine Élisabeth de Belgique, à Waterloo. Concertiste, elle a accompagné en récitals un peu partout plusieurs chanteurs dont Karine Deshaies et Stéphane Degout.

Ghislain Devroede a publié aux éditions PAYOT, à Paris :

– Ce que les maux du ventre disent de notre passé, 2002 ; Petite bibliothèque Payot (poche), 2003
– Ces enfants malades de leurs parents, 2003 (Avec Anne Ancelin Schutzenberger) ; Petite bibliothèque Payot (poche) 2005 ; traduit en américain ( « Suffering in silence.The legacy of unresolved sexual abuse »,Gestalt Institute Press, New Orleans 2005, 2d edition 2007) , en italien ( « Una malattia chiamata « genitori » ; Di Renzo Editore 2006 ), et en roumain( « Copiii bolnavi de parinti » ; Editura PHILOBIA 2015 )
– Chacun peut guérir, 2009 ; Petite bibliothèque Payot 2011
– Lettres d’un homme à un autre. Sur la condition masculine, 2012 (Avec André Petrowski ).

A écrit :
– une Préface, « Une exploratrice de la nuit » au livre de Nicole Gratton « Dormez-vous assez ? » ( Flammarion Québec 2006 )
– une Postface au livre de Virginie Tyou « Voyage en mer intérieure. Une guérison par l’hypnose » ( Ker éditions 2016 )

Et a publié un recueil de poèmes en co-édition avec les éditions SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS, à Paris :
– Au commencement ( 1987 )


Publié dans Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Ces enfants malades de leurs parents

CD de Sophrologie – Les Relaxations Dynamiques, Patricia Penot.

CD5 et CD6 – Sophrologie
Les Relaxations Dynamiques 1 à 4
Patricia Penot – Sophrologue

Ces nouveaux CD de la collection “Vous avez dit Sophrologie ?” présentent les techniques principales de la sophrologie, des Relaxations Dynamiques 1 à 4, sous forme de conférences et d’exercices pratiques. Véritables outils pour mieux se connaître, elles permettent de vivre le corps et l’esprit autrement.

  • Relaxation Dynamique 1 : mieux vivre son corps sans jugement
  • Relaxation Dynamique 2 : être présent à soi et à tout son potentiel
  • Relaxation Dynamique 3 : lorsque corps et esprit avancent ensemble de manière harmonieuse
  • Relaxation Dynamique 4 : Nous sommes des êtres de valeurs

Pour tous publics, ainsi que les professionnels en sophrologie

image-cd5-suphrologieCD5 : Sophrologie
Les Techniques Principales 1 et 2

Relaxation Dynamique 1 – Le corps et son potentiel

Conférence
– Faire évoluer la conscience que l’on a de son corps et en apprendre son langage
– Aborder le corps sans jugement
– Démanteler les cuirasses musculaires
– Développer les facultés de concentration
– Les symboliques des différents systèmes corporels

Exercices Pratiques
– Libérer le cou et la nuque

Relaxation Dynamique 2 – La présence à soi et ses choix

Conférence
– Faire évoluer le mental jugeant vers un état d’esprit ouvert
– Être présent à ce que l’on vit
– Créer de nouvelles possibilités existentielles
– Apprendre à être en amitié avec son corps
– Développer les facultés de méditation et de contemplation
– La capacité à exprimer des demandes
– Utilité du champ de perception dans l’hypersensibilité

Exercices Pratiques
– De la concentration à la contemplation
– La bulle de protection

image-cd6-suphrologieCD6 : Sophrologie
Les Techniques Principales 3 et 4

Relaxation Dynamique 3 – L’union du corps et de l’esprit

Conférence
– Faire évoluer la présence de l’esprit dans le corps de manière harmonieuse et cohérente
– Apprendre à s’aimer tel que l’on est
– Développer son individualité
– S’appuyer sur les forces de son passé positif
– Développer les facultés de méditation et de contemplation
– Le choix conscient

Exercices Pratiques
– Initiation à la contemplation
– La mémoire positive de son histoire

Relaxation Dynamique 4 – L’expression de ses valeurs

Conférence
– La création d’un espace de liberté en soi
– Reconnaître sa valeur personnelle
– Les valeurs essentielles, structurelles et transcendantales

Exercices Pratiques
– Vivre une valeur de son choix en conscience de son corps et son esprit

POUR COMMANDER:
https://authentiqueetlibre.com/2018/06/17/3784/

Page de Patricia Penot sur le Blog de Psycho-Ressources
http://psycho-ressources.com/blog/patricia-penot/

Blog « Authentique et Libre » Articles, vidéos, ateliers, conférences, livres.
http://authentiqueetlibre.com

Patricia Penot
Email: pa.penot@orange.fr


Publié dans Actualités de la Psychologie, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur CD de Sophrologie – Les Relaxations Dynamiques, Patricia Penot.

Méditer sur la méditation…

aaaaecran-testMéditer sur la méditation…

De la méditation naît la sagesse.  Bouddha

Le rite est une méditation active.  Dion Fortune

L’action ne remplace pas la méditation.  Georges Duhamel

Méditez sur la lumière. Premièrement vous êtes la lumière. Ensuite la lumière est en vous. Enfin, vous êtes la lumière.
Sathya Sai Baba

La méditation est l’art majeur de l’être humain.
Jiddu Krishnamurti

Plus on a médité, plus on est en état d’affirmer qu’on ne sait rien.
Voltaire

Apprendre à méditer est le plus grand don que vous puissiez vous accorder dans cette vie. En effet, seule la méditation vous permettra de partir à la découverte de votre vraie nature et de trouver ainsi la stabilité et l’assurance nécessaire pour vivre bien et mourir bien. La méditation est la route qui mène vers l’Éveil.
Sogyal Rinpoché

L’homme n’est point fait pour méditer, mais pour agir.
Jean-Jacques Rousseau

La contemplation nous fait oublier la terre, la méditation nous apprend à nous y conduire.
Anne Barratin

Méditer ce n’est pas se couper du monde, mais se relier plus fortement et plus intelligemment à lui.
Christophe André

La méditation tire l’âme d’une prison, elle lui fait respirer l’air céleste.
Pierre-Claude-Victor Boiste

La contemplation de la nature fait les poètes ; la méditation de la destinée fait les penseurs.
Victor Hugo

Comment définir la méditation ? Comme la sagesse à la recherche de la sagesse.
Shunryu Suzuki

Il n’y a pas de véritable méditation qui ne laisse pas épuisé.
Victor-Lévy Beaulieu

Ne pas avoir le temps de méditer, c’est n’avoir pas le temps de regarder son chemin, tout occupé à sa marche.
Antonin Sertillanges

Une demi-heure de méditation est essentielle sauf quand on est très occupé. Alors une heure est nécessaire.
Saint François de Sales

Un homme libre ne pense à aucune chose moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie.
Baruch Spinoza

Méditer en philosophie, c’est revenir du familier à l’étrange et, dans l’étrange, affronter le réel.
Paul Valéry

Celui qui se livre à des méditations claires trouve rapidement la joie dans tout ce qui est bon. Il voit que les richesses et la beauté sont impermanentes et que la sagesse est le plus précieux des joyaux.
Bouddha

Il n’y a que deux moyens pour connaître : observer et méditer.
Pierre Choderlos de Laclos

Plus nous sentons le besoin d’agir, plus nous devons nous efforcer à la réflexion. Plus nous sommes tentés par le confort de la méditation, plus nous devons nous lancer dans l’action.
Albert Jacquard

Pour en savoir plus sur la méditation:

Qu’est-ce que méditer?
La méditation nous permet de choisir d’être tout ce que nous souhaitons. En observant le flot de nos pensées , nous pouvons choisir de nous attarder sur certaines d’entre elles. En faisant cela, nous prenons vie à travers ces pensées et ainsi nous décidons ce que nous désirons être. A chaque jour, nous pouvons créer ce que nous sommes, réinventer notre vie, être l’auteur, le créateur de tout ce que nous ressentons. La méditation nous donne le choix parmi nos émotions, nos pensées et nos identifications de retenir ce que nous souhaitons. Nous ne sommes plus prisonnier du mental, nous l’utilisons pour être pleinement ce que nous désirons être et fabriquer notre bonheur. Nous sommes les créateurs de notre propre réalité. »
Par Alain Rioux, Ph. D., Psychologie, Québec, Québec, Canada.
http://www.psycho-ressources.com/bibli/mediter.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Articles Thématiques, Thèmes Variés | Marqué avec , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Méditer sur la méditation…